Un nouveau sondage place le NPD loin devant

Ottawa — Pour la première fois depuis le lancement de la campagne électorale, un sondage donne une large avance au Nouveau Parti démocratique (NPD) et un recul marqué du Parti conservateur.

Le NPD de Thomas Mulcair est crédité de 40 % des intentions de vote, un niveau qui lui donnerait une majorité absolue, selon le sondage de Forum Research pour le compte du quotidien Toronto Star dévoilé jeudi.

Le Parti conservateur du premier ministre sortant, Stephen Harper, chute à 23 % des intentions de vote et c’est le Parti libéral (PLC) de Justin Trudeau qui s’installe à la deuxième place avec 30 %, selon ce sondage.

Un précédent sondage publié mi-août donnait cette tendance pour les trois partis, mais dans des scores plus serrés, avec le NPD à 33 %, les libéraux à 28 % et les conservateurs à 27 %.

Selon le président de Forum Research, Lorne Bozinoff, la chute des conservateurs dans les intentions de vote résulterait à la fois des retombées sur l’image du gouvernement du procès du sénateur Duffy, des turbulences sur les marchés financiers et du ralentissement de l’économie.

À l’audience du procès du sénateur Duffy, des témoignages ont laissé penser que le premier ministre pouvait avoir été plus informé du dossier de malversations que ce qu’il a affirmé.

Mauvaises nouvelles économiques

Sur le plan économique, les mauvaises nouvelles se poursuivent avec notamment une probable officialisation, mardi, d’une récession pour les deux premiers trimestres de l’année, ce qui pourrait précipiter la défaite du Parti conservateur selon Forum Research.

Les conservateurs « sont aux commandes […] et, en plus, ils ont bâti leur campagne sur l’idée qu’ils sont d’excellents gestionnaires », ce qui pourrait se retourner contre eux, estime Lorne Bozinoff.

En Ontario, qui envoie 121 députés sur les 338 que compte la Chambre, les trois principaux partis battent la campagne et le NPD pourrait créer la surprise. Il est crédité de 36 % des intentions de vote dans cette province dirigée à l’heure actuelle par un gouvernement libéral. Le sondage donne 33 % au Parti libéral et 26 % aux conservateurs.

Le sondage a été réalisé les 23 et 24 août auprès de 1440 Canadiens, selon la méthode des quotas avec une marge d’erreur de 3 %.

16 commentaires
  • Josée Duplessis - Abonnée 28 août 2015 06 h 43

    On ne le dira jamais assez. Au Québec pour que l'on soit représenté à notre juste valeur il faut que le prochain gouvernement soit minoritaire pour que notre voix soit entendue.
    Ceux qui veulent voter stratégie pour je ne sais pas pour quelle forme d'intelleigence, pour ceux -ci pour une fois votez pour vos convictions.
    Pour le Québec c'est le Bloc

    • Christian Montmarquette - Abonné 28 août 2015 09 h 24

      Corrigé

      « Pour une fois votez pour vos convictions. Pour le Québec c'est le Bloc» - Josée Duplessis

      Mme Duplessis, le Bloc québécois ne détient pas le monopole de la défense des intérêts du Québec, et c'est avec ce genre d'arrogance que les bloquistes se retrouvent aujourd'hui en pleine déroute.

      Un vote pour le NPD peut parfaitement être «aussi» un vote de conviction, quand on connait le programme social fort garni du NPD, et ses intentions d'abolir une multitude de lois scélérates adoptées par le gouvernement Harper; comme la loi mammouth C-51, les restrictions à l'assurance emplois, l'augmentation de l'âge de la retraite à 67 ans; le démantèlement de Postes Canada et j'en passe!

      - Mais pourquoi donc, les intérêts des Canadiens seraient-ils toujours en conflits avec les intérêts des Québécois? Et en ce sens, le Bloc québécois ne détient pas plus le monopole de la défense des intérêts du Québec que le PQ ne détient le monopole de la question nationale.

      Malheureusement, cette culture et cette attitude politique de notre belle et grande famille péquiste que l'on pourrait qualifier de prétentieuse, semble fortement répandue chez ses supporters, avec les piètres résultats qu'ils ont récoltés autant en 2011 qu'en 2014, et qu'ils s'apprêtent de nouveau à recevoir en 2015.

      Christian Montmarquette

    • Raymond Labelle - Abonné 28 août 2015 16 h 26

      Vous préférez donc un gouvernement conservateur minoritaire à un gouvernement du NPD - un appui massif du Québec au Bloc vaut ce prix. En clair, c'est ce que vous dites.

      En ce sens, vous êtes conséquente. Un appui massif du Québec au Bloc mènerait en effet à un gouvernement conservateur.

      Alors que, en 2015, un appui massif du Québec au NPD a de bonnes chances de permettre l'arrivée d'un gouvernement NPD.

      Je me souviens des gouvernements conservateurs minoritaires. Ils s'en permettaient quand même pas mal, malgré la présence du Bloc.

      Non merci.

    • Raymond Labelle - Abonné 28 août 2015 16 h 27

      Remplacez un appui massif au NPD par un appui massif au Bloc, et vous avez un gouvernement conservateur. Illustrons.

      338 circonscriptions fédérales.

      Donnons, pour illustrer, 80 députés au PLC, dont 10 au Québec. Pour former un gouvernement minoritaire, ça prend donc : 338-80/2 + 1, soit 130 députés sur 338.

      Supposons, pour illustrer, que sur les 78 circonscriptions du Québec, nous ayons 55 députés Bloc, 10 PLC, 3 conservateurs et 0 NPD. Le NPD devra donc obtenir 130 députés sur 338-78 à l’extérieur du Québec, donc 130/260, soit la moitié des sièges? Pas tout à fait, on en a déjà donné 80 au PLC, dont 10 au Québec, il reste donc 70 PLC dans le ROC. Donc 130/260-70, soit 130/190, ce qui fait un peu plus de 68% des sièges.

      Avec 55 députés Bloc au Québec et 0 NPD, c'est 68% des sièges qui n'ont pas été au PLC qu’il faudrait au NPD dans le ROC pour former un gouvernement minoritaire.

      Grosse commande! Et si cette commande n’est pas remplie, on a un gouvernement conservateur.

    • Raymond Labelle - Abonné 28 août 2015 16 h 28

      Maintenant, que faudrait-il au NPD pour être élu au gouvernement avec un appui massif du Québec? Supposons, pour illustrer, sur les 78 sièges du Québec, 55 NPD, 10PLC, 3 conservateurs et 0 Bloc (ne soyez pas vexés, dans l'autre exemple je donnais 55 Bloc et 0 NPD).

      Dans l’autre calcul, j’avais déjà montré qu’il faudrait alors 130 députés pour former un gouvernement minoritaire. Si le NPD en a 55 au Québec, ça lui en prend donc 130-55 sur les 338 (Canada) – 78 (Québec) qui restent (le ROC), soit : 75/260.

      Attention, sur les 260 qui restent, nous en avons donné 70 au PLC. Donc, ça fait 75/260-70, soit 75/190, c’est-à-dire un peu plus de 39% des sièges dans le ROC autres que ceux obtenus par la PLC.

      Autrement dit, même si les Conservateurs avaient dans le ROC 61% des sièges qui ne sont pas obtenus par le PLC, on aurait quand même un gouvernement NPD et ce, grâce au Québec!

      Ça commence à avoir l’air possible, au vu des derniers sondages.

    • Gilles Théberge - Abonné 28 août 2015 19 h 07

      Tout à fait madame Duplessis, la chute de Harper si elle se concrétise c'est l'affaire du ROC.

      Mais pour nous voter pour l'un ou l'autre c'est la même chose bonnet blanc blanc bonnet.

      Sur l'exploitation des sables bitumineux, le transport du pétrole par train jusqu'à Belledune à travers le Québec, l'oléoduc sous les rivières et le fleuve, la loi sur la clarté, le multiculturalisme, la Monarchie, dans chacun de ces dossiers les deux, Harper et Mulcair sont d'accord...

      Et la majorité des Québécois s'opposent à ces positions.

      Un vote pour le Bloc c'est un vote pour soi. Et on a le droit d'être soi.

    • Dany Leblanc - Inscrit 28 août 2015 19 h 21

      On l'a vu au dernier mandat, jamais les néo-démocrates ont défendu le Québec autant que les bloquistes des mandats précédents. Ils se sont tues, dont plusieurs n'étaient que des poteaux.

      S'ils prennent le pouvoir, le pipeline Énergie-Est va passer sur notre territoire avec tous les risques et sans redevance. Mulcair va appliquer l'austérité comme il l'a promis de faire et à la manière Thatcher qui chérie tant. Et puis, il versera sa hargne contre les indépendantistes comme il l'a fait auparavant si la question nationale refait surface.

    • Dany Leblanc - Inscrit 28 août 2015 19 h 40

      «- Mais pourquoi donc, les intérêts des Canadiens seraient-ils toujours en conflits avec les intérêts des Québécois? »

      On ne dit pas qu'ils sont toujours en conflits mais le Québec a des intérêts stratégiques qui s'opposent à ceux du Canada comme la langue, le pipeline, l'intégration des immigrants, l'économie, le transport en général etc.

      Ottawa n'a jamais soutenu l'économie du Québec parce que ce n'est pas de son intérêt. L'Ontario, l'Alberta, la Nouvelle-Écorse, Terre-neuve ont eu des gros projets du fédéral au dernier mandat avec notre argent. Il n'a même pas payé l'entière coût des dégâts de Lac-Mégantic malgré de sa responsabilité. Ottawa se fout de nous-autres, peu importe le parti et peu importe si le premier ministre est Québécois ou non.

  • François Dugal - Inscrit 28 août 2015 08 h 29

    Dictatures

    Apres la dictature de la droite chrétienne, se pointe à l'horizon la dictature de la gauche "canadian"

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 28 août 2015 14 h 37

      LA gauche canadienne de TOM est très à droite au Québec.

      Quand Tom, ex-directeur des affaires juridiques à Alliance Québec et qui s'est déclaré « un ardent supporter d'Israël » en 2008 va rencontrer Stephen Harper membre fondateur du Parti réformiste et chef de l'Alliance canadienne, et déclaré par Nétanyahou plus grand ami d'Israël dans le monde, ça va faire de belles discussions autour d'un whisky au 24 Sussex Drive. Je pense bien que le Québec ne sera pas un sujet bien important là.

  • Jean-François Trottier - Abonné 28 août 2015 08 h 30

    Si la tendance....

    Il semble que le PCC se replie sur son noyeau dur, sur son plancher minimal.

    Pour le NPD ce n'est pas une bonne nouvelle. Les intentions de vote mènent à une lutte pour le centre-gauche partout entre libéraux et néo-démocrates, avec le parti vert qui n'a pas commencé sa campagne à gauche et grugera quelques sièges.

    Nous nous dirigeons vers un gouvernement minoritaire dont les deux "balances du pouvoir" seront à droite du parti gouvernemental, l'une un peu, l'autre beaucoup.

    Et ainsi le voeu de plusieurs pour un gouvernement de gauche se dégonfle. À chaque loi les concessions iront toutes dans le même sens, et le discours de droite reprendra de la vigueur rapidement.

    Ainsi va cet empire ingouvernable....

    • Hélène Paulette - Abonnée 28 août 2015 10 h 27

      "Nous nous dirigeons vers un gouvernement minoritaire"... Gouvernement minoritaire dont nous pourrions détenir la balance du pouvoir avec le Bloc...

  • Alain Lavallée - Inscrit 28 août 2015 09 h 16

    Pourtant le Globe annonce malgré tout que Harper aurait le plus de sièges

    D,après les calculs du Globe& Mail, malgré l'avance du NDP au niveau des intentions de vote, ce serait les COnservateurs de Harper qui auraient le plus grand nombre de sièges,

    parce que le vote NDP est trop concentré au Québec, en BC et Maritimes

    http://www.theglobeandmail.com/news/politics/globe

    donc même si 100 % des QUébécois votaient NDP, Mulcair ne serait pas majoritaire , vaut mieux se garder quelques députés du Bloc

    • Raymond Labelle - Abonné 28 août 2015 16 h 39

      Je ne saurais dire qui a la meilleure méthode - ne me suis pas rendu dans ces détails, mais 308 donne une avance de sièges aux NPD (genre 136 contre 108).

      Pour ceux qui ont le temps et le goût de comparer les méthodes - et qui peut-être auraient la gentillesse de nous en rendre compte:

      http://www.cbc.ca/news2/interactives/poll-tracker/

      Il est vrai que la concentration du vote dans un trop petit nombre de comté mène à la sous-représentation des appuis à un parti. Reste à chiffrer l'ampleur du phénomène et à traduire en sièges.

    • Dany Leblanc - Inscrit 28 août 2015 19 h 28

      Les sondages sont très politiques. Il faut faire attention des partis qui partent avec un trop gros avance. Maintenant, le NPD risque beaucoup de descende que de monter parce qu'ils ont atteint le plafond. Un autre parti peut retontir à tout moment.

  • Gilles Gagné - Abonné 28 août 2015 17 h 42

    "Le NPD de Thomas Mulcair est crédité de 40 % des intentions de vote, un niveau qui lui donnerait une majorité absolue" du côté des souverainistes plus raison de voter npd à tout prix au Québec mais de suivre ses convictions indépendantistes.