Jean-François Fortin perd un joueur aux mains du Bloc québécois

Le retour de Gilles Duceppe au Bloc québécois a donné à Grégoire Bérubé « le sentiment qu’on peut redonner un élan à un éventuel prochain référendum ».
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le retour de Gilles Duceppe au Bloc québécois a donné à Grégoire Bérubé « le sentiment qu’on peut redonner un élan à un éventuel prochain référendum ».

Le retour de Gilles Duceppe au Bloc québécois a non seulement séduit des électeurs, mais il a en outre convaincu l’organisateur en chef de Jean-François Fortin de revenir au bercail. M. Fortin, qui avait quitté le Bloc pour former son propre parti, Forces et Démocratie, a perdu le maître d’oeuvre de sa campagne à quelques mois de l’élection, a appris Le Devoir.

Jean-François Fortin avait annoncé l’automne dernier, à coups de communiqués et de gazouillis, avoir recruté « l’un des organisateurs les plus chevronnés au Québec », Grégoire Bérubé, en vue de sa réélection dans sa circonscription d’Avignon–La Mitis–Matane-Matapédia.

Mais M. Bérubé, qui a géré une quarantaine de campagnes bloquistes ou péquistes depuis 25 ans (générales ou partielles), a quitté l’équipe de M. Fortin à la fin juin. Soit lorsque Gilles Duceppe a repris les rênes du Bloc québécois.

« C’est essentiellement pour cette raison-là », a expliqué M. Bérubé en entrevue avec Le Devoir mardi. Le retour de M. Duceppe au Bloc lui a donné « le sentiment qu’on peut redonner un élan à un éventuel prochain référendum ». « Je me suis engagé dans les années 1980 pour faire un pays. Alors au moment où Gilles revenait, pour moi c’était non seulement une opportunité, mais un devoir de m’y joindre », a indiqué cet organisateur de longue date dans la famille souverainiste. M. Bérubé a notamment travaillé auprès de M. Duceppe en tant que directeur général du Bloc en 2003 et 2004. Il dirige désormais la campagne régionale du parti pour l’Est-du-Québec. « Pour moi, c’était de revenir aux sources auprès de Gilles. »

Il a affirmé que sa décision n’avait rien d’un « jugement par rapport au travail de Jean-François ou de perspectives électorales ». Les deux hommes demeurent amis, ont-ils tous deux assuré.

Un mauvais signal ?

M. Fortin a martelé que sa propre campagne allait bon train, dans sa circonscription comme ailleurs dans la province. Et il ne s’inquiète pas du message que le départ de son organisateur peut envoyer aux électeurs.

« Ce n’est pas lié au manque de confiance envers moi, ni même le message de Forces et Démocratie », a-t-il rétorqué au Devoir. M. Bérubé a plutôt tranché en raison de son expérience passée avec Gilles Duceppe et du défi professionnel qui s’offrait à lui — gérer une campagne régionale, plus large, plutôt que locale. M. Fortin a en outre évoqué une raison pécuniaire. « Le Bloc québécois a fait une offre à Grégoire qu’il ne pouvait refuser. Et comme jeune parti, on n’a pas nécessairement les moyens financiers pour cette campagne. »

Le chef de la petite formation a noté qu’il ne fallait pas exagérer la signification de ce départ. M. Bérubé est du même avis. « Je ne pense pas que ce soit moi qui sois déterminant. Je suis un organisateur. »

Le Bloc a tendu la main aux trois employés de M. Fortin. Seul M. Bérubé est parti. Et les changements de camp ne se font pas que dans un sens, a souligné le chef et député gaspésien. « Nombreux sont les cas inverses, de gens qui se disent orphelins politiques » et qui se joignent à son parti. M. Fortin a noté que les appuis à l’indépendance se situent autour de 40 % dans les sondages, et ceux au Bloc québécois vers les 20 %, et ce, malgré le retour de M. Duceppe. Une partie de ces autres souverainistes se retrouve dans son équipe, qui compte 5000 membres au Québec a-t-il dit. Il espère présenter de 20 à 25 candidats, sur les 78 circonscriptions de la province, et en compte deux autres en Ontario et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Au Bloc québécois, on n’a pas voulu commenter outre mesure cette prise d’un joueur à Forces et Démocratie — qui tente de séduire le même électorat que le Bloc dans les régions du Québec. Les bloquistes ont ouvert la porte à tous les souverainistes, a rappelé le porte-parole de M. Duceppe. « Donc on est content qu’un souverainiste se joigne à nous », a réagi Mathieu St-Amand.

Gilles Duceppe sera justement dans une autre circonscription gaspésienne, mercredi soir, avec son candidat Nicolas Roussy et le chef péquiste Pierre Karl Péladeau.

À voir en vidéo