Le quart des candidats de Harper sont contre l’avortement

Stephen Harper n’a peut-être pas mis l’avortement à son ordre du jour électoral, mais au moins le quart de ses candidats se disent pro-vie. Le groupe Campaign Life Coalition exhorte ses sympathisants à voter pour eux le 19 octobre prochain.

À chaque élection, Campaign Life Coalition (CLC), une organisation pro-vie, envoie un questionnaire à tous les candidats qui tentent de se faire élire à la Chambre des communes. Afin de recommander ou non leur élection, le groupe évalue les réponses reçues ainsi que les prises de position antérieures des individus ou leurs votes au Parlement. Jusqu’à présent, CLC a identifié 109 candidats pro-vie. Du lot, 83 portent les couleurs du Parti conservateur, les autres portent celles du Parti de l’héritage chrétien, qui n’a jamais fait élire un député à Ottawa. Des 83 conservateurs, 58 sont des députés sortants. Aucun néodémocrate, libéral, bloquiste ou vert n’a obtenu l’imprimatur du CLC. Un seul provient du Québec : Sean Mulligan, candidat dans Hull-Aylmer pour le Parti de l’héritage chrétien.

Dictature pro-choix

« Cela nous dit qu’il y a une dictature au Canada et qu’il faut y penser à deux fois avant de voter pour le NPD ou le Parti libéral », se désole en entrevue Mary Ellen Douglas, l’organisatrice nationale du CLC. « S’ils ne permettent pas aux gens de n’avoir ne serait-ce qu’une pensée sur cette question, à quel point pourront-ils penser sur les autres enjeux ? La vie est un enjeu extrêmement important et nous avons deux partis politiques qui suppriment la liberté d’expression sur ce sujet. Cela devrait inquiéter les gens. »

Il est à noter que les candidats n’ont pas tous répondu au questionnaire du CLC, tant s’en faut. Au Québec, par exemple, aucun représentant du Parti conservateur l’ayant reçu ne l’a retourné, a constaté Le Devoir.

Le chef néodémocrate Thomas Mulcair et le libéral Justin Trudeau ont promis qu’aucun de leur député ne serait autorisé à voter contre le droit des femmes de choisir. Le NPD interdit même aux pro-vie de se porter candidats pour lui et déplore que tel ne soit pas le cas au Parti libéral. Certains députés libéraux ayant déjà affiché des idées pro-vie se représentent à l’élection (John McKay, Lawrence MacAulay et Kevin Lamoureux) quoique après avoir promis à leur chef de remiser ces idées. La candidate libérale d’Hamilton Filomena Tassi se dit elle aussi pro-vie, mais refuserait de recriminaliser l’avortement.

Le candidat conservateur dans Winnipeg-Sud, Gordon Giesbrecht, a fait parler de lui cette semaine lorsque ses anciens propos sur l’avortement, consignés dans une vidéo, ont refait surface. Il explique que les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ont coûté la vie à environ 3000 personnes et que l’Holocauste a causé la mort de 6 millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. « En moyenne, cela équivaut à un 11-Septembre par jour pendant les six ans qu’a duré la guerre. C’est un chiffre qui donne le vertige. Mais tenez-vous bien : depuis que l’avortement est devenu légal en Amérique du Nord il y a quelques décennies, plus de 42 millions d’enfants non nés ont été avortés. C’est un 11-Septembre chaque jour depuis 35 ans. » Le Parti conservateur confirme que M. Giesbrecht est encore candidat.

Il n’a pas été possible de parler avec M. Giesbrecht, son bureau faisant savoir qu’il faisait du porte-à-porte et ne donnait aucune entrevue sur le sujet. « Le premier ministre a été très clair sur le fait que nous ne rouvrirons pas ce débat », a indiqué son équipe par courriel. Interrogée à propos du grand nombre de candidats conservateurs considérés comme pro-vie, l’équipe de Stephen Harper a fait parvenir le même commentaire.

À voir en vidéo