Au tour de Trudeau de courtiser Québec

Le chef libéral Justin Trudeau a ouvert la porte mercredi à des discussions vers une fusion des déclarations de revenus fédérale et québécoise.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le chef libéral Justin Trudeau a ouvert la porte mercredi à des discussions vers une fusion des déclarations de revenus fédérale et québécoise.

Pour sa première visite à Québec, Justin Trudeau a livré à la région un discours sur mesure teinté de hockey et de franc-parler en se présentant comme le candidat de « l’optimisme » et « l’ambition ».

« Les gens de Québec, vous êtes connus pour votre franc-parler, vous parlez des vraies affaires. On va en parler, des vraies affaires ! » a lancé le chef libéral lors d’un rassemblement dans un hôtel de l’ancienne ville de Sainte-Foy.

Après une anecdote sur ses souvenirs d’enfance au Carnaval et son penchant pour le Canadien de Montréal, M. Trudeau s’est présenté comme le seul candidat du changement. « La façon de créer de la croissance, c’est en travaillant ensemble et en étant optimistes par rapport à notre avenir », a-t-il lancé avant d’avancer que Stephen Harper et Thomas Mulcair manquaient tous deux « d’ambition ».

« Ce mythe de bon gestionnaire, non seulement M. Harper ne l’a pas, mais M. Mulcair, en voulant le copier, montre que ce n’est pas lui le changement. »

Au moins 300 militants libéraux l’ont accueilli dans une salle pleine débordant d’enthousiasme.

Dans l’après-midi, M. Trudeau était allé s’entretenir avec le maire Régis Labeaume à l’hôtel de ville. Aux journalistes qui relayaient la demande du maire pour des engagements concrets et propres à Québec, le chef libéral a répété qu’il promettait des investissements de 60 milliards dans les infrastructures sur 10 ans.

En matinée, le lieutenant québécois des conservateurs, Denis Lebel, avait annoncé un engagement financier à long terme dans l’Institut national de l’optique (INO), ce qui faisait partie des demandes de Régis Labeaume.

Lors de son point de presse, M. Trudeau a mentionné ce dossier ainsi que celui du port de Québec et des projets scientifiques de l’Université Laval comme étant importants sans formuler d’engagements clairs à ce chapitre. « Pour moi, le gouvernement fédéral ne devrait pas être celui qui annonce qu’est-ce qui serait bâti en région, à Québec ou ailleurs. C’est aux provinces et aux régions de déterminer leurs priorités. »

Prudent, il est resté évasif sur le projet du gouvernement Couillard de centraliser la perception des impôts à Ottawa. « Le gouvernement devrait toujours être ouvert à parler avec les provinces pour qu’il y ait le plus d’efficacité possible dans l’administration des ressources publiques. »

De l’aide aux victimes de la pyrrhotite

En matinée, il s’était arrêté dans la ville de Trois-Rivières où il est revenu, en détail, sur le pan « vert » de ses promesses en infrastructures. Un gouvernement libéral investirait 6 milliards de dollars de plus en infrastructures vertes dans les quatre premières années. La dépense grimperait à 20 milliards en 10 ans.

Il a également réitéré sa promesse de travailler avec Québec pour régler le problème de la pyrrhotite. Les personnes aux prises avec la pyrrhotite doivent débourser de 150 000 $ à 300 000 $ pour réaliser les travaux nécessaires à la réfection des fondations de leur maison.

Le gouvernement Harper a toujours dit que cette affaire était de compétence provinciale, refusant d’aider financièrement les victimes.

La victoire de Joly confirmée

L’appel de l’une des rivales de la candidate vedette Mélanie Joly, dans Ahuntsic-Cartierville, a été rejeté par le comité permanent d’appel du Parti libéral du Canada, a indiqué le parti mercredi.

L’investiture du PLC dans cette circonscription montréalaise a été remportée par Mme Joly le 23 août.

La candidate Grace Batchoun avait déposé trois jours plus tard sa demande d’appel auprès du parti — et le chèque de 1000 $ qui va avec. Celle qui est arrivée en deuxième position disait entamer ce processus après avoir observé « plusieurs irrégularités importantes » au lendemain du vote qui a dû se rendre à un troisième tour.

Le PLC a affirmé mercredi par communiqué avoir reçu la décision officielle du comité permanent d’appel de trois membres. Après avoir entendu les deux parties, le comité a rejeté l’appel de Mme Batchoun et « confirmé la candidature de Mélanie Joly », a indiqué le PLC.
La Presse canadienne
1 commentaire
  • Yves Côté - Abonné 3 septembre 2015 09 h 41

    On dirait...

    Sur la photo, on dirait Popa qui dit "est bonne, est bonne! ...
    Mais au fond, du contentement de Monsieur Trudeau pour lui-même, peut-être n'est-on pas loin de la vérité ?

    Tourlou !