Promesses: Mulcair place l’équilibre budgétaire avant tout

Le chef néodémocrate Thomas Mulcair maintient sa promesse d’équilibrer le budget de l’an prochain, mais ne dit pas clairement lesquels de ses engagements électoraux il est prêt à larguer si nécessaire.

Alors qu’il faisait campagne à Niagara Falls, en Ontario, M. Mulcair a été interrogé mercredi sur la flexibilité de sa promesse électorale centrale advenant qu’un gouvernement néodémocrate hérite d’une situation financière pire que prévu de la part du gouvernement conservateur sortant.

Si la capacité du NPD de financer ses promesses provoque un certain scepticisme chez ses rivaux, certains se demandent également si le parti pourrait utiliser ce scénario comme excuse pour ne pas tenir tous ses engagements électoraux. « Eh bien, je crois que c’est une question tout à fait raisonnable, car je crois que c’est un classique, n’est-ce pas ? » a répondu le chef du NPD en faisant référence à la vieille ruse politique qui consiste à blâmer le précédent gouvernement pour des finances publiques en moins bon état que ce à quoi l’on s’attendait.

Thomas Mulcair a répété qu’équilibrer le budget 2015-2016 demeurait une « priorité absolue ». « Si vous regardez tout ce dont nous avons parlé jusqu’à maintenant, nous sommes confiants — en fait, je suis certain que notre budget en sera un équilibré », a-t-il dit.

Secteur automobile

 

Mercredi, M. Mulcair a promis de nouveaux incitatifs financiers pour les constructeurs automobiles et pour leurs fournisseurs, assurant que cela allait stimuler l’emploi. Il a présenté des engagements de plusieurs dizaines de milliers de dollars dans ce secteur crucial pour l’Ontario.

Il en a profité pour attaquer les gouvernements libéraux et conservateurs passés sur leur bilan d’aide à l’industrie automobile. « L’an dernier, 24 milliards de dollars ont été investis dans l’assemblage automobile à travers le monde, a-t-il expliqué. Malgré tout, le Canada n’a pas réussi à attirer un seul dollar. Pas un. Zéro. »

À voir en vidéo