L’Ontario veut adhérer à l’OIF, mais Ottawa lui bloque la voie

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, et la ministre déléguée aux Affaires francophones de la province, Madeleine Meilleur, s’activent dans le dossier de l’adhésion de l’Ontario à l’OIF.
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, et la ministre déléguée aux Affaires francophones de la province, Madeleine Meilleur, s’activent dans le dossier de l’adhésion de l’Ontario à l’OIF.

Avec Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, l’Ontario relance les pourparlers visant à obtenir le même statut que le Québec au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Mais le gouvernement Harper se dresse une fois de plus sur son chemin, a appris Le Devoir.

Depuis 1971, le Québec est considéré comme un « gouvernement participant » au sein de l’OIF, un statut qu’a obtenu le Nouveau-Brunswick en 1977. Voilà maintenant près de 10 ans que l’Ontario — qui compte la plus importante population francophone au pays après le Québec — tente de leur emboîter le pas.

Or, chaque fois, la province s’est butée au refus du gouvernement conservateur à Ottawa, a soutenu la ministre déléguée aux Affaires francophones de la province, Madeleine Meilleur, au Devoir. L’appui du gouvernement fédéral est indispensable afin de soumettre la candidature d’une province à l’assemblée générale de l’OIF.

« Notre volonté [en tant que gouvernement] ne suffit pas pour devenir membre. Toutes nos communications à cet égard avec le gouvernement Harper sont toujours demeurées lettre morte », déplore la ministre libérale, qui s’est déplacée à Montréal, le mois dernier, pour s’entretenir directement avec la nouvelle secrétaire générale de l’OIF au sujet de l’éventuelle adhésion de l’Ontario à l’organisme. « Mme Jean connaît très bien l’Ontario français et voit positivement notre demande », dit-elle, convaincue que l’élection de l’ex-gouverneure générale du Canada à la tête de l’OIF permettra d’accélérer les démarches ontariennes.

Silence à Ottawa

Mme Meilleur affirme ignorer pourquoi Ottawa fait la sourde oreille à ses demandes. En coulisses, à Toronto, on affirme toutefois que les relations avec le gouvernement Harper sont houleuses dans la plupart des dossiers concernant la francophonie. Pas moins de cinq missives officielles ont été envoyées à Ottawa au sujet de l’adhésion de l’Ontario à l’OIF. Pas une seule n’a obtenu une réponse. Des discussions informelles n’ont pas donné plus de résultats. « On n’a pratiquement jamais eu de réponse de la part du personnel politique du gouvernement conservateur », affirme une source au fait du dossier.

Pour la province, les bénéfices d’une adhésion sont essentiellement symboliques. Ce nouveau titre de « gouvernement participant » lui permettrait néanmoins de s’exprimer de sa propre voix au sujet d’enjeux internationaux propres à la Francophonie, soulignent des sources au sein du gouvernement de Kathleen Wynne.

L’Ontario est déjà présent à titre de gouvernement invité lors des assemblées générales de l’OIF. « Mais, quand vient le temps de voter, on doit quitter la salle. Ce qui est clair, c’est qu’on ne veut plus quitter la salle », explique-t-on.

Mme Jean n’a pas accordé d’entrevue au Devoir. En point de presse, le mois dernier, elle avait toutefois affirmé à la chaîne publique TFO « avoir très hâte d’engager la discussion à cet effet […]. On parle d’une population dynamique avec des institutions très solides. »

Pour sa part, le gouvernement Couillard ne cache pas qu’il verrait d’un « bon oeil, pour le rayonnement de la francophonie canadienne », une éventuelle demande d’adhésion de l’Ontario. En 2015, la contribution financière du Québec à l’OIF s’élève à 5,6 millions de dollars. La contribution de chaque membre étant établie en fonction du PIB de chaque État, celle de l’Ontario pourrait donc être plus élevée que celle du Québec.

Le ministre fédéral de la Francophonie, Christian Paradis, n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevue. Toute demande officielle du gouvernement de l’Ontario pour adhérer à l’OIF à titre de gouvernement participant sera étudiée, a toutefois indiqué par courriel une porte-parole.

À voir en vidéo