Stephen Harper vante encore son bilan économique

Le premier ministre se trouvait en matinée à Laval, dans l’usine d’une entreprise spécialisée dans la distribution et la fabrication de pièces automobiles
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Le premier ministre se trouvait en matinée à Laval, dans l’usine d’une entreprise spécialisée dans la distribution et la fabrication de pièces automobiles

Des menaces de récession ont beau peser plus que jamais sur le Canada, c’est en vantant son bilan économique que Stephen Harper a fait campagne lundi matin, au deuxième jour de la campagne électorale.

En cette période d’incertitude et «d’instabilité globale», des milliers d’emplois sont en jeu et les Canadiens ne peuvent faire confiance à un chef «qui pense que les finances de l’État vont s’équilibrer seul» — le leader du NPD Thomas Mulcair — ou à un jeune homme sans expérience, à savoir Justin Trudeau, a martelé le chef du Parti conservateur du Canada.

«En cette période d’insécurité, des milliers d’emplois sont en jeu. Des milliers d’emplois qui assurent la sécurité de nos familles », a déclaré M. Harper, avant de rappeler certains les baisses d’impôt consenties par son gouvernement et le retour à l’équilibre budgétaire, notamment.

«Les circonstances actuelles nécessitent de l’expérience. Ce n’est pas le temps de faire une expérience politique risquée» en choisissant le Parti libéral ou le NPD, a affirmé le premier ministre.

Le premier ministre se trouvait en matinée à Laval, dans l’usine d’une entreprise spécialisée dans la distribution et la fabrication de pièces automobiles, en compagnie de son épouse et de ses deux enfants, de son lieutenant au Québec Denis Lebel et du candidat pour le Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Laval—Les Îles, Roland Dick.

Il a en outre annoncé la bonification du Crédit d’impôt pour la création d’emplois d’apprentis, qui passera de 2000 $ à 2500 $, en plus d’être élargi aux 3e et 4e années de formation. La mesure aurait bénéficié à 68 000 personnes en 2013, selon les conservateurs.

À voir en vidéo