Justin Trudeau promet de sortir 60 000 enfants québécois de la pauvreté

Justin Trudeau a invité les journalistes qui couvrent sa campagne à imaginer le stade rempli d’enfants, de 60 000 enfants québécois, le nombre d’enfants qu’il calcule qu’un gouvernement libéral sortirait de la pauvreté.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Justin Trudeau a invité les journalistes qui couvrent sa campagne à imaginer le stade rempli d’enfants, de 60 000 enfants québécois, le nombre d’enfants qu’il calcule qu’un gouvernement libéral sortirait de la pauvreté.

Le chef libéral Justin Trudeau s’est arrêté au Stade olympique de Montréal mardi matin pour tenter d’évoquer une image forte.

M. Trudeau vantait son plan d’allocations familiales comme l’outil parfait pour sortir des milliers d’enfants de la pauvreté. Il a invité les journalistes qui couvrent sa campagne à imaginer le stade rempli d’enfants, de 60 000 enfants québécois, le nombre d’enfants qu’il calcule qu’un gouvernement libéral sortirait de la pauvreté.

Il a ainsi contrasté ces allocations promises par les libéraux avec la prestation universelle que le gouvernement conservateur verse à tous les enfants de moins de 18 ans, quel que soit le revenu de leur famille.

Par ailleurs, M. Trudeau n’a pas voulu plonger dans la controverse suscitée par le désir de la Ville de Montréal de déverser des milliers de litres d’eau usée dans le fleuve Saint-Laurent.

Le chef libéral a préféré jeter la pierre au gouvernement conservateur. Il a affirmé que le manque d’infrastructures mettait les villes dans une position impossible. Il a dit comprendre l’inquiétude des Montréalais et a rappelé qu’il promet du financement pour des infrastructures vertes.

5 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 6 octobre 2015 10 h 46

    Fuck'in dodull

    Il est vraiment comme son père, il a les promesses faciles, mais attender de voir lorsqu'il sera au pouvoie, enfin ,si jamais il est élusinon il retournera a sa petite vie de fils de l'autre , ce sont les gensqui ont permis a Harper a se hisser au sommet mais ils n'ont pas encore compris je soupconne Jean Chrétien, d'être pas loin, il y a toujours des gens qui ont la tete plus dure que d'autres, quel ratoureux, il est sur que nous sommes tous des ariérés c'est aussi une des conséquences du colonialisme fuck'in dodull, comme disait son maitre

  • Lucien Cimon - Abonné 6 octobre 2015 10 h 52

    Crédulité sans fond

    Étrange que ça puisse encore marcher, ces chapelets de promesses dont l'accumulation permet d'atteindre les sommets du ridicule.
    Mon père disait:«Si au moins ils arrêtaient quand ça a encore un peu de bon sens!»

  • Vincent Legault - Inscrit 6 octobre 2015 12 h 23

    Ils font tous des promesses qui sont, dans leur nombre, irréalisables. En revanche, le promesses faites illustrent les priorités qu'a un chef, les valeurs qu'il a. Je me sens beaucoup plus interpellé par ses promesses utopiques, que par les promesses tenues de Harper... ou encore les promesses du Bloc qui, de facto, sont irréalisables.

  • Normand Renaud - Inscrit 6 octobre 2015 17 h 33

    Illusions

    La stratégie du PLC est fort simple. Lancer de la poudre aux yeux à la population par des belles paroles. Lorsqu'on lui demande ce qu'il pense du déversement des eaux usées de Montréal, oups, comme le PLC à son habitude, fait l'hypocrite.
    Malheureusement ça marche pour attirer ces gens indécis ou inaptes à voter. Comment inaptes?
    Quand une personne dit qu'elle est 100% contre le port du niqab, qu'elle allait voter Libéral, c'est tout dire!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 7 octobre 2015 03 h 40

      Ça n'existe pas une personne inapte à voter, vous n'avez rien dit.

      PL