Harper place un ex-lobbyiste des pipelines à l’ONE

Steven Kelly a vanté devant l’ONE le projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, en Colombie-Britannique.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Steven Kelly a vanté devant l’ONE le projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, en Colombie-Britannique.

Un peu moins de deux jours avant le déclenchement de la campagne électorale, le gouvernement Harper a nommé sans tambour ni trompette un consultant de la société pipelinière Kinder Morgan, Steven Kelly, à l’Office national de l’Énergie (ONE).

M. Kelly sera membre à temps plein de l’ONE pour un mandat de sept ans à compter du 13 octobre 2015, a annoncé le ministre fédéral des Ressources naturelles, Greg Rickford, le vendredi 31 juillet dernier.

L’ingénieur occupait encore tout récemment le poste de vice-président d’IHS Global Canada ltée. Cette firme basée à Calgary a été appelée en renfort il y a deux ans par Kinder Morgan afin de faire l’ébauche d’une analyse économique justifiant l’accroissement de la capacité du pipeline Trans Mountain sillonnant l’Alberta et la Colombie-Britannique (de 300 000 à 890 000 barils par jour). À l’automne 2013, M. Kelly a lui-même soumis le document de plus de 200 pages à l’ONE vantant les mérites du projet de 5,4 milliards de dollars, qui entraînerait un afflux de 400 pétroliers dans le port de Vancouver par année, plutôt que 60 pétroliers à l’heure actuelle.

Deux ans plus tard, l’ex-lobbyiste pourrait être appelé à autoriser ou à rejeter les projets de construction de pipelines au Canada, après avoir démêlé leurs impacts économiques et environnementaux.

M. Kelly demeurera à l’écart des travaux de la commission chargée d’étudier le projet de pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan, soutient l’ONE. « Il n’aura pas d’influence sur ce panel-là. Celui-ci est d’ailleurs déjà établi », a fait valoir le coordonnateur du bureau de Montréal de l’ONE, Steven Rowe, dans un entretien téléphonique avec Le Devoir.

L’ancien v.-p. d’IHS Global Canada ltée ne se mêlera pas non plus de l’examen du projet Énergie Est de TransCanada, qui vise à acheminer quotidiennement quelque 1,1 million de barils de pétrole issu des sables bitumineux albertains à travers un oléoduc d’environ 4600 kilomètres vers le Québec et le Nouveau-Brunswick, ajoute M. Rowe.

« Tricky Kelly »

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a déploré la nomination de M. Kelly à l’ONE « juste à la veille » du coup d’envoi de la campagne électorale. « Cette nomination partisane n’a aucun bon sens », affirme-t-il au Devoir.

Après « Tricky Dicky », surnom péjoratif donné à l’ex-président états-unien Richard Nixon, le gouvernement Harper présente à la population canadienne « Tricky Kelly », lance-t-il.

D’ailleurs, le premier ministre sortant, Stephen Harper, a organisé une véritable « mascarade » de nominations controversées au fil des neuf dernières années. « Le cas le plus célèbre ayant été [Arthur] Porter, hein, le gars qui surveille le Service canadien du renseignement de sécurité qui est en même temps ambassadeur plénipotentiaire de la Sierra Leone, pays bien reconnu pour son respect de la démocratie », poursuit-il au téléphone.

Selon lui, M. Harper — un pro-pétrole « peu importe les conséquences » « pose les conditions pour avoir les résultats qu’il veut », c’est-à-dire un feu vert à tout projet de développement du pétrole de l’Ouest canadien.

« On ne peut accepter que ce soit Calgary ou Ottawa qui décide ce qui va se passer sur le territoire québécois », martèle M. Duceppe. Selon lui, la décision d’autoriser le pipeline Énergie Est doit incomber non pas à l’ONE ou à Ottawa, mais au gouvernement du Québec et à l’Assemblée nationale, après un examen du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

« Le jupon dépasse »

Pour le Nouveau Parti démocratique, M. Kelly n’a « évidemment » pas sa place à l’ONE. « Comment peut-on avoir confiance en l’Office national de l’énergie, s’il est obligé de [faire avec] des gens qui ont un parti pris aussi évident [en faveur de l’industrie pétrolière] ? », s’interroge le député sortant de Longueuil–Pierre-Boucher, Pierre Nantel. À ses yeux, « le jupon [de l’ONE] dépasse ».

M. Nantel accuse le gouvernement conservateur d’avoir nommé des individus « qui n’ont pas la crédibilité et la neutralité nécessaires » dans différents organismes fédéraux pour des considérations « bassement partisanes ».

Son chef, Thomas Mulcair s’est engagé à modifier le processus d’examen environnemental des projets d’oléoducs et de gazoducs si le NPD prend les rênes du pouvoir le 19 octobre prochain. Le chef libéral, Justin Trudeau, a aussi promis de revoir les façons de faire à l’ONE.

L’entourage du ministre sortant Greg Rickford a rejeté net les allégations du Bloc québécois et du NPD, plaidant que M. Kelley a été désigné à l’ONE au terme d’un « concours fondé sur les compétences ». « Le savoir-faire de M. Kelly, dans la pratique, en ce qui a trait aux ressources énergétiques traditionnelles ou non traditionnelles, ainsi que ses connaissances techniques et commerciales des marchés nord-américains et mondiaux en font un ajout précieux au sein de l’Office », souligne-t-il dans un courriel.

À Québec, le Parti québécois a déploré une « nouvelle nomination partisane et pro-pétrole » à l’ONE. « Ça ne fait que renforcer nos doutes sur l’impartialité de l’organisme [qui est notamment chargé de l’examen du projet Énergie Est de TransCanada] », a affirmé l’attachée de presse de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, Antonine Yaccarini. Le PQ presse le gouvernement libéral de ne pas « s’en remettre au gouvernement fédéral et aux organismes fédéraux pour décider de l’avenir énergétique du Québec ».

Trans Mountain : des publicités politiques ?

L’entreprise Kinder Morgan va retirer ses publicités pour son projet d’expansion du pipeline Trans Mountain durant la campagne électorale fédérale, après qu’un candidat néodémocrate qui cherche à se faire réélire, Kennedy Stewart, s’est plaint du grand nombre de publicités dans un journal local. La semaine dernière, Kennedy Stewart, candidat dans Burnaby-Douglas, a envoyé une lettre au commissaire aux élections fédérales. Il y affirme que si l’entreprise veut faire connaître son opinion sur un enjeu électoral, elle doit s’enregistrer auprès d’Élections Canada à titre de tiers et être assujettie à des plafonds de dépenses de publicité électorale. « La course est très serrée entre mon adversaire et moi dans ma circonscription, a précisé M. Stewart. La dernière chose dont j’ai besoin, c’est de compagnies multinationales qui font aussi de la publicité durant les élections. Ayons simplement une concurrence équitable. » Une porte-parole du projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain a affirmé que les officiels électoraux n’avaient pas contacté l’entreprise, mais que celle-ci avait décidé de ne pas diffuser de publicités jusqu’à la tenue du scrutin du 19 octobre. « L’information ne milite pas en faveur d’un parti, d’une politique ou d’une position en particulier, a déclaré Lizette Parsons Bell par voie de communiqué, samedi. Toutefois, avec le déclenchement des élections la fin de semaine dernière, nous modifions la campagne et l’actuelle série de publicités va se terminer cette fin de semaine, étant donné les sensibilités entourant toute forme de publicité. »
9 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 11 août 2015 02 h 32

    De plus en plus des esclaves

    Pourquoi pas, tant qu'a y etre, pourquoi se gêner. n'est il pas devenu a lui seul l'état, l'état d'un petit roi sorti de nulle part, dont nous sommes de plus en plus les esclaves , qui aurait dit que les communications modernes auraient cet effet sur nous

  • Robert Lauzon - Abonné 11 août 2015 08 h 27

    Il faut élire le Bloc

    Pour s'assurer qu'aucun parti fédéraliste ne continue de nuire au Québec, il faut élire un très grand nombre de députés bloquistes.

    Le gouvernement fédéral réduit comme peau de chagrin la représentativité du Québec au sein du Canada. Par notre vote, nous devons lui dire, lui crier notre indignation. Nous méritons le respect de nos valeurs, de notre environnement et de notre avenir, nous nous le devons.

    Commençons par nous respecter nous-même, en élisant des députés qui ne combattent pas les intérêts du peuple québécois ce dont se sont entâchés les Harper, Trudeau et Mulcair. Moi je vote Bloc, je vote Québec

    • Sylvain Rivest - Inscrit 11 août 2015 16 h 07

      et si la tactique laisse passer le conservateurs!

      Faut pas rêver.
      Ça m'étonnerait beaucoup qu'on dépasse 10 députés blocquistes aux prochaines élections.

      Vous êtes prêts à miser le tout pour le tout?

  • André Côté - Abonné 11 août 2015 09 h 21

    Le jugement fout le camp

    «M. Kelly demeurera à l’écart des travaux de la commission chargée d’étudier le projet de pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan, soutient l’ONE.» C'est comme affirmer qu'il y a un loup dans la bergerie mais qu'il ne sera pas méchant. Un bel exemple qui démontre encore une fois, que lorsque des intérêts particuliers sont en jeu, le jugement fout le camp.

  • Yvon Pesant - Abonné 11 août 2015 10 h 08

    Stephen and Steven: même combat

    "Usque tandem, Stephena, abutere patientia nostra?" Jusques à quand? Je me et je vous le demande.

    Cet homme, Harper Premier d'un pays qui n'est plus du tout le nôtre, abuse effrontément de notre patience. Et nous, nous regardons passer son train à nous demander s'il ne vaudrait pas mieux couper les liens, couper les ponts, larguer les amarres, trancher le noeud gordien, et quoi encore? quitte à ce que l'épée de Damoclès nous blesse à son passage vers le bas qui nous permettrait de nous élever au rang de nation reconnue mondialement.

    «Petit train va loin.», veut la maxime. «TGV va plus vite pour y aller», me semble-t-il se dire à lui même sans aucune écoute des autres se trouvant sous son autorité factice. Sans aucunement vérifier non plus si la voie ferrée est en bonne condition. Les rails peuvent toujours reposer sur des dormants pourris à l'os et un ballast sans corps qui ne tient plus la route que peu lui chaut.

    L'arrivée de monsieur Kelly à l'ONE n'est qu'un ajout à cette très longue liste de nominations partisanes, de positionnements de pions et de dérèglementations capables de plaire à ceux qui le guident dans ses choix. Car, il n'y a pas lieu d'en douter pour ce qui me concerne, des gens ventriloques haut placés tiennent les cordes de la marionnette et lui font dire ce qu'ils veulent bien entendre en tirant les ficelles dans leur direction.

    Vivement le Québec comme pays et terre d'accueil à ce titre!

  • Yves Corbeil - Inscrit 11 août 2015 12 h 42

    Comment est-ce possible

    Oui comment peut-on sans cesse procéder à des nominations qui vont à l'encontre de toutes logiques éthiques. Le contrôle de l'information est devenu la norme partout dans nos ''démocraties'' et nous les pauvres prolétaires qui ne votons sûrement pas pour ça, continuons à se laissé endormir par ces manipulateurs démagogues.

    La recette qu'on utilise dans les CHSLD, les petites pilules qu'on y sert pour garder les gens bien tranquilles et dociles, on nous la sert de façon subtil avec tous ces petits changements innofensifs individuellement mais combien efficace mis bout à bout pour arrivé à ces fins soit le contrôle de l'information, de l'opinion publique et l'acceptabilité sociale de projets qui d'aucunes manières ne respectent l'environnement et les gens qui y vivent. Tous cela au nom de l'économie et la richesse $ qu'on voit peu ou pas pour une grande partie de la population.