Une expulsée du NPD candidate pour Forces et Démocratie

Élue à la faveur de la vague orange, en 2011, Manon Perreault avait été expulsée du caucus du NPD lorsqu’elle a été accusée au criminel.
Photo: Fred Chartrand La Presse canadienne Élue à la faveur de la vague orange, en 2011, Manon Perreault avait été expulsée du caucus du NPD lorsqu’elle a été accusée au criminel.

Les démêlés avec la justice de l’ex-députée néodémocrate Manon Perreault ne font pas peur à Jean-François Fortin. Le chef du parti Forces et Démocratie annoncera ce mercredi que l’élue sera sa candidate dans Montcalm, a appris Le Devoir.

Forces et Démocratie espère présenter deux douzaines de candidats au scrutin du mois d’octobre. M. Fortin a promis, mardi, qu’il annoncerait le lendemain « l’arrivée d’une personnalité connue dans son équipe de candidats ». Cette vedette, c’est la députée Manon Perreault.

Élue à la faveur de la vague orange, en 2011, Mme Perreault avait été expulsée du caucus du NPD lorsqu’elle a été accusée au criminel. Elle a été reconnue coupable, en mars dernier, d’avoir à tort déclenché une enquête policière en dénonçant un vol qui n’a pas été commis et en accusant faussement une ancienne employée d’y avoir été mêlée. Mme Perreault s’était adressée à la police de Mascouche en 2014 pour déclarer des biens manquants dans son bureau et elle avait jeté les soupçons sur son ancienne employée congédiée, Danielle Bédard.

À la suite du verdict rendu contre elle, Mme Perreault a été en appel. Un dossier aujourd’hui en attente. La députée de Montcalm siégeait depuis aux Communes en tant qu’indépendante.

C’est dans cette circonscription qu’elle entend briguer l’élection sous la bannière de Forces et Démocratie, selon ce qu’a appris Le Devoir de source sûre mardi.

Il y a dix jours, Mme Perreault affichait déjà ses couleurs sur sa page Facebook, en annonçant que son vote pour les élections d’octobre irait à Forces et Démocratie. « Un parti qui travaille pour les régions comme Lanaudière, qui se sent oubliée et négligée par le gouvernement fédéral », écrivait la députée, en ajoutant que les communautés de sa région « ne trouvent pas davantage d’écoute du côté des partis présents à la Chambre des communes […] au-delà des beaux discours ».

La jeune formation politique a également dévoilé mardi que Jean-François Larose — élu en 2011 en tant que député du NPD et ayant cofondé Forces et Démocratie avec M. Fortin — briguerait les suffrages dans la circonscription montréalaise de la Pointe-de-l’Île plutôt que dans Repentigny, qu’il représente actuellement. M. Larose a également été nommé président du parti, un poste distinct de celui de chef, et qui demeurait vacant, pour l’heure. Dans la Pointe-de-l’Île, il affrontera l’ex-chef du Bloc, Mario Beaulieu, de même qu’une ancienne collègue du NPD, la députée sortante Ève Péclet.

MM. Fortin et Larose ont tous deux estimé qu’une campagne très longue représente un avantage pour une formation en démarrage comme la leur, offrant davantage de temps pour se faire connaître des électeurs.

Ils ont longuement vanté la qualité de leurs candidats, arguant qu’ils préfèrent présenter une équipe limitée plutôt que d’en composer une plus large formée de « candidats poteau ». « On pourrait mettre des noms comme tous les partis le font, juste pour avoir un nom sur le bulletin de vote. Mais notre philosophie, c’est de réellement représenter les gens », a dit M. Fortin.

À voir en vidéo