Place aux femmes dans la campagne

Francine Pelletier
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Francine Pelletier

Les enjeux qui touchent plus particulièrement les femmes seront enfin au premier plan des élections fédérales grâce à un partenariat entre la campagne Place au débat, Twitter Canada, le Toronto Star et Le Devoir.

À partir d’extraits individuels exclusifs filmés avec les quatre chefs des partis fédéraux, des femmes analyseront et commenteront ces questions. L’événement sera diffusé en direct de Toronto sur les sites du Devoir et du Toronto Star dès 19 h lundi prochain, 21 septembre.

« Conformément à sa mission et ses valeurs, Le Devoir est fier de collaborer à un débat où les partis seront invités à répondre aux questions touchant les droits des femmes », explique Marie-Andrée Chouinard, directrice de l’information au Devoir.

Quatre entrevues menées par Francine Pelletier constituent le matériau brut de ce débat. On peut y entendre les chefs de partis se prononcer pour une rare occasion sur des enjeux tels que la violence envers les femmes, les inégalités économiques et le leadership au féminin. Mme Pelletier observe et participe depuis des décennies aux luttes des femmes au Québec et au Canada. Les versions intégrales de ces entrevues vidéo seront ensuite disponibles. Twitter Canada est également parmi les diffuseurs, par le biais de son application Periscope.

Sur scène au théâtre Isabel Bader de Toronto, c’est la comédienne féministe et écrivaine Jess Beaulieu qui animera les discussions. D’autres journalistes, leaders d’opinion et chercheuses enrichiront la conversation sur ces questions d’une importance cruciale pour tout le pays.

1 commentaire
  • Jacques Boulanger - Inscrit 19 septembre 2015 07 h 43

    Place aux femmes et à l'opportunisme

    Sans restreindre la portée de certains engagements personnels et louables. Force est d'admettre que certaines de ces femmes (ont comme saisi la balle au bond) et ne sont là que pour satisfaire des intérêts bassement mercantiles, tout comme plusieurs de leurs homologues masculin, par ailleurs. Charmants ménages.