Duceppe croit qu’un Québec souverain interviendrait

Sherbrooke — Il arrive dans l’histoire du monde des moments où l’on n’a pas d’autre choix que d’intervenir militairement, et la situation en Syrie et en Irak est de ceux-là, croit Gilles Duceppe. Le chef bloquiste pousse la note et affirme qu’un Québec indépendant aurait choisi de participer à l’actuelle mission contre le groupe armé État islamique.

En défendant les frappes aériennes dans cette région du Moyen-Orient, M. Duceppe adopte aujourd’hui une position différente de celle qu’il avait prise en 2003 — il était alors contre l’intervention militaire du Canada en Irak — et contraire à celle de son parti le printemps passé.

Selon M. Duceppe, ce sont les visées expansionnistes du groupe islamiste radical qui justifient une intervention des Forces canadiennes. « Je pense que c’est là, la différence majeure », a-t-il soutenu en point de presse à Sherbrooke, mardi.

Québec militaire

Les Forces canadiennes ont eu tort de ne pas intervenir au Rwanda, où s’en est suivi un génocide, a-t-il rappelé. Son adversaire principal au Québec, le chef néodémocrate Thomas Mulcair, mettrait fin quant à lui à l’intervention militaire s’il était porté au pouvoir le 19 octobre. Aux yeux de M. Duceppe, cette prise de position est mal avisée.

« Je suis convaincu qu’un Québec indépendant ferait partie de la coalition qui combat ce groupe qui commet des crimes contre l’humanité. Même si nous avons tous la guerre en horreur, le Québec ne peut pas et ne doit pas se défiler de cette responsabilité », a-t-il lancé.

3 commentaires
  • Marc Lacroix - Abonné 16 septembre 2015 07 h 15

    Lui parle "vrai"

    Côté politique canadienne, la semaine fut difficile. Un surplus budgétaire fort à propos pour Harper, constitué de revenus non récurrents, de crédits budgétaires non utilisés, et de prédictions basées sur de cours du pétrole irréaliste... Mulcair estime qu'à partir de ce surplus, que — le parti va pouvoir commencer son règne du bon pied ( http://www.ledevoir.com/politique/canada/450070/un ). Le NPD serait un parti de centre gauche, sa vision concernant le déficit et l'exploitation du pétrole bitumineux, nous laisse toutefois perplexes quant à son orientation réelle Le NPD a besoin de percer en Ontario et ailleurs au Canada; le Québec représente quoi pour Thomas Mulcair ?

    Le document de Radio-Canda sur le partage de la richesse au Canada est pour le moins troublant:
    http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-canada-

    Les décisions prises dans le passé orientent le pays dans le club des pays — les plus inégalitaires du monde.

    L'affaire Zunera Ishaq, le niqab et la cérémonie d'accession à la citoyenneté; les défenseurs du multiculturalisme — Mulcair et Trudeau — sont dans l'embarras et Harper compte bien utiliser cette histoire pour se faire du capital politique. Notons qu'il aurait pu par des ajustements législatifs régler ce problème avant la campagne électorale, avouons toutefois que le jugement de la cour d'appel fédérale tombe à point, pour lui.

    Quant à Justin Trudeau, lui a eu l'idée de ne pas se braquer sur la question de déficit zéro, à tout prix, mais la présence de nombreuses belles-mères à ses côtés, le passé multiculturel de Justin laisse dans l'air un parfum qui nous tient à distance.

    Le Bloc ne formera pas le futur gouvernement du Canada, mais lorsque j'écoute les discours, le seul dans lequel je me reconnais, c'est celui de Duceppe!

  • Patrick Boulanger - Abonné 16 septembre 2015 11 h 24

    Votre « Québec militaire » ne me plaît pas du tout M. Duceppe!

    Contrairement à M. Duceppe, j'espère qu'un Québec indépendant choisirait de ne pas avoir d'armée. Votre « Québec militaire » ne me plaît pas du tout M. Duceppe!

  • Michel Gélinas - Abonné 16 septembre 2015 13 h 07

    Politique-fiction de Duceppe!

    Le «s'en-va-en-guerre» Duceppe n'en finit plus de jouer au petit colonel. Il se mêle de se projeter Premier ministre d'un Québec indépendant pour décider, lui tout seul, qu'il irait en guerre en Syrie lancer des bombes.
    C'est irresponsable, sachant que les guerres n'ont jamais rien réglé. C'est la diplomatie et l'ONU qui sont les tribunes pour s'exprimer. Les enjeux sont si complexes dans ce Moyen-Orient millénaire que je préférerais voir la solution venir d'eux-mêmes, des pays du Moyen-Orient. De pays qui partagent l'histoire et la culture du continent. Les Québécois ni les Canadiens n'ont pas à décider pour eux quoi faire face à l'EI et Assad. Allons aider Assad alors, en s'attaquant à l'EI, son ennemi. Les milliers de dollars en bombes qu'on dépense lui permet de garder plus d'argent dans le Trésor syrien et sa police tortionnaire.
    Duceppe fait peur:
    1.en appuyant si souvent Harper (que le Québec déteste);
    2. en niant le vote du Bloc contre l'intervention canadienne en Syrie;
    3. alors aussi que le NPD et le PLC ont voté contre cette intervention militaire (=jeter des bombes du haut des airs sur tout ce qui bouge).

    Harper doit bien rire d'avoir l'armée du Québec à ses côtés alors qu'il est isolé au Parlement et par les Canadiens sur la guerre en Syrie!!!