Le cadre financier du NPD est un «dépliant», disent les libéraux

À quelques heures du débat des chefs du Globe and Mail portant sur l’économie, les libéraux qualifient de « dépliant » le cadre financier présenté mercredi par le Nouveau Parti démocratique (NPD).

« Le Parti libéral du Canada est le seul parti qui présente un plan clair, détaillé pour créer des emplois et sortir de la récession, alors que les deux autres s’enferment dans la logique du déficit zéro absolu, a déclaré jeudi matin, à Montréal, le coprésident de la campagne du Parti libéral du Canada (PLC) au Québec, Pablo Rodriguez. Vous êtes généreux d’appeler ça un cadre financier, moi j’appelle ça un dépliant. »

Le NPD a présenté mercredi un cadre financier prévoyant des surplus budgétaires pour les quatre prochaines années en haussant notamment le taux d’imposition des grandes entreprises.

Selon la candidate libérale dans Ahuntsic-Cartierville, Mélanie Joly, les chiffres présentés par le NPD s’appuient sur des prévisions économiques trop optimistes.

Ses collègues et elle ont par ailleurs voulu mettre en évidence les différences entre le PLC et ses adversaires.« Pourquoi nous sommes en récession présentement ? C’est parce que M. Harper a mis toutes ses billes dans le pétrole et que M. Mulcair veut faire en sorte de continuer la politique d’austérité de M. Harper. Quand on regarde la cadre financier du NPD, ce n’est pas le NPD de Jack [Layton] et ce n’est certainement même plus le NPD », a fait valoir Mme Joly.

Plusieurs promesses néodémocrates ne seront applicables que dans deux ou trois ans, alors que les investissements du PLC se concrétiseront dès le jour 1, a ajouté Michèle Audette, qui se présente dans Terrebonne. « C’est comme demander aux gens, “votez pour moi, mais soyez patients” », a-t-elle dit.

Pas de cadre libéral

 

En conférence de presse à Ottawa, le NPD a répondu aux attaques libérales en reprochant une fois de plus au PLC de ne pas avoir présenté un cadre financier détaillé.

Les néodémocrates ont notamment calculé que les libéraux surestiment d’environ 1 milliard de dollars les revenus qu’ils pourront tirer de l’impôt des particuliers.

« On continue à faire des annonces, mais je peux vous assurer qu’on aura un plan détaillé et chiffré, contrairement au dépliant [que les néodémocrates] ont présenté », s’est défendu le libéral Pablo Rodriguez.

De leur côté, les conservateurs ont choisi de revenir à la charge jeudi matin en accusant à nouveau les néodémocrates de détournement de fonds publics à des fins partisanes.

Le lieutenant québécois des conservateurs, Denis Lebel, a affirmé que le moment était opportun pour rappeler que le Bureau de régie interne du Parlement a ordonné à 68 députés et anciens députés néodémocrates de rembourser 2,75 millions pour avoir utilisé des fonds parlementaires à des fins partisanes dans des bureaux régionaux.

Rappelons que le NPD a refusé de rembourser cette somme et a plutôt choisi de déposer un recours en Cour fédérale, qualifiant d’« arbitraire » la décision rendue à son endroit.

À voir en vidéo