Le NPD encouragé par son avance au Québec

Le chef néodémocrate Thomas Mulcair
Photo: Darryl Dick La Presse canadienne Le chef néodémocrate Thomas Mulcair

Vancouver — Le chef néodémocrate Thomas Mulcair s’est dit « quand même encouragé » de voir sa formation politique caracoler en tête d’un sondage au Québec, mais il ne tient rien pour acquis.

« Je laisserai les autres acteurs politiques tirer leurs propres conclusions, mais je suis encouragé par ce que je vois, non seulement dans les sondages, mais [aussi] sur le terrain tous les jours », a lancé le chef néodémocrate, de passage en Colombie-Britannique jeudi.

« Au cours d’une campagne électorale, les sondages vont augmenter et descendre, a-t-il toutefois prévenu. Une chose que j’ai découverte dans ma carrière politique, c’est qu’on ne peut malheureusement pas mettre un sondage dans une boîte de scrutin. […] On a deux mois de travail ardu devant nous. »

En point de presse à Victoria jeudi, le chef libéral, Justin Trudeau, n’a pas réagi directement au coup de sonde, se contentant de déclarer que le plan de son parti est supérieur à celui des autres.

« J’ai rarement vu passer de bons prophètes deux mois avant la fin d’une campagne », a quant à lui commenté le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe.

Il a rappelé que deux mois avant la fin de la campagne de 2011, les sondages ne montraient pas la venue d’une vague orange. La remontée du Bloc est donc possible, à ses yeux.

Confortable avance au Québec

Selon l’enquête CROP/La Presse — réalisée en ligne du 12 au 17 août — le NPD domine de façon importante ses adversaires au Québec avec 47 % des intentions de vote, ce qui représente un bond de onze points par rapport au dernier sondage CROP, réalisé en juin. Les libéraux revendiquent seulement 20 % des appuis en ce moment. Suivent le Bloc avec 16 %, les conservateurs avec 13 %, puis le Parti vert avec 4 % des appuis.

Il s’agit du troisième sondage en quelques jours qui donne une forte avance au NPD au Québec. Samedi dernier, le sondage Léger lui donnait 40 % au Québec, alors que mardi, Abacus indiquait 47 % pour ce parti.

Pour les autres formations politiques, ces nouveaux résultats amènent de mauvaises nouvelles. Le Bloc québécois ne se relève pas, malgré le retour de Gilles Duceppe, les libéraux enregistrent une baisse de 17 points au Québec depuis le mois de décembre et les conservateurs voient leurs chances de faire des gains dans la région de Québec diminuer.

Le coup de sonde commandé par La Presse a été mené à l’aide d’un panel d’internautes. En tout, 1000 questionnaires ont été remplis. Le sondage ne comporte pas de marge d’erreur en raison du caractère non probabiliste de son échantillon.

6 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 21 août 2015 08 h 24

    Voir

    Voyons voir combien de vote dans le ROC vont lui coûter le support massif québécois.

    PL

  • Gilles Gagné - Abonné 21 août 2015 08 h 51

    Les Québecois et le "Je me souviens"... autant retourner à " La belle province" définitivement plus significatif pour eux. On mérite bien la manipulation, l'austérité et les discours creux.

  • Serge Morin - Inscrit 21 août 2015 10 h 18

    Bof
    Que de passion pour ceTom
    non pas du tout!

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 21 août 2015 10 h 31

    qui a commandé le sondage...

    poser la question, c'est y répondre...( Crop - LaPresse )
    et depuis que l'on sait que les sondages sont des publicités non déclarées sur les comptes/frais de dépense des partis politiques...alors là...

  • Gilles Théberge - Abonné 21 août 2015 11 h 33

    De toute façon

    Que vaut ce sondage. Un article dans le Huffington démantibule ce pseudo sondage qui n'est qu'une opération visant à mousser le NDP.

    Il peut caracoler comme il voudra Mulcair. Mais plus on monte haut, plus ça fait mal quand on revient sur la terre de la réalité.