Des militants conservateurs s’en prennent aux journalistes

Toronto — Des militants conservateurs réunis à Toronto mardi pour assister à un discours de leur chef, Stephen Harper, ont chahuté et insulté des journalistes qui lui avaient posé des questions sur le procès du sénateur Mike Duffy.

Lors de la période de questions, un homme qui était assis derrière M. Harper a crié aux journalistes d’interroger M. Harper sur le contenu de son allocution et non sur l’affaire Duffy. M. Harper s’est alors retourné vers lui, en levant sa main comme pour l’encourager à se taire, ce qu’il a fait.

Puis, à la sortie de l’événement, un militant a commencé à invectiver directement des journalistes qui lui demandaient des explications. Il a expliqué que M. Duffy n’avait fait que « quelques erreurs sur son remboursement d’impôt » et que les journalistes en faisaient un « enjeu » et un « scandale fantaisiste ».

« Vous êtes un tas de merde »

En fait, Mike Duffy est accusé en lien avec ses dépenses de sénateur jugées inappropriées. M. Duffy a ainsi prétendu que sa maison de campagne de l’Île-du-Prince-Édouard — la province qu’il représente — était sa résidence principale. Il maintenait que sa maison de Kanata, en banlieue d’Ottawa, était sa résidence secondaire et réclamait donc des frais de logement en conséquence.

« Le premier ministre ne regarde pas les formulaires d’impôts, espèce d’idiote. C’est fait par les gens au ministère [du Revenu] », a lancé le militant à une journaliste qui lui avait posé une question.

« Vous mentez plus dans votre déclaration d’impôt que Mike Duffy ne l’a jamais fait parce que vous êtes un tas de merde, menteuse », a-t-il lancé à une journaliste, avant de se tourner vers une autre pour lui dire : « Vous aussi. »

Les journalistes ont ensuite demandé à l’homme de se nommer, mais il est rapidement parti en les envoyant paître. « Allez vous faire foutre », a-t-il lancé.

Un autre militant, plus modéré, a dit aux journalistes qu’ils se concentraient sur un « petit problème » des conservateurs et il a du coup accusé le gouvernement libéral provincial d’avoir commis des fautes beaucoup plus graves.

« Vous parlez des 90 000 $ alors qu’il y a des milliards de dollars de corruption au niveau provincial. Je pense que vous vous concentrez sur une fourmi, sur un sou », a-t-il illustré.

À voir en vidéo