Des espoirs, mais peu de visages connus à Québec

Le candidat conservateur Gérard Deltell
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le candidat conservateur Gérard Deltell

En dépit du fait qu’ils fondent de grands espoirs de gains dans la région de Québec, les conservateurs présentent surtout des visages méconnus pour l’élection à venir — outre l’ancien caquiste Gérard Deltell dans Louis-Saint-Laurent.

Pour la première fois mercredi, le parti les a tous présentés aux médias. Entourant M. Deltell, les six candidats ont fait leur première sortie médiatique mercredi midi dans un parc rempli d’enfants du secteur de Loretteville. Québec est une région-clé pour le parti, qui y récolte 10 % de plus d’appuis qu’ailleurs selon les derniers sondages.

Outre M. Deltell, la seule du groupe à avoir déjà été députée est Sylvie Boucher (Beauport–Côte-de-Beaupré–Île d’Orléans–Charlevoix). Elle dit vouloir prioriser le dossier de l’emploi, qui demeure un problème criant, surtout dans Charlevoix.

Le candidat dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus a quant à lui été candidat à plusieurs reprises dans le passé, sans succès. Son dossier clé, dit-il, est le financement des infrastructures.

Les autres sont tous des nouveaux venus. Le candidat dans Louis-Hébert, Jean-Pierre Asselin, est entrepreneur et veut promouvoir « l’économie du savoir et le développement technologique ». Son fils, Pierre-Thomas Asselin, se présente dans Québec et travaillait jusqu’à récemment au bureau du whip du gouvernement à Ottawa.

Des médias l’avaient récemment baptisé « le candidat mystère » parce que les journalistes n’étaient même pas capables d’obtenir des informations de base, comme son âge et sa profession auprès de l’organisation. Il a évoqué mercredi des bons coups des conservateurs, comme l’ouverture de la côte Gilmour et les Grands Voiliers.

Le candidat dans Portneuf-Jacques-Cartier, Joël Godin, est un ancien conseiller de Sam Hamad. Il compte défendre le projet de gazéification du Parc industriel de Saint-Marc-des-Carrières. Celui de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke, est un membre des Forces armées diplômé en science politique. Il dit vouloir « poursuivre la revitalisation du quartier d’Estimauville » et améliorer l’accès au fleuve.

« Mon chef n’a pas menti »

Lors de cette rencontre, Gérard Deltell a affirmé que Stephen Harper n’avait pas menti en dépit des déclarations de son ex-avocat sur ce que savait son bras droit actuel Ray Novak du paiement de la dette de Mike Duffy.

« Mon chef n’a pas menti », a déclaré M. Deltell. « Il n’a pas menti, et chaque fois que des faits nouveaux ont été amenés à M. Harper et qu’il a su que les gens en autorité avaient une conduite qui n’était pas honorable, il a assumé ses responsabilités et il a congédié des gens. »

Le candidat-vedette dans Louis-Saint-Laurent affirme en outre que le procès Duffy n’intéresse pas les gens. « Désolé de casser le party, mais non, les gens ne nous parlent pas de ça. »

Selon lui, les électeurs parlent d’abord « d’avoir plus d’argent dans leurs poches ».

À voir en vidéo