Victoriaville: le candidat du PCC soulève des questions

Le candidat du Parti conservateur Alain Rayes
Photo: Ville de Victoriaville / CC Le candidat du Parti conservateur Alain Rayes

La campagne que mène le candidat vedette du Parti conservateur dans Richmond-Arthabaska, Alain Rayes, a une aura d’« étrangeté » et de « bizarrerie », suggère le lieutenant québécois néodémocrate Alexandre Boulerice.

De passage à Victoriaville pour soutenir la candidate locale du NPD, Myriam Beaulieu, il a dit entretenir certaines craintes dans la foulée de récentes révélations sur la campagne de celui qui est aussi maire de la ville.

Dans une série d’articles parus au cours des derniers jours, le Huffington Post a notamment rapporté que le scrutin dans la circonscription où se présente M. Rayes serait supervisé par son père, Raouf Rayes.

Un autre texte publié mardi soir révélait que le directeur des communications de M. Rayes est un partenaire d’affaires d’un journaliste du quotidien La Tribune affecté à la couverture du candidat conservateur.

La cible des attaques balaie l’ensemble de ces critiques du revers de la main et accuse ses adversaires de se livrer à une campagne de salissage, le voyant se diriger vers une victoire dans Richmond-Arthabaska.

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 18 septembre 2015 09 h 52

    Légal ?

    On sait que les jobs de directeur du scrutin sont donnés par le parti au pouvoir à des chums. Mais que le père puisse être juge dans un cas où son fils pourrait être en cause dépasse l'entendement, même si ça semble être permis dans notre loi électorale. Quant au ournal La Tribune, c'est un manque flagrant d'éthique journalistique.