Le niqab devient une arme électorale

Stephen Harper a annoncé vendredi qu’Ottawa allait demander la suspension du jugement qui invalide l’interdiction du niqab lors des cérémonies de citoyenneté.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Stephen Harper a annoncé vendredi qu’Ottawa allait demander la suspension du jugement qui invalide l’interdiction du niqab lors des cérémonies de citoyenneté.

Conservateurs et bloquistes ont profité du jugement récent des tribunaux sur le port du niqab pour taper sur leurs adversaires. Les troupes de Stephen Harper ont annoncé un nouveau recours judiciaire, tout en accusant Thomas Mulcair et Justin Trudeau d’aller à l’encontre de la volonté des Canadiens sur cette question. Les troupes de Gilles Duceppe, de leur côté, ont lancé une nouvelle publicité pour s’en prendre à la position du NPD.

Non seulement les conservateurs feront appel à la Cour suprême pour contester le jugement de la Cour d’appel fédérale invalidant leur interdiction du niqab aux cérémonies de citoyenneté, mais ils veulent en outre suspendre cette décision pour éviter que quiconque d’ici là ne prête serment voilé. Le gouvernement fédéral demandera une suspension du jugement, sur les ordres du Parti conservateur.

« Quand vous vous joignez à la famille canadienne, lors d’une cérémonie de citoyenneté, il est essentiel qu’à ce moment vous vous révéliez aux Canadiens. Et c’est une position largement appuyée par les Canadiens », a fait valoir Stephen Harper, qui faisait campagne à Calgary vendredi.

Son ministre sortant, Denis Lebel, venait de profiter d’une nouvelle journée électorale pour annoncer ce recours d’Ottawa, qui aurait pu être annoncé mercredi, en même temps que l’appel au plus haut tribunal du pays. « Justin [Trudeau] et [Thomas] Mulcair ne comprennent pas les Canadiens sur cette question », a accusé M. Lebel par communiqué de presse.

Or ce sont plutôt les conservateurs qui ne comprennent rien et le Parti libéral qui « comprend que le Canada est un pays qui protège les droits des minorités », a rétorqué Justin Trudeau.

Le chef libéral a accusé Stephen Harper d’aller aux extrêmes pour empêcher une seule femme, Zunera Ishaq, de voter contre lui le mois prochain. Un recours « réellement désolant ». L’un des avocats de Mme Ishaq, Lorne Waldman, a indiqué au Devoir qu’il demanderait au fédéral d’expédier sa démarche afin de permettre à sa cliente d’obtenir sa citoyenneté à temps pour aller voter si la demande de suspension du jugement est rejetée.

Pour sa part, Justin Trudeau a promis de retirer la contestation du gouvernement à la Cour suprême s’il est élu.

Division au NPD

Thomas Mulcair, de son côté, s’est fait discret sur la question, évitant de préciser s’il retirerait, comme les libéraux, l’appel du fédéral. « Nous allons respecter les tribunaux », a-t-il répondu, en notant que, comme pour la liberté d’expression ou de presse, « les tribunaux sont là pour garantir la liberté de religion ». Mais les femmes voilées, comme Mme Ishaq, sont obligées de s’identifier avant la cérémonie de citoyenneté, a-t-il souligné. « C’est obligatoire. Et c’est bien ainsi. »

Signe d’un malaise au sein des troupes néodémocrates, l’un de ses candidats québécois, Jean-François Delisle, a affirmé à La Presse canadienne que « le visage couvert pour une cérémonie d’assermentation, je ne suis pas en accord avec ça, et je suis à l’aise de le dire, et je pense que mon parti aussi est à l’aise de dire ça ». En fait, M. Mulcair avait jugé que la cour de première instance avait « pris la bonne décision » cet hiver en confirmant le port du niqab aux cérémonies de citoyenneté, car il s’agit d’« une question de droits et libertés ».

Mais M. Delisle, candidat dans Mégantic-L’Érable, soumet que « Thomas Mulcair est prêt à ouvrir la Constitution sur le Sénat. Donc, pourquoi il ne serait pas prêt à l’ouvrir sur cette question-là ? », a-t-il demandé, en suggérant d’amender la Charte des droits et libertés.

Sentant peut-être le malaise et le flottement possible chez les électeurs, le Bloc québécois a justement dénoncé, avec une toute nouvelle publicité, la position de M. Mulcair. La vidéo plaide que l’élection de Thomas Mulcair mènerait à la construction de l’oléoduc Énergie Est de même qu’au vote et au serment de citoyenneté à visage voilé.

« C’est la goutte de trop. Je retourne au Bloc », tranche le message bloquiste. Réponse d’un attaché de M. Mulcair, Karl Bélanger, sur Twitter : « Le Front national vient de faire son entrée dans la campagne. »

En matinée, Gilles Duceppe avait invité « les partis fédéralistes qui, au Québec, disent respecter les décisions de l’Assemblée nationale » à défendre la motion adoptée la veille pour qu’Ottawa interdise le vote à visage couvert — une référence à peine voilée au NPD.

Vous avez dit «Canadiens de souche»?

Le chef conservateur a été pris à partie par ses adversaires pour avoir parlé de « Canadiens de souche » lors du débat de jeudi soir. L’échange portait sur les soins de santé qu’Ottawa a retirés à certaines catégories de réfugiés. Stephen Harper a alors défendu sa décision, « avec laquelle sont d’accord les nouveaux Canadiens, les Canadiens actuels et les Canadiens de souche ». Appelé à expliquer vendredi ce qu’il entendait par là, le chef conservateur a seulement reformulé sa réponse : « C’est une position qui a largement l’appui de la population canadienne. Elle a l’appui des Canadiens qui sont eux-mêmes des immigrants et l’appui de nous autres les Canadiens qui sommes les descendants d’immigrants d’une ou plusieurs générations ». Le chef du NPD, Thomas Mulcair, estime qu’« il s’agit d’un langage qui divise. Je pense que nous sommes tous canadiens et je n’aime pas lorsqu’on divise les gens en catégories comme ça ». Le chef libéral y a vu, pour sa part, une autre illustration de la tendance de M. Harper à « mettre en lumière ce qui divise les Canadiens plutôt que ce qui les rassemble ». « Il ne croit pas qu’un Canadien est un Canadien est un Canadien. Il pense qu’il y a différentes catégories de Canadiens, et ce n’est pas seulement choquant, cela nuit au pays », a dit M. Trudeau.

 
16 commentaires
  • Normand Carrier - Inscrit 19 septembre 2015 07 h 34

    Quelle aberration ce niquab ....

    Le moins que l'on puisse dire est que le PLC et le NPD sont en porte a faux avec les Québécois qui sont en complet désaccord pour le port du niquab lors de l'assermentation et du vote .... Comment peuvent-ils défendre pareille aberration ? Dans le sondage maison de TVA , 10,625 personnes ont voté a 98% contre le jugement de la cour d'appel qui authorisait le port du niquab lors cde l'assermentation ... On peux dire que le PLC et le NPD ne représentent que le 2% de la population .....

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 19 septembre 2015 13 h 04

      Si TVA avait demandé aux répondants s'ils étaient d'accord avec la décision du gouvernement Harper d'accorder la citoyenneté canadienne à environ 10,000 femmes portant le niqab, je pense que 98% (ou plus) des répondants auraient voté contre.

      Avec un tel nombre de personnes concernées, il était inévitable que l'une d'elles défende ses droits.

      Le NPD et le PLC représentent cette majorité de la population canadienne qui veulent qu'un ministre respecte la souveraineté du parlement. Cela signifie que ce ministe ne peut pas émettre une directive qui va à l'encontre d'une loi adoptée par le parlement.

    • Normand Carrier - Inscrit 20 septembre 2015 07 h 27

      La position du PLC de Trudeau est le respect intégral de la charte de son père quitte a se ridiculiser a voter avec le niqab mais au moins il est clair sur sa position .... Mulcair et le NPD sont dans la miasse en jouant sur le jugement de la cour et faisant un grand slalom pour ne pas se prononcer clairement sur le port du niqab lors de l'assermentation ..... Cette position sera intenable d'ici la fin de la campagne électorale et durant les deux débats a venir .... Compte tenu de l'opinion unanime des Québécois sur cette question et toute la charge émotive qui en résulte , le NPD va en perdre ses culottes ....

  • Loraine King - Abonnée 19 septembre 2015 07 h 56

    Nul besoin

    Nul besoin de "défendre la motion adoptée la veille pour qu’Ottawa interdise le vote à visage couvert", comme le veut le Bloc. Pourquoi écrire des lois ridicules? On vote déjà caché, en secret. Personne n'est supposé voir notre visage quand on vote.

    Nul besoin d'amender la Constitution non plus. Une simple loi suffit.

    La Charte canadienne des droits et libertés permet à l'état de restreindre les libertés décrites dans les articles 2, et 7 à 15 avec la clause dérogatoire. Si les Canadiens veulent interdire qu'on se couvre le visage en public au Canada, ils voteront en masse pour les politiciens qui proposent une simple loi claire et à l'abri des contestations.

    Ce dont on a besoin ce sont des politiciens sérieux, prêts à proposer des lois que tout le monde comprend, qui ont une valeur légale évidente, et à en débattre devant l'électorat. Aucun politicien n'a ce courage ou ce sérieux, sauf pour Justin Trudeau dont la position est claire.

    Nul besoin de s'inquiéter : augmentations mammaires pour mieux plaire, labioplasties pour mieux paraître dans vos jeans, libre à vous, Québécoises, car ça c'est notre culture, nos usages. C'est le tissus qui blesse, c'est la pudeur qui choque. Lise Payette a déjà invité nos hommes à rencontrer ces femmes pour les convertir à notre vision de l'égalité homme-femme. Vous êtes protégées.

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 19 septembre 2015 13 h 10

      Aucun des partis politiques fédéraux -- parmi ceux qui ont la moindre chance de prendre le pouvoir -- n'a promis une dérégation constitutionnelle à ce sujet.

      Et entre nous Mme King, doit-on modifier la Constitution canadienne pour la durée d'une cérémonie ?

      N’est-ce pas un peu excessif ?

  • Claude Millaire - Abonné 19 septembre 2015 09 h 28

    Je vote BLOC

    Voila mon choix est fait au QUÉBEC je vote BLOC
    Claude

  • Colette Pagé - Inscrite 19 septembre 2015 10 h 59

    PLQ et NPD contre l'égalité des femmes !

    Comment peut-on expliquer autrement la collusion du PLC et du NPD en faveur de l'enfermement des femmes dans un vêtement moyennageux pour faire plaisir aux hommes et aux imans radicaux. Sous le prétexte fallacieux de protèger le trésor que représente les femmes, cette tradition vise principalement à protéger les hommes contre leurs pulsions sexuelles. Rien ne peut justifer le Canada de tolérer la prestation du serment d'adhésion au Canada à visage à couvert. Une honte pour un pays démocratique. La consécration d'une servitude.

    Autrement quant s'arrêtera ces demandes d'accommodements déraisonnables ? Pour alimenter notre réflexion, il faut lire le roman "Soumission" de Michel Houllebecq. De quoi nous inquiéter de cette dérive et de cette mollesse des décideurs publics. Voilà le résultat du multiculturalisme à la PET.

    Partant des positions déraisonnables du PLC et du NPD, il est raisonnable de penser que les électeurs québécois les sanctionneront.

    Par contre, afin que cette sanction ne profite pas au PCC, il s'impose de voter selon ses convictions en votant pour le BQ, le seul parti capable de défendre les intérêts du Québec.

    En regard de cette option et comme rien n'est jamais parfait, je m'interroge sur la position récente défendue par Gilles Duceppe à l'effet qu'un Québec indépendant interviendrait militairement dans les frappes contre L'État islamique.

    J'ai toujours pensé qu'à l'instar de la Suisse et des pays scandinaves le Québec, contrairement au Canada va-t-en-guerre de Stephen Harper, agirait comme un agent de la paix au plan international oeuvrant principalement sur le plan humanitaire et comme médiateur dans les conflits.

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 19 septembre 2015 11 h 23

      Le NPD et le Parti libéral veulent le respect de la Constitution du pays. Si le gouvernement Harper ne voulait pas de femmes portant le niqab au pays, il devait s'abstenir de leur ouvrir toutes grandes les portes du Canada.

      Au contraire, sa politique d'immigration privilégait les minorités religieuses opprimées. Les Ahmadis le sont. Sauf que leurs femmes portent le niqab. Voilà l'origine du problème.

      Une fois acceptées au pays, ces femmes ont des droits constitutionnels. Et c'est très bien qu'il en soit ainsi. Il faillait donc y penser avant.

    • Jacquelin Beaulieu - Inscrit 20 septembre 2015 07 h 43

      Monsieur Martel n'a rien compris aux problèmes de base et il essaie de faire diversion ..... Ce n'est pas pour rien que tous les partis politiques du Québec ont pris unanimement position contre le niqab lors du vote et de l'assermentation ...... Le visage doit être découvert lorsque de ces événements ce qui rejoint le consensus Québécois ..... Les positions du PLC et du NPD sont fallacieuses et dangereuses .....

  • P. Raymond - Inscrit 19 septembre 2015 13 h 03

    Une diversion planifiée et savamment orchestrée

    C’en est risible. Stephen Harper détient le pouvoir depuis dix ans, dont un dernier mandat majoritaire, et « promet »; promet(?) de régler un problème qu’il a lui-même créé et sciemment laissé pourrir pour le ressortir en ce milieu de campagne électorale et se poser ainsi en sauveur de – les Canadiens et les Canadiennes.

    Dix ans au pouvoir et monsieur « promet », s’il est ré-élu, un « projet » de loi visant à ce que -les Canadiens et les Canadiennes- prêtent serment à visage découvert. « Promet un projet de loi... »....La transparence déjà promise avec çà?
    S’il l’avait voulu, pour vrai comme il le promet encore aujourd’hui, on l’aurait! Et depuis longtemps. ...Depuis qu’il est majoritaire (avec 39% des voix) en fait!

    Il est grandement temps que les électeurs lèvent le voile que les trois principaux partis et les médias maintiennent devant leurs yeux et qu’on cesse de passer sous silence les enjeux réels de cette élection: l’environnement, les poursuites libre-échangistes des multinationales contre l’État c’est-à-dire vous, la militarisation du pays à des fins commerciales, le camouflage des magouilles sénatoriales, les réductions à l’assurance-emploi, les lois mammouth liberticides, le muselage des scientifiques, les emplois perdus et plus encore...

    • Margot Savoie - Abonnée 20 septembre 2015 09 h 02

      Merci M. Raymond pour ce précieux rappel