Les politiciens sortent les discours électoraux

Le premier ministre Stephen Harper s’est prêté au jeu de l’égoportrait avec des citoyens.
Photo: Fred Chartrand La Presse canadienne Le premier ministre Stephen Harper s’est prêté au jeu de l’égoportrait avec des citoyens.

Les politiciens canadiens ont participé aux célébrations de la fête du Canada et en ont profité, au passage, pour propager leurs idées respectives à quelques mois des prochaines élections fédérales.

Le premier ministre Stephen Harper s’est rendu mercredi au traditionnel rassemblement sur la colline du parlement, qui a attiré cette année des dizaines de milliers de personnes.

M. Harper s’est hissé sur la scène principale pour livrer ses souhaits tout en reprenant des éléments de son discours de 2011, une autre année électorale.

Il a déclaré que le Canada était une « île de stabilité » dans un monde perturbé par les crises économiques et politiques. Environ 34 000 personnes ont bravé la pluie pour écouter le discours de M. Harper, selon les estimations de la police.

M. Harper a aussi fait mention de l’attaque survenue au parlement en octobre dernier, qui a fait un mort, le caporal Nathan Cirillo. Le premier ministre a affirmé que ce drame avait démontré que la « menace est partout ». Le Canada réussira malgré tout à surmonter ces épreuves comme il l’a toujours fait, a-t-il souligné, remerciant du coup les soldats des Forces armées canadiennes.

Les effectifs et le périmètre de sécurité étaient beaucoup plus considérables que les années précédentes à Ottawa. Certains policiers déambulaient sur la colline avec leurs armes semi-automatiques et les visiteurs n’ont pas pu s’approcher lorsque M. Harper et le gouverneur général David Johnston étaient sur les lieux.

Pour sa part, le chef néodémocrate Thomas Mulcair participait à cinq événements différents en compagnie de ses candidats dans la région de Toronto. Dans un communiqué, M. Mulcair a dit qu’il y avait plusieurs raisons d’être fier de détenir la citoyenneté canadienne, bien qu’il reste tant à accomplir, selon lui. « Le NPD a une vision claire pour bâtir un projet de société durable. Les Canadiens et Canadiennes peuvent faire confiance au NPD pour amener des propositions concrètes afin de rendre la vie plus abordable pour les familles et faire du Canada un pays plus équitable », a-t-il affirmé.

Trudeau sur l’identité

Le chef libéral Justin Trudeau avait lui aussi cinq événements à son programme, dont deux à Mississauga, en Ontario. Il en a aussi profité pour livrer un message à forte saveur électorale. « Nous avons décidé que les identités peuvent s’additionner plutôt que de se soustraire. Pour former un pays non pas en dépit de ces différences, mais à cause d’elles. Il est important qu’on se souvienne toujours de ces valeurs qui nous unissent depuis un siècle et demi », a-t-il affirmé dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux.

Sur la colline du parlement, le spectacle qui se déroulait sur la scène installée devant la tour de la Paix mettait en vedette plusieurs artistes de tout le pays, dont les Québécois Marc Dupré et Karim Ouellet. Un hommage a également été rendu au tout premier chef du gouvernement canadien, John A. Macdonald.


 
2 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 2 juillet 2015 08 h 49

    Dire

    Qu'est-ce que je peux dire sur cet évennement ? Je crois que je vais me retenir et dire : Rien.

    PL

  • Jean Lapointe - Abonné 2 juillet 2015 12 h 18

    N'est-ce pas un peu simpliste?

    « Nous avons décidé que les identités peuvent s’additionner plutôt que de se soustraire. Pour former un pays non pas en dépit de ces différences, mais à cause d’elles. Il est important qu’on se souvienne toujours de ces valeurs qui nous unissent depuis un siècle et demi », (Justin Trudeau)

    Justin Trudeau semble mettre sur un même pied toutes les différentes identités y compris notre identité nationale à nous Québécois.

    Il cherche manifestement à être perçu comme un progressiste ouvert à toutes les différences.

    Quelles que soient ces différences. Qu'elles soient religieuses, sexuelles, nationales etc.

    Il donne l'impression d'utiliser cet esprit d'ouverture dans l'espoir de nous faire oublier à certains d'ente nous Québécois notre aspiration à l'indépendance du Québec.

    Il semble essayer de nous faire sentir que nous aurions tort d' y aspirer parce que ce serait de notre part faire preuve de fermeture face aux différentes identités.

    Contrairement à lui nous ne ferions pas preuve d'ouverture ni de générosité.

    Et nous devrions en avoir honte.

    Pourtant, il me semble qu'on ne peut pas mettre sur un même pied les handicappés mentalement ou physiquement, les différentes confessions religieuses, les différentes orientations sexuelles, les différents sentiments d'appartenance nationale etc.

    Chaque cas doit être considéré séparement compte tenu de ses caractérisques propres.

    Les raisons pour lesquelles les minorités sexuelles par exemple n'on pas été suffisamment respectées jusqu'à maintenant ne sont manifestement pas les mêmes que celles qui sont à l'origine de la façon dont les Canadiens français ont été traités au Canada depuis 1760.

    Et préconiser une même solution à ces deux cas n'est donc pas nécessairement ce qu'il y a de plus souhaitable.

    Penser qu' accepter les différences qui caractérisent les uns et les autres suffirait pour régler les problèmes m'apparaît comme totalement simpliste.