Le Parti vert veut renforcer l’Agence canadienne d’inspection des aliments

La chef du parti Vert, Elizabeth May
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir La chef du parti Vert, Elizabeth May

La chef du parti Vert, Elizabeth May, était au Québec, dans le comté de son candidat-vedette JiCi Lauzon, lundi, pour dévoiler quelques éléments de la politique agricole qu’elle entend mettre de l’avant, au premier chef un renforcement et une redéfinition du mandat de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

Mme May estime que l’Agence a failli à la tâche en réagissant beaucoup trop lentement dans les récents scandales de viande contaminée à la listériose à Toronto et à la bactérie E. coli en Alberta en raison du conflit d’intérêt inhérent à son double mandat qui est de protéger à la fois les exportations et la santé publique.

Selon elle, l’Agence a mis beaucoup trop de temps à réagir à ces scandales à cause de son mandat de protection des exportations. En plus, elle accuse le gouvernement Harper d’avoir affaibli le mandat de protection de la santé publique de l’Agence en réduisant les budgets consacrés à l’inspection.

Elle propose d’enlever complètement à l’ACIA toute préoccupation face aux exportations, de rehausser son budget et de limiter son travail strictement à la santé de la population.

Par ailleurs, le Parti Vert entend soutenir davantage les producteurs locaux, prévoir des mécanismes pour qu’ils s’adaptent aux changements climatiques, obliger l’étiquetage des OGM et réduire l’utilisation de produits chimiques pour la fertilisation et le contrôle des maladies et insectes nuisibles. Mme May n’entrevoit toutefois pas de légiférer pour les interdire mais bien de fixer des cibles de réduction graduelle.

JiCi Lauzon, qui réside à Boucherville en Montérégie, portera la bannière du Parti Vert dans la circonscription de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères.

Porte-parole pour la Coalition Eau secours depuis quelques années, il affirme que la mobilisation qu’il constate contre les projets qui ont un impact négatif sur l’environnement l’a motivé à s’impliquer. De plus, il fait valoir que le fait d’avoir de jeunes enfants lui a fait prendre conscience de la nécessité d’agir immédiatement pour contrer des problèmes qui auront des conséquences graves pour les générations futures.