Le Bloc veut étendre la loi 101 aux entreprises fédérales

Le Bloc québécois souhaite appliquer la loi 101 aux entreprises sous autorité fédérale installées aux Québec pour permettre à tous d’y travailler en français.

Le chef du Bloc, Gilles Duceppe, a annoncé mardi matin à Montréal que son parti entend déposer à la Chambre des communes un projet de loi qui reprendrait toutes les dispositions de la Charte de la langue française et qui s’appliquerait aux entreprises québécoises de compétence fédérale. Ce projet de loi concernerait notamment les banques, les compagnies de chemin de fer et le secteur des télécommunications et celui du transport interprovincial.

« La loi 101 donne aux Québécois le droit de travailler en français. Près de 200 000 travailleurs et travailleuses sont privés de ce droit parce qu’ils travaillent dans des entreprises de juridiction fédérale », a déploré M. Duceppe.

Il a au passage écorché le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, qui refuse d’aller aussi loin que lui pour protéger la langue de travail de tous les Québécois.

« On sait que M. Mulcair a travaillé contre la loi 101 du temps où il était l’avocat d’Alliance Québec. Il dit qu’il est maintenant devenu un protecteur de la loi 101. Je le mets donc au défi de nous le prouver en se rangeant derrière nous », a-t-il lancé.

Seulement les Québécois

M. Duceppe ne croit pas qu’une intervention du commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, serait suffisante puisque celui-ci ne veille qu’à l’application des lois existantes.

Le projet de loi du Bloc ne concernerait pas les francophones hors Québec, qui devraient se tourner vers la Loi sur les langues officielles pour faire respecter leurs droits, a-t-il fait valoir.

« Les francophones hors Québec, ce qu’ils veulent, c’est le droit de pouvoir travailler en français. Or, ça, c’est la Loi sur les langues officielles et elle devrait être appliquée. Malheureusement, c’est loin d’être le cas », a noté le chef de la formation souverainiste.

Silence sur l’Arabie saoudite

Le chef bloquiste, Gilles Duceppe, déplore que la question des liens entre le Canada et l’Arabie saoudite n’ait pas été soulevée lundi soir lors du débat Munk sur la politique étrangère. « Personne n’a répondu à la question que j’ai posée concernant la vente d’armes à l’Arabie saoudite », a-t-il affirmé lorsque les journalistes l’ont invité à commenter le débat de la veille. À son avis, ses adversaires politiques évitent de se prononcer sur cet enjeu pour ne pas perdre de votes en Ontario, d’où est exporté l’équipement militaire en question.
19 commentaires
  • Alexandre Boulerice - Inscrit 29 septembre 2015 13 h 35

    NPD veut appliquer la loi 101 aux entreprises de juridiction fédérale

    Le NPD veut appliquer la loi 101 aux entreprises de juridiction fédéralet la position du NPD depuis le congrès national du NPD en 2009.
    Pourquoi vous n'en parlez pas?

    • - Inscrit 29 septembre 2015 15 h 38

      Le moins qu'on puisse dire c'est que vous êtes d'une grande discrétion. c'est le secret le mieux gardé en ville ... à part bien sur les états de service de votre chef !
      C’est vrai qu’en campagne électorale il n’est pas bon de tout dire car les murs ont des oreilles et le Canada est bourré de traducteurs.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 septembre 2015 16 h 56

      On parle aussi très peu du fait que les conservateurs se disent «contre» le port du niaqb dans les cérémonies d'assermentations, mais «pour» le port du niqab dans la fonction publique.

      Référence :

      «Opposé pour l'obtention de la citoyenneté - Harper dit oui au port du niqab dans la fonction publique» - TVA-Nouvelle, 11 mars 2015

    • Raymond Labelle - Abonné 29 septembre 2015 17 h 08

      Pourquoi M. Duceppe n'en parle-t-il pas?

      Je ne sais pas, mais disons qu'il a un rapport assez spécial avec la vérité.

      - Il ne dit pas non plus que la proposition du NPD quant à l'assurance-chômage correspond en gros à celle du Bloc. Il fait plutôt de la sémantique tordue pour tenter de faire croire faussement que le NPD se réjouit de ce que le gouvernement pige dans la caisse d'assurance-emploi (interprétation des propos du député Caron du NPD).

      - Il accuse faussement M. Mulcair de double discours sur le pipeline et la question de la majorité simple au référendum et ce, à répétition (tout comme Justin d'ailleurs). Alors qu'il est clair que, depuis longtemps, M. Mulcair adopte la même position en français et en anglais partout au Canada. Malheureusement, cette contre-vérité finit par passer pour une vérité à force d'être répétée.

      - Il présente les choses comme si le Bloc était inconditionnellement contre le pipeline d'Énergie Est et le NPD comme inconditionnellement pour alors que la vraie position du Bloc est de suivre la position du gouvernement du Québec et que c'est le BAPE qui doit décider. Tentons de deviner ce que sera la position du gouvernement Couillard. Les groupes environnementaux se plaignent de ce que le gouvernement du Québec veut établir un BAPE à rabais. PKP refuse de se prononcer sur la question. Donc, le Bloc inconditionnellement contre? Et le NPD n'est pas inconditionnellement pour: il propose un examen sérieux environnemental, avec des normes plus rigoureuses que celles présentement en vigueur.

    • François Séguin - Abonné 29 septembre 2015 17 h 53

      S'il s'avère qu'il soit exact, comme vous l'affirmez monsieur Boulerice, que le NPD s'est prononcé en 2009 pour que la loi 101 soit appliquée aux entreprises de juridiction fédérale, alors monsieur Duceppe tente de manipuler l'opinion publique québécoise en revenant sur des positions que monsieur Mulcair ne défend plus.

      Ce serait aussi démagogique que d'attaquer monsieur Duceppe parce que dans le passé il fut membre d'un parti (le Parti communiste ouvrier du Canada - Ligue communiste marxiste-léniniste du Canada) qui défendait bec et ongles le régime génocidaire de Pol Pot au Cambodge.

      Il y a des limites à la démagogie.

      François Séguin
      Knowlton

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 29 septembre 2015 18 h 37

      Peut-on croire l'ancien avocat opposé à la Loi 101?

    • Raymond Labelle - Abonné 29 septembre 2015 22 h 50

      M. Séguin. Personne ici n'a parlé du passé de M. Duceppe. Par contre, on fouille abondamment dans le passé de M. Mulcair, sans se gêner. En fait, M. Duceppe bénéficie davantage de discrétion et de respect que M. Mulcair à ce chapitre.

      Je ne dis pas qu'on devrait harceler M. Duceppe, je dis qu'on devrait laisser M. Mulcair tranquille.

      L'important c'est le programme présenté pour cette élection-ci et les enjeux de cette campagne électorale.

  • Michel Lebel - Abonné 29 septembre 2015 15 h 07

    Une balloune?

    Je ne suis pas convaincu que le fait que la Loi 101 ne s'applique pas aux entreprises de juridiction fédérale instalées ait un effet aussi négatif pour le français que le prétend le chef du Bloc. À vérifier. Ou est-ce seulement une ''balloune'' électoraliste? Je serais porté à le croire.

    M.L.

  • Diane Gélinas - Abonnée 29 septembre 2015 16 h 07

    Le NPD lui-même évite de parler de la Loi 101...

    Il ne s'en parle peut-être par parce que les positions du NPD n'ont plus rapport.

    Le parti peut bien promettre mer et monde, il ne formera pas le prochain gouvernement malgré la publicité de Tom Mulcair à l'effet que le NPD gagne du terrain dans le ROC... citant le gouvernement NPD en Alberta : «Bad timing» !

    La manchette du Devoir de ce matin : «Changements climatiques : Le NPD pourrait se heurter l’Alberta» Oups?! La PM néodémocrate se tient debout alors que les néodémocrates du Québec se sont écrasés sur la question du niqab !!!

    Il faut bien se l'avouer : «Tom» n'était pas le premier choix du Parti dans le ROC;
    Sa qualité, c'était qu'en tant que Québécois, il avait combattu toute sa vie les espoirs de liberté et d'indépendance de sa nation, dont la Loi 101 sur la protection du français.

    Un secret : si le NPD espère gagner des votes dans le ROC, ce qui lui nuit le plus est son actuel fort appui au Québec. Le jour où les Québécois, particulièrement les indépendatistes et les progressistes, constateront que leur attrait pour le NPD est illusoire, ils voteront en bloc pour le Bloc Québécois, seul parti qui n'a pas à faire la génuflexion devant le ROC avant de prendre la parole.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 29 septembre 2015 21 h 07

      Vous résumez fort bien ma pensée, madame.

  • Pierre Desautels - Abonné 29 septembre 2015 19 h 43

    Du temps perdu...


    Encore un coup d'épée dans l'eau. Le NPD a voté avec le Bloc sur cette question en 2009 et les conservateurs et libéraux ont voté contre. En 2012, le NPD a présenté une motion semblable et les trois autres partis ont voté contre (incluant le Bloc), pour différentes raisons. C'est bien de vouloir épater la galerie, mais pourquoi perdre son temps?

  • Guy Lafortune - Inscrit 29 septembre 2015 19 h 54

    La soupe identitaire!

    La soupe identitaire! C'est ça le Bloc, le PQ, ok mais les Québécois ne se sépareront pas à cause de ça, ce n'est pas assez un enjeu de vie ou de mort, c'est ça que le mouvement séparatiste n'a jamais compris et ne le comprendra jamais!

    • Cyr Guillaume - Inscrit 29 septembre 2015 21 h 08

      Et ce que vous ne semblez pas comprendre, c'est les Indépendantiste ont le droit d'exister de penser comme ils le veulent aussi.

    • Marc Bouchard-Marquis - Inscrit 29 septembre 2015 22 h 48

      Vous préférez la soupe identitaire canadian, dans une autre langue et une autre culture...

    • Jean-François Trottier - Abonné 30 septembre 2015 08 h 16

      Mêler la loi 101 à une crise identitaire est profondément malhonnête. Nous parlons de langue de travail et de fonctionnement.

      Allez parler à une dame mal payée parce qu'unilingue française, qui s'occupe seule de trois enfants et qui va faire son épicerie avec eux au retour du travail, demandez-lui si elle vit une crise identitaire.
      Il est possible qu'elle ne vous arrache pas le visage après tout mais ce serait mérité.

      Le gros bon sens veut que la langue de fonctionnement au Québec soit le français.
      Le problème n'est absolument pas là mais bien chez les dinosaures qui continuent à "défendre" la majorité anglo. Et surtout, surtout leur propre problème identitaire.