Le Bloc compte batailler pour les transferts en santé

Gilles Duceppe prédit un déséquilibre fiscal.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Gilles Duceppe prédit un déséquilibre fiscal.

Le Bloc québécois fera de la santé son « premier cheval de bataille » pendant les prochaines semaines de la campagne électorale.

Les gouvernements provinciaux doivent composer avec un défi de taille, celui du vieillissement de la population, et les besoins des réseaux de santé sont « plus pressants que jamais », a soutenu le chef bloquiste Gilles Duceppe.

« Si rien ne change, dans 30 ans, Ottawa aura entièrement payé sa dette, tandis que le Québec et les provinces seront quasiment en faillite, a-t-il affirmé en point de presse à Montréal, mardi matin. Il s’agit certainement de l’enjeu le plus important de ces élections fédérales », a plaidé M. Duceppe.

Le chef du Bloc québécois estime que ses adversaires fédéraux représentent une menace pour la pérennité du financement des soins de santé dans les provinces. Car le spectre du déséquilibre fiscal plane toujours, surtout depuis que le gouvernement conservateur de Stephen Harper a annoncé qu’il limiterait l’augmentation des transferts en santé à compter de 2017, a averti Gilles Duceppe.

« Nous allons exiger du gouvernement fédéral qu’il prenne en compte dans le calcul des transferts les effets du vieillissement de la population. Pour le Québec, ça signifie 7,3 milliards de dollars de plus en santé sur les dix prochaines années », a-t-il fait valoir.

Priorité de Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a demandé aux chefs des partis fédéraux de se pencher sur cet enjeu dans une lettre envoyée il y a plus de trois semaines les exhortant à bonifier le Transfert canadien en matière de santé (TCS) et à l’ajuster aux réalités démographiques. M. Duceppe lui-même n’avait pas donné suite à cette missive. Seul le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, l’a fait, s’engageant simplement à travailler en partenariat avec les provinces afin de conclure une entente à long terme sur le financement des soins de santé.

À l’instar de son homologue libéral, le chef néodémocrate Thomas Mulcair a aussi promis récemment de s’asseoir avec ses homologues provinciaux et territoriaux pour convenir d’un accord, mais son hésitation à réitérer en contexte électoral son engagement d’annuler les compressions a suscité une certaine inquiétude.

« On ne réitère pas chaque chose que l’on dit chaque jour, ça ne veut pas dire pour autant qu’on revient sur ce que l’on a dit antérieurement », argue-t-on au Nouveau Parti démocratique, précisant que la plateforme serait dévoilée sous peu.

Dans un rapport sur la viabilité financière de 2015 publié en juillet dernier, le directeur parlementaire du budget a souligné que la hausse des dépenses en santé, liée au vieillissement de la population, continue de faire mal aux provinces. Le document précise qu’Ottawa pourrait remédier à la situation en augmentant le TCS.

Les conservateurs défendent leur bilan en matière de santé : « Les transferts aux provinces en matière de santé sont les plus hauts de notre histoire et ils vont continuer de croître de façon prévisible, soutenue et sans précédent avec le gouvernement Harper », a écrit une porte-parole du parti, Catherine Loubier.

2 commentaires
  • Jean Lapointe - Abonné 9 septembre 2015 08 h 28

    C'est quoi l'enjeu de ces élections pour un indépendantiste

    « Si rien ne change, dans 30 ans, Ottawa aura entièrement payé sa dette, tandis que le Québec et les provinces seront quasiment en faillite, a-t-il affirmé en point de presse à Montréal, mardi matin. Il s’agit certainement de l’enjeu le plus important de ces élections fédérales », a plaidé M. Duceppe.

    Pour un indépendantiste québécois est-ce que l'enjeu le plus important ne devrait pas être le statut du Québec au sein du Canada?

    Est-ce qu'un indépendantiste québécois ne doit pas toujours montrer pourquoi le Québec aurait avantage à être un Etat indépendant?

    Monsieur Duceppe me donne l'impression parfois d'oublier qu' il est indépendantiste.

    Il donne parfois l'impression de viser à défendre les provinces au lieu de défendre d'abord et avant tout le Québec.

    Mais peut-être est-ce à cause de la façon dont les journalistes rapportent ses paroles, eux qui se situent évidemment dans une perspective pancanadienne étant donné qu'ils se veulent neutres.

    Il reste que j'aimerais bien que monsieur Duceppe fasse plus clairement voir pourquoi il se présente à ces élections.

    Comme indépendantiste moi je m'attends à ce que monsieur Duceppe s'affiche clairement et constamment comme tel.

    C'est que cette campagne devrait être une occasion de plus de sensibiliser encore davantage la population québécoise et la population canadienne à la nécessité pour le Québec d'être libre de faire ses propres choix s'il veut survivre et surtout s'il veut vivre pleinement.

  • - Inscrit 9 septembre 2015 10 h 27

    Le seul parti ...

    .. qui se bat pour le Québec. Tous les autres se battent pour le Canada. Ça ressort de plus en plus dans la campagne.