Le Bloc québécois fait miroiter des gains pour le Québec

Sentant le tapis glisser sous les pieds du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans les intentions de vote au Québec, le chef bloquiste, Gilles Duceppe, a braqué ses attaques, dimanche, à l’endroit de la formation dirigée par Thomas Mulcair.

Devant la perspective de plus en plus probable d’un gouvernement minoritaire, M. Duceppe a exhorté ses militants à convaincre les électeurs de refaire confiance au Bloc québécois (BQ), le seul parti, à son avis, capable des réaliser des gains pour la province.

« On peut en profiter [du gouvernement minoritaire], et le Québec peut en profiter pour faire des gains », a-t-il dit, devant plus de 150 personnes réunies à Sainte-Sophie, dans la circonscription de Rivière-du-Nord, située dans les Laurentides.

Ramenant sur la table sa longue carrière politique, M. Duceppe s’est targué d’avoir été en mesure de signer des ententes pour défendre les intérêts du Québec, que ce soit avec Stephen Harper, Jack Layton (NPD) ou Stéphane Dion (PLC).

Visiblement énergisé par les récents sondages témoignant d’une remontée du BQ et de sa performance au dernier débat des chefs, M. Duceppe a passé de longues minutes à tailler en pièces le bilan québécois des néodémocrates.

Il a ainsi rappelé le manque de volubilité des députés du NPD de la région de Québec lorsque le Chantier Davie avait été écarté des contrats maritimes de la Défense nationale au profit de Vancouver et Halifax.

« Ils ont publié un communiqué qui nous disait “sachez que nous n’avons pas de commentaires à faire”, a-t-il dit avec ironie. C’est la première fois que je voyais cela en politique du monde qui disent “écoutez, nous, on n’a rien à dire”. »

 

Double discours

M. Duceppe a également profité de son allocution pour décocher d’autres flèches à M. Mulcair, à qui il reproche d’être ambivalent sur le dossier du controversé oléoduc Énergie Est. Le chef bloquiste a estimé que les Québécois étaient « tannés » des « doubles discours » du chef du NPD, qui « laisse entendre au Québec qu’il pourrait être contre Énergie Est pendant un certain temps, le temps d’une campagne électorale ».

« Mulcair a voté pour [Philippe Couillard], rappelons-le, a-t-il dit. Il vote pour l’austérité à Couillard, mais contre celle de [Stephen] Harper. »

Le dossier du port du niqab lors des cérémonies d’assermentation a également occupé quelques lignes du discours de M. Duceppe, qui a tout de même accusé Stephen Harper « d’hypocrisie », lui qui avait quatre ans pour régler ce problème.

Le chef bloquiste compte visiter les quatre coins du Québec à deux reprises avant le scrutin du 19 octobre.

35 commentaires
  • Josée Duplessis - Abonnée 5 octobre 2015 06 h 42

    Le Bloc ne laisse jamais miroiter. Il annonce des vraies intentions. Ce sont les autres qui laissent miroiter.
    C'est vrai qu'un gouvernement minoritaire avec le bloc présent au Québec, ce serait la meilleure situation pour nos intérêts.

  • Lise Bélanger - Abonnée 5 octobre 2015 07 h 30

    Bonne chance M. Duceppe, de plus en plus de québécois sont avec vous de tête et de coeur.

  • Christian Montmarquette - Abonné 5 octobre 2015 07 h 49

    « Tanné» du double discours du Bloc »

    Duceppe reproche à Mulcair, d’être ambivalent sur le dossier Énergie Est..

    Mais le Bloc est tout aussi ambivalent quand il déclare :

    «Que la décision finale, ce soit le gouvernement du Québec qui la donne»- Gilles Duceppe, Le Havre, 20 juin 2015

    Ceci, alors que les libéraux sont d'accord avec Énergie Est et que PKP refuse de se positionner.

    Alors.. « Tanné» pour « Tanné» ..

    Je préfère un parti en mesure de congédier Harper et d'abolir ses lois scélérates.

    Christian Montmarquette​

    • Jacques Lamarche - Inscrit 5 octobre 2015 08 h 40

      Bien d'accord avec vous, monsieur! Il faut chasser Harper! Tous applaudiront son départ, sauf dans la région de Québec peut-être! Allez-y comprendre qelque chose!

      Mais c'est l'Ontario, comme par le passé, qui en décidera! Alors je peux voter en québécois! Personne ne dira toutefois que le NPD est un mauvais choix!

      Et les doubles discours, alors là, on ne les compte pas!

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 5 octobre 2015 09 h 01

      « Je préfère un parti en mesure de congédier Harper et d'abolir ses lois scélérates. »

      Malheureusement, au train où vont les choses, cela ne passera pas par le nombre de sièges qu'obtiendra le NPD au Québec. Les bloquistes, qui ont abondamment tourné en ridicule le supposé vote stratégique quand il se tournait vers le NPD n'hésitent pas, aujourd'hui, à invoquer la nécessité de voter bloc pour des raisons... stratégiques !

      Ils parleront un petit peu moins de souveraineté, un peu plus de « gains pour le Québec » en se posant meilleurs gardiens de nos intérêts, etc... C'est sur ce terrain-là qu'il faudra aller, pendant que l'élection va se décider en Ontario.

      Et si on parlait d'Énergie Est, en effet...

    • Paul de Bellefeuille - Abonné 5 octobre 2015 09 h 36

      Je préfère un parti en mesure de congédier Harper et d'abolir ses lois scélérates.

      Les plus récents sondages placent le NPD en troisième position. Tant qu'à voter pour un parti en mesure de congédier Harper, il faudra penser sérieusement à modifier notre choix vers le NPD sans trahir les intérêts du Québec.

    • Raymond Labelle - Abonné 5 octobre 2015 10 h 10

      Dans cette situation minoritaire, si l'opposition s'entend pour une motion de censure ou pour battre le discours du Trône peu après la convocation du Parlement, le GG inviterait alors le parti d'opposition qui a le plus de sièges à former le gouvernement. C'est tout à fait dans les normes de notre système parlementaire d'inspiration britannique.

      Ceci demeure un scénario réaliste et plausible.

      Dans ce scénario, si le Bloc, à cause de son pourcentage de votes fait passer beaucoup de libéraux et de conservateurs au lieu d'un maximum de députés du NPD, cela voudrait dire un gouvernement libéral au lieu d'un gouvernement NPD.

    • Raymond Labelle - Abonné 5 octobre 2015 10 h 36

      En effet MM. Montmarquette et Desjardins.

      Le succès du Bloc s'explique par quatre choses:

      - Faire croire qu'il est inconditionnellement contre le pipeline alors que c'est faux. Il suit le gouvernement du Québec.

      - Faire croire que le NPD est inconditionnellement pour, ou tient un double discours sur le pipeline, alors que c'est faux. Le NPD demande des études environnementales rigoureuses, alors que les actuelles ne le sont pas.

      - Faire croire que M. Mulcair tient un double discours sur l'acceptation du principe de la majorité simple à un référendum sur la souveraineté, alors que c'est faux.

      - Tomber dans le populisme racoleur avec l'histoire du port du niqab à la cérémonie de citoyenneté canadienne. Enjeu qui voile les questions qui affectent vraiment nos vies comme, par exemple, l'assurance-emploi, la justice fiscale, le projet de loi C-51, la livraison postale à domicile, et on pourrait multiplier les exemples. Faire ce cet enjeu un enjeu principal est un détournement de démocratie.

      Donc, le succès du Bloc s'explique par le fait qu'à force de répéter des contre-vérités, une partie de la population a fini par croire que ces contre-vérités étaient la vérité, et en détournant la campagne des enjeux réels en jouant de façon dangereuse avec certains démons pour tomber dans le populisme racoleur.

      Ça marche, mais il n'y a pas de quoi être très fier.

    • Raymond Labelle - Abonné 5 octobre 2015 11 h 11

      J'avais oublié une autre contre-vérité colportée par le Bloc: le NPD aurait comme politique de piger dans la caisse d'assurance-emploi!

      Pourtant, le NPD a fait connaître publiquement sa position sur l'AE, en s'assurant que de telles piges ne puissent plus se faire, et a aussi par ailleurs proposé de grandes améliorations à ce régime suite à son rétrécissement commencé sous les libéraux et accentué par les conservateurs.

    • Jacques Gagnon - Inscrit 5 octobre 2015 11 h 33

      Un peu de logique et de cohérence vous feraient du bien à tous les deux. Monsieur Duceppe ne parle pas du tout de vote stratégique, c'est vous qui lui faites dire. Comment un parti qui ne peut faire élire une majorité de députés pourrait-il se faire valoir croyez-vous ? En faisant des associations avec d'autres partis ou en utilsant un pouvoir dans un gouvernement minoritaire, gouvernement qui serait la règle d'ailleurs si on contentait QS avec une proportionnelle. Vous avez vu poindre la possibilité d'un gouvernement néo-démocrate et vous avez fait l'apologie des partis qui peuvent prendre le pouvoir. C'est vous qui avez utilisé le vote stratégique. Votre but avoué ne sont pas les prétentions de gauche de Mulcair, mais bien de se débarrasser de Harper.

      Vous êtes bien pris maintenant car le NPD risque de récolter la portion congrue du vote, sa vague refoulant sans cesse, et ce partout au Canada. Pour qui allez-vous voté maintenant que vous êtes sûrs de perdre avec le NPD ? Vous avez choisi les mauvaises armes pour une guerre contre Harper. Au fait, vous avez choisi la mauvaise cible en plus.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 5 octobre 2015 14 h 33

      Monsieur Gagnon, il ne faut pas confondre logique et cohérence avec la rigidité. Vous êtes tellement braqué que même si les électeurs décidaient de reporter leur vote NPD vers le BQ, vous trouveriez encore le moyen de dire qu'ils ont tort. Heureusement, les gens ont suffisamment de bon sens pour ne pas confondre les choix politiques avec les professions de foi... sauf si elles deviennent si barbantes qu'on en vienne à douter que vraiment... hors de cette église, point de salut!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 6 octobre 2015 04 h 48

      «Vous êtes tellement braqué que même si les électeurs décidaient de reporter leur vote NPD vers le BQ, vous trouveriez encore le moyen de dire qu'ils ont tort, monsieur Gagnon.»
      Et
      «ne pas confondre les choix politiques avec les professions de foi... sauf si elles deviennent si barbantes qu'on en vienne à douter que vraiment... hors de cette église, point de salut !»

      Un instant M. Maltais Desjardins, je ne sais plus où pointe votre dard avec ces affirmations. Qui visez-vous en fait ? En ajoutant «braqué» et «rigidité» en plus... c'est de moins en moins clair. Du «braquage et de la rigidité» nous en avons mangé à satiété dans ces pages par un certain groupe de pression qui se croit parti politique (défonceurs de portes ouvertes qui se cherche une sortie de secours aujourd'hui).

      PL

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 6 octobre 2015 09 h 30

      Monsieur Lefebvre, mon commentaire visait les propos tenus par monsieur Jacques Gagnon. Si j'ai brandi mon dard, comme vous dites, c'est qu'il récusait comme simplement incohérents et illogiques des propos avec lesquels il n'était pas d'accord.

      Évidemment, dans l'enthousiasme des débats, on est quelquefois porté à se parler dans le nez plutôt que d'argumenter, n'est-ce pas? Vous-même, ce matin, joignant votre voix à l'immense chorale anti NPD qui enchante quotidiennement ces pages de commentaires, vous voilà à inviter à votre tour les quelques pleumés représentant, il paraît, « un certain groupe de pression qui se croit parti politique » (qui a recueilli 323 000 votes de défonceurs de portes ouvertes en 2014, si vous parlez de QC) à aller se faire voir ailleurs.

      Mais parlons donc de rigidité (pas de monsieur Gagnon). Ce que je crois, c'est que dans leur passion souverainiste bien légitime, les militants bloquistes n'aiment pas qu'on leur fasse voir que les électeurs n'ont pas tous voté pour eux parce qu'ils adhéraient à la cause, loin de là. Ils sont bien prêts à se boucher le nez et à recueillir le vote, quitte à utiliser au passage les tactiques conservatrices, pourvu qu'on ne leur en fasse pas remarque. Pourquoi ? Parce que les bonnes raisons de voter BQ, c'est eux qui les connaissent, c'est eux qui ont le droit d'en faire l'apostolat. Si on a le malheur de reconnaître que le NPD ne gagnera probablement pas et que voter pour le BQ redevient une option intéressante... ils ne trouvent pas mieux à faire que de railler nos dérives en protestant bruyamment de leur vertu souverainiste.

      Quant à moi, c'est de cela que j'ai soupé. Je ne m'excuserai pas de le dire ici avec quelques autres. Si on ne veut entendre que l'écho de ce qu'on pense, on n'a qu'à faire ce que je ne fais pas : sauter mes commentaires, non?

  • Christian Montmarquette - Abonné 5 octobre 2015 08 h 02

    Le double discours de Gilles Duceppe

    «Mulcair vote pour l’austérité à Couillard, mais contre celle de Harper. » - Le Devoir

    Et de son côté, Gilles Duceppe, lui, vote contre l'austérité de Harper, mais «pour» l'austérité du PQ?

    Christian Montmarquette

    Référence :


    LE BUDGET MARCEAU : «Austérité préélectorale à Québec»- Le Devoir, 21 février 2014

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/400644/bu

    .

    • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 5 octobre 2015 12 h 41


      Prêcher pour sa paroisse.
      Monsieur Montmarquette ne fait toujours pas la différence entre une campagne électorale fédérale et une campagne électorale paroissiale.

    • Raymond Labelle - Abonné 5 octobre 2015 13 h 33

      Dire que le NPD propose l'austérité est une autre contre-vérité répétée constamment par le Bloc.

      Le NPD propose des dépenses accrues pour aider la population à divers chapitres.

      C'est que le NPD financerait ces dépenses accrues avec plus de justice fiscale (par exemple en augmentant de 2% le taux d’imposition des grandes entreprises) et en coupant dans des privilèges fiscaux ou abus de subventions abusives, comme celles aux pétrolières par exemple.

    • Raymond Labelle - Abonné 5 octobre 2015 16 h 06

      Personne n'a voté pour l'austérité de Couillard, car Couillard n'avait pas annoncé l'austérité dans la campagne électorale provinciale.

      M. Mulcair avait indiqué avoir voté pour l'individu Geoffrey Kelley, à cause des qualités personnelles de ce dernier.

    • Christian Montmarquette - Abonné 5 octobre 2015 17 h 41

      «Monsieur Montmarquette ne fait toujours pas la différence entre une campagne électorale fédérale et une campagne électorale paroissiale.»-Richard Génois Chalifoux

      M, Génois Chalifoux,

      - Ne trouvez-vous pas complètement contradictoire que les «bloco-péquistes» blâment sans cesse l'austérité libérale et ne disent pas un traitre mot de l'austérité péquiste?

      - Cm

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 6 octobre 2015 04 h 54

      «- Ne trouvez-vous pas complètement contradictoire que les «bloco-péquistes» blâment sans cesse l'austérité libérale et ne disent pas un traitre mot de l'austérité péquiste? - Cm»

      Personne ne peut vous accuser de ne pas garder toujours le même oeil sur toujours la même cible. La constance, il n'y a que la constance.

      PL

  • Alain Lavallée - Inscrit 5 octobre 2015 08 h 11

    Harper est déjà battu, alors vive le BLOC

    M" Montmarquette, tous les sondages indiquent depuis 2 ou 3 semaines que le prochain gouvernement du Canada sera minoritaire et que ce gouvernement minoritaire sera soit Libéral ou Conservateur. Le NPD n'est plus dans la course.

    Dans ce contexte, le "vote stratégique" pour battre Harper devient inutile. L'important maintenant c'est d'élire des représentants qui comme ceux du Bloc pourront défendre les intérêts des QUébécois... Les libéraux sont pour l'oléoduc Energy East, tout comme le NPD et les COnservateurs, alors seul les députés du BLOC seront à même de défendre et d'oser se tenir debout dans ce dossier et bien d'autres.

    Un gouvernement minoritaire signifie que même si Harper était en tête... il pourrait rapidement être défait en chambre et remplacé par une coalition.

    Dans un tel cadre, le Bloc est la meilleure police d'ASSURANCE DU QUÉBEC. À 24 % dans les sondages le Bloc est assuré d'être un parti reconnu (sondage Léger-Le Devoir...) , plus il grimpera plus le Québec pourra se faire entendre.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 5 octobre 2015 14 h 59

      Je suis tout à fait en accord avec votre position quand au Bloc Québécois, si seulement plus de Québécois pensaient comme vous! Les intérêts du Québec pour nous, le reste des provinces s'occupera du reste.

    • Christian Montmarquette - Abonné 5 octobre 2015 18 h 32

      À Alain Lavallée,

      «Aider Harper, n'est pas défendre les intérêts du Québec»

      Inutile ne nous expliquer que le Bloc, qui a appuyé l'ignoble C-51, qui a s'est fait le porte-queue de la campagne de diversion sur le niqab des conservateurs, favorise le retour de Harper au pouvoir; c'est ce que je dénonce depuis des semaines. Un beau gâchis alors que le très sérieux «Poll Tracker» ne donne toujours qu'un seul siège sur au Bloc avec un maximum de 4.

      - Bravo, le Bloc!

      Si on ne vous avait pas , il faudrait vous inventer!

      Et non, aider Harper, n'est pas défendre les intérêts du Québec.

      Christian Montmarquette

      PS : Le Bloc n'est pas contre Énergie Est quand il dit :

      «Que la décision finale, ce soit le gouvernement du Québec qui la donne.»- Gilles Duceppe, Le Havre, 20 juin 2015

      .

    • Raymond Labelle - Abonné 5 octobre 2015 20 h 23

      "Un beau gâchis alors que le très sérieux «Poll Tracker» ne donne toujours qu'un seul siège sur au Bloc avec un maximum de 4."

      Le Bloc pourrait avoir peut-être quelques sièges de plus, mais sa remontée aux dépens du NPD aurait aussi pour effet de faire passer quelques conservateurs et libéraux.

      Par ailleurs, sur Énergie Est: M. Duceppe, au premier débat au français, avait dit explicitement que la position du Bloc était que c'était au gouvernement du Québec de décider.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 6 octobre 2015 05 h 06

      «Que la décision finale, ce soit le gouvernement du Québec qui la donne.»- Gilles Duceppe, Le Havre, 20 juin 2015 »

      Eh oui ! Y a encore un gouvernement au Québec ! Élu en plus ! Par la majorité ! Drôle de système tout de même, trouvez pas ?

      Et ça va durer tant que ce ne sera pas un petit groupe de pression de coin de rue qui prendra le pouvoir. (Pas tant que je serai là !)

      Y a des gens qui s’imaginent que pour faire avancer la lune, il faut hurler après. Étrange tout de même.

      PL

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 6 octobre 2015 09 h 59

      Monsieur Lefebvre,

      Le 20 octobre, il y aura aussi un gouvernement élu, à Ottawa. Si c'est le NPD qui est élu, il sera issu en partie d'un petit groupe de pression de coin de rue, ce qui le rendra d'emblée moins démocratique à vos yeux, mais bon... Il s'est engagé à reprendre le processus d'évaluation environnementale, non? Duplicité et calcul ? Évidemment !

      A moins que son erreur, sur cette question comme sur celle du niqab, renonçant au calcul populiste, ce soit d'avoir dit plutôt ce qu'il pense, avec les nuances nécessaires pour toute question où les intérêts ne sont pas convergents. Des nuances qui n'intéressent ses adversaires que dans la mesure où ils peuvent y traquer l'ambiguité, l'ambivalence, le mensonge.

      La position du Bloc sur Énergie Est est-elle plus claire? S'il est absolument contre, pas besoin d'attendre après le BAPE pour le dire. Cela signifie-t-il qu'il tenne un double discours? Ben non, pas lui....