Mulcair a déjà dénoncé des pratiques syndicales

Aujourd’hui à la tête d’une formation politique réputée proche des syndicats, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, n’a pas toujours été tendre à l’endroit de ces organisations. En plus d’avoir vanté les mérites du thatchérisme, l’ex-député québécois a déjà accusé les syndicats de « jouer directement dans les règles de la démocratie » lors de campagnes électorales, révèlent des informations transmises au Devoir.

Il se faisait tard, le lundi 19 décembre 1994, lorsque, à peine élu à l’Assemblée nationale à titre de député libéral de Chomedey, Thomas Mulcair s’est levé en chambre pour critiquer le projet de loi 46 présenté par la ministre péquiste de l’Emploi, Louise Harel. La mesure législative visait notamment à redonner le titre de syndiqué à 25 000 travailleurs de la construction ayant perdu ce statut, l’année précédente, dans la foulée de l’adoption de la loi 142 régissant les conditions de travail dans l’industrie de la construction. Elle donnait ainsi suite à une promesse électorale péquiste visant à « scrapper la loi » en question.

Loin de se réjouir de la syndicalisation prochaine de travailleurs, Thomas Mulcair tire à boulets rouges sur le projet de loi. « La seule considération qui a présidé à l’élaboration du projet de loi 46 n’est pas la protection de l’intérêt du public. [C’est] de payer ce qui est dû à des intérêts non pas corporatifs, mais syndicaux », dit-il lors de son allocution en chambre. « Ce qui est très clair, c’est qu’on est en train de renvoyer l’ascenseur aux grandes centrales syndicales qui ont livré la marchandise, oh ! comment bien, lors de la dernière campagne électorale », dit-il, apparemment en référence au vandalisme commis sur de nombreuses pancartes électorales pendant la précédente campagne électorale, particulièrement celles du gouvernement sortant.

« Aucune chance » contre les syndicats

« Je suis de ceux qui ont eu toutes leurs pancartes endommagées lors de la campagne électorale, vandalisées par des syndicats qui voulaient justement scrapper [la loi 142] […] Ça vient jouer directement dans les règles de la démocratie. Il y avait un côté qui n’avait aucune chance de jouer [selon] les règles, en ce qui concerne cette publicité permise et contrôlée par le directeur général des élections. »

« C’est le genre de chose dans notre société qui est tout à fait inadmissible, mais ça montre à quel point le gouvernement a hâte de régler la note avec les syndicats. Ils sont en train de rembourser ce qui leur est dû pour services rendus », poursuit-il, sous-entendant que le PQ doit notamment sa victoire à l’appui offert par les organisations syndicales québécoises.

Le NPD et l’entourage de M. Mulcair n’ont pas réagi à ces déclarations, jeudi, malgré les demandes répétées du Devoir.

La citation controversée a de quoi réjouir les adversaires politiques de Thomas Mulcair, qui l’accusent depuis le début de la campagne de tenir un double discours et d’avoir opté pour le NPD en 2007 non pas par conviction, mais par opportunisme. « Encore une fois, M. Mulcair se révèle comme un vire-capot, a estimé Pablo Rodriguez, le lieutenant québécois de Justin Trudeau. Alors qu’il dénonçait l’appui des grandes centrales syndicales dont avait bénéficié le Parti québécois lors des élections de 1994, il se disait récemment fier de recevoir l’appui de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec [FTQ] et promettait de travailler très fort pour conserver ce genre d’appuis. Les électeurs sont en droit de se demander à quelle enseigne loge M. Mulcair. »