Duceppe à son aise à Québec, tandis que Mulcair se tait

Alors que Thomas Mulcair et Gilles Duceppe se succédaient à l’hôtel de ville pour rencontrer le maire Régis Labeaume, le chef du Bloc québécois a déclaré que le vent tournait en sa faveur vis-à-vis du NPD.

En sortant du bureau de M. Labeaume en matinée, M. Duceppe a déclaré que les deux s’entendaient « sur les dossiers prioritaires pour Québec », mais aussi « sur la question du niqab et l’interdiction de voter à visage couvert ».

Plus tôt cette semaine, le maire de Québec s’était prononcé « contre le port du niqab » sur sa page Facebook. « Aucun motif religieux ne devrait servir de prétexte pour justifier une pratique qui infériorise la femme », avait-il écrit.

« Le vent tourne parce que le Québec se rend compte que M. Mulcair a un double discours, a lancé M. Duceppe vendredi. Quand on voit le vrai visage du NPD de M. Mulcair comme sur la question du niqab, les Québécois et les Québécoises, ça les trouble. »

L’attention autour du dossier du niqab semble s’être cristallisée dans la foulée du premier débat des chefs en français, selon les données de la firme Influence communication. Pour la journée de vendredi, au Québec, le poids média de cet enjeu a atteint 23,2 %, comparativement à 10,6 % en moyenne au cours de la semaine.

À Québec, M. Duceppe a soutenu en outre qu’il y avait des luttes à deux, à trois et à quatre dans la région. Plus tard, lors d’une entrevue au FM 93 avec Éric Duhaime (un ancien conseiller de son équipe), il a dit vouloir mettre la main sur au moins 12 sièges aux élections pour être un parti « reconnu ».

Après le dîner, ce fut au tour de M. Mulcair de se rendre à l’hôtel de ville rencontrer le maire de Québec. Le chef du NPD n’a toutefois pas voulu répondre aux questions des médias à sa sortie. « Excellente rencontre avec M. Labeaume. La Ville de Québec va avoir un partenaire fiable à long terme avec un gouvernement du NPD », a-t-il lancé avant de s’engouffrer dans sa voiture.

Des appuis

La veille, M. Mulcair avait appuyé les demandes du maire Labeaume concernant le centre de prédédouanement de l’aéroport, le financement récurrent de l’Institut national d’optique et le projet d’Institut nordique de l’Université Laval. Il avait toutefois été plus nuancé sur le projet d’agrandissement du Port, ce qui lui a valu de vives critiques de la Chambre de commerce locale.

Plus tôt, les deux chefs se sont succédé au micro du Congrès de la Fédération québécoise des municipalités (FQM). Les conservateurs et libéraux avaient quant à eux dépêché Steven Blaney et Mélanie Joly.