Le Bloc et QS font campagne… pour l’indépendance

Il sera abondamment question de souveraineté à de nombreux endroits dans la province dans les prochaines semaines. Des initiatives distinctes du Bloc québécois, au fédéral, et de Québec solidaire, au provincial, les mèneront un peu partout dans la province.

Le chef et le président du Bloc québécois, Gilles Duceppe et Mario Beaulieu, lançaient samedi à Rimouski une campagne permanente pour l’indépendance. Une quarantaine d’équipes effectueront du porte-à-porte à travers le Québec et tiendront des « assemblées de cuisine », tout l’été, afin de convaincre les électeurs des bienfaits de l’indépendance du Québec.

Selon le président du Bloc, Mario Beaulieu, il faut aller à la rencontre des citoyens, « faire du travail de terrain », pour promouvoir le projet de faire du Québec un pays. Il croit que les gens sont de plus en plus « réceptifs » à parler d’indépendance.

M. Beaulieu estime aussi qu’un nouveau cycle politique vient de s’installer, et qu’il redonnera de la vigueur au projet de souveraineté du Québec, faisant allusion notamment au retour de Gilles Duceppe au Bloc québécois, mais aussi à l’arrivée de Pierre Karl Péladeau comme chef du Parti québécois.

Par ailleurs, Québec solidaire participe de son côté à sa propre campagne de promotion de l’indépendance du Québec. Françoise David, Manon Massé et Andrés Fontecilla assistent à plusieurs activités.

Par exemple, la députée de Gouin a participé à une mobilisation à vélo et à une distribution de dépliants samedi après-midi à Montréal, deux opérations qui ont été couronnées de succès, selon Françoise David.

Dimanche, c’était au tour de sa collègue Manon Massé, qui représente Sainte-Marie-Saint-Jacques à l’Assemblée nationale, d’enfourcher sa bicyclette afin de sensibiliser les gens de Sherbrooke à l’enjeu de l’indépendance.

D’autres initiatives étaient prévues jusqu’à dimanche à Montréal, Québec, Rimouski, Rivière-du-Loup et Paspébiac ainsi qu’à Saint-Jérôme et à Val-David, dans les Laurentides.

Convaincre

Pour Françoise David, cette vaste opération de séduction est une occasion en or « de tenir des discussions franches avec des milliers de Québécoises et de Québécois de toutes les origines ».

Elle a souligné que les solidaires ne se contenteraient certainement pas de prêcher seulement auprès des convertis. « Parler aux convaincus, c’est bien. Rejoindre ceux et celles qu’il reste à convaincre et leur transmettre le goût du pays, c’est mieux », dit-elle.

39 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 22 juin 2015 05 h 40

    … ??? …

    « Selon le président du Bloc » ; « Par ailleurs, Québec solidaire » (la Presse canadienne)

    Drôle de départ pour ce genre d’initiative visant à convaincre, ou séduire, le peuple du Québec à et pour l’indépendance !

    En effet, lorsque chacun part de son côté pour annoncer de « bonne nouvelle » à la Famille québécoise, sans prendre le temps de se concerter ni de développer des objectifs communs de campagne, et d’inviter d’autres interlocuteurs possibles (PLQ, CAQ, PQ), c’est assez bizarre, merci ; d’autant plus étonnant qu’il s’agit de promouvoir la question NATIONALE du Québec … en quête de passage de l’autonomie à son autodétermination !

    De ce départ, on-dirait que le Peuple du Québec est perçue comme une famille sans famille ni autorité de famille, surtout si ses membres se disputent ou feintent un « vivre-ensemble » mobilisateur mais comme sans moteur !

    Ni à droite ni à gauche …

    … ??? … - 22 juin 2015 -

    • Pierre Hélie - Inscrit 22 juin 2015 07 h 16

      Quand je me prends à me dire que QS est peut-être vraiment indépendantiste, je n'ai qu'à retourner voir l'entrevue de Pierre Falardeau aux Francs-Tireurs... Garder ses troupes soudées et emmerder le PQ me semblent plutôt les objectifs de Mme David.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 22 juin 2015 08 h 05

      C'est rendu le genre de la maison (québécoise). Chacun tire de son côté pour définir l'avenir pour établir leur vision unique de celui-ci. Comme si, après un référendum gagnant, il n'y aurait qu'un seul parti, comme en Russie.

      Rares sont ceux qui comprennent que l'indépendance n'a rien à voir avec la politique. La politique «sans l'indépendance» c'est «se débattre» dans ce qu'on ne contrôle pas. La politique «après l'indépendance» c'est «débattre» de ce que nous contrôlons.

      Ce n’est pas un «parti» qui va nous donner l’indépendance, c’est le «Peuple» qui va la prendre… ou pas.

      Désolant départ ces concours d’écoles de pensée ! Le «Peuple» ferait bien de ne pas suivre ces étroits d’esprit, quels qu’ils soient. Celui ou celle qui «élèvera» le débat à «l’ensemble» attirera mon attention. En attendant… ce ne sont qu’élections partisanes répétitives, assommantes et sans intérêt.

      «Je suis plus indépendantiste que toi !» «Non, c’est moi !» «T’es pas un vrais indépendantiste, moi je le suis !» Regarde bien là… t’sé, c’est de l’enfantillage ! Si ça continue comme ça, cette fois-ci, contrairement aux deux autres, je vote «non». Je n’ai pas l’intention de donner le pouvoir absolu à une bande de gamins chamailleurs qui passent leur temps à se darder les uns les autres; ça fait pas sérieux.

      PL

    • Cyr Guillaume - Inscrit 22 juin 2015 08 h 09

      Effectivement ni à gauche, ni à droite, mais droit devant, mais bon allez dire ça à la secte que constitue QS, et ses sbires, c'est une belle perte de temps. De toute manière, ils sont de plus en plus isolés.

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 08 h 40

      «Ni à droite ni à gauche …» - Marcel (Fafouin) Blais

      La Constitution d'un Québec indépendant, c'est «LE PEUPLE» qui devrait décider de ce qui sera de gauche, de droite ou de centre dans son contenu, comme Québec Solidaire le propose. Et non pas Pierre Karl Péladeau, Québecor ou Bernard Landry qui nous demandent un chèque en blanc pour que le PQ décide de quoi sera fait «notre» nouveau pays.

      Et comme je l'ai déjà dit, ce n'est pas l'indépendance qui est de gauche ou de droite. Mais «LE CHEMIN» pour s'y rendre - si jamais on s'y rend - qui sera fait, soit, d'injustices, de néolibéralisme, d'inégalités sociales et d'austérité pour le peuple par le PQ.

      Ou..

      De social-démocratie, de justice sociale, de protection de nos services publics et de l'environnement par Québec Solidaire.

      Et entre vous et moi..

      Poser la question, n'est-il pas y répondre?

      Christian Montmarquette

    • Sylvain Auclair - Abonné 22 juin 2015 09 h 40

      Monisuer Montmarquette,
      J'espère bien que la constitution d'un Québec indépendant ne sera ni de gauche ni de droite, mais simplement démocratique. C'est lors des élections que les questions de gauche et de droite doivent se discuter; il ne faut pas les couler dans le béton d'une constitution.

    • Patrick Boulanger - Abonné 22 juin 2015 09 h 46

      @ M. Guillaume

      " ils sont de plus en plus isolés "?

      M. Guillaume, QS est de plus en plus isolé de qui au juste?

    • Pierre Hélie - Inscrit 22 juin 2015 10 h 05

      "La Constitution d'un Québec indépendant, c'est «LE PEUPLE» qui devrait décider de ce qui sera de gauche, de droite ou de centre dans son contenu, comme Québec Solidaire le propose. Et non pas Pierre Karl Péladeau, Québecor ou Bernard Landry qui nous demandent un chèque en blanc pour que le PQ décide de quoi sera fait «notre» nouveau pays.

      Et comme je l'ai déjà dit, ce n'est pas l'indépendance qui est de gauche ou de droite. Mais «LE CHEMIN» pour s'y rendre - si jamais on s'y rend - qui sera fait, soit, d'injustices, de néolibéralisme, d'inégalités sociales et d'austérité pour le peuple par le PQ."

      Donc M. Montmarquette, QS n'est pas indépendantiste. Ça n'est pas un tare, c'est un choix que je respecte, mais arrêtons de jouer sur les mots. C'est comme si je disais que je suis progressiste...mais seulement dans un Québec souverain. Pierre Falardeau, que M. Parizeau aimait bien, disait que de mettre des conditions à l'indépendance d'un peuple, ça n'était pas de gauche (sûrement son côté néolibéral!). Tant que la question nationale ne sera pas réglée, le néolibéralisme, que j'aborrhe bien autant que vous, aura beau jeu.

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 10 h 21


      «J'espère bien que la constitution d'un Québec indépendant ne sera ni de gauche ni de droite..» -Sylvain Auclair

      Décidément, beaucoup de monde ont le cerveau lavés par la petite rhétorique à 5 cennes de Bernard Landry.

      L'indépendance., comme la constitution ne seront pas «ni de gauche, ni de droite» mais AVEC la gauche et AVEC la droite.

      Il y a énormément de points sociaux, et donc des éléments de gauche à débattre dans une constitution.

      Franchement.. Et pour ne prendre que cet exemple..

      - Croyez-vous que la «Charte des droits et libertés du Québec» est de droite?? Non. Elle est de gauche et social-démocrate, notamment en protégeant les droits minorités et les droits humains fondamentaux.

      - Et croyez-vous qu'un système basé sur la monarchie , la théocratie ou cette nouvelle oligarchie d'une société inégalitaire basée sur la loi du plus fort et la dictature économique serait simplement «démocratique»??

      Voyons.

      Soyons sérieux.

      La Constitution se votera, on l'espère, de manière démocratique.

      Mais elle aura forcément de gauche ET droite

      Et non pas, ni de gauche, ni de droite, à moins d'accepter de voter pour une république de banane.

      Christian Montmarquette

    • Gilles Théberge - Abonné 22 juin 2015 12 h 46

      Elle est bonne celle-là. De qui est isolé QS monsieur Boulanger? En fait de la souveraineté. Quand on parle comme QS des deux côtés de la bouche en même temps, on est isolé de la clarté de pensée.

      Et c'est justement à ce chapître que QS est bien mêlé. Une bouchée de souveraineté par ci, une bouchée de NDP fédéraliste et ultracentralisaeur par là.

      Quand on est soi-disant souverainiste et qu'on pose tellement de conditions pour y accéder que ça devient une velléité, c'est qu'on est complètement déconnecté.

      Quand QS sera capable d'appuyer clairement et sans équivoque un parti qui sur la scène fédérale est nettement souverainiste, là, la question ne se posera même plus. si elle se pose présentement, c'est justement parce que votre pensée n'est pas claire.

      Les élections fédérale s'en viennent. Allez-vous appuyer le Bloc oui ou non? Ou allez-vous appuyer la bande à Mulcair qui est en faveur d'Énergie Est, (la liste des dossiers est longue) des pipelines, et tout le reste oui ou non?

      C'est ça qui est la question monsieur Boulanger. Et laissez donc votre dialectique tordue au vestiaire une bonne foi qu'on voie vraiment ce que vous pensez!.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 22 juin 2015 13 h 07

      «De gauche, de droite ou de centre dans son contenu, comme Québec Solidaire le propose.»

      Non non M. Montmarquette, ce que propose QS est bien écrit dans la lettre de Madame David dans les «lettres ouvertes» d'aujourd'hui (en bycicle). Et son message est : «Une société féministe, écologique et sociale». C'est écrit gros de même et ne semble pas qu’une suggestion mais un «prérequis» ! Il n'y a aucun «chèque en blanc» venant de QS, tu rentres dans le rang ou bedon.

      Qu'est-ce que je fais ici après je ne sais plus combien de générations depuis 1634 dans ce pays qui ne m'accepte pas comme je suis soit «non-féministe, non-écologue et non-politico-social» ? Est-ce qu'on me fout à la porte ?

      Alignez vos canards. Je vote pour le parti de madame David ou celui de M. Montmarquette ? Ne me revenez plus avec la confusion des autres partis et leur message ambigus; vous soupez tous à la même table.

      «Libre de penser» (et je sais lire aussi).

      Celui ou celle qui voudra m'imposer une façon d'agir ou de penser me trouvera de travers sur son chemin !

      Bonne journée.

      PL

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 22 juin 2015 14 h 12

      "Et entre vous et moi..Poser la question, n'est-il pas y répondre?" (Christian Montmarquette)

      Laquelle ?

      Après relecture de la réaction qu'il vous a plue de lire, avec sagesse, et sans faire de jeux de mots, on-dirait que le "... ??? ..." ne constituerait pas une question ni celle dont il vous plairait d'y répondre, mais plutôt exprimer ou témoigner une ...

      ... stupéfaction d'étonnement !

      Alors ? - 22 juin 2015 -

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 16 h 51


      «Ce que propose QS est bien écrit dans la lettre de Madame David dans les «lettres ouvertes» d'aujourd'hui (en bycicle) (sic) Et son message est : «Une société féministe, écologique et sociale». C'est écrit gros de même et ne semble pas qu’une suggestion mais un «prérequis» !» - pierre lefebvre

      N'essayez pas de mêler les cartes M. Levebvre.

      La position officielle de QS depuis des années est une Assemblée constituante «INDÉPENDANTE» de tous les partis politiques, de tous les membres de l'Assemblée nationale et à l'abris de tous les pouvoirs économiques.

      Ce qui ne change en rien que le PQ, QS et le Bloc, ou tous les citoyens puissent débattre et défendre leur préférence du pays à naître.

      Si vous avez cette lettre, pourquoi ne pas nous en avoir donné le lien?


      .

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 17 h 13


      «Donc M. Montmarquette, QS n'est pas indépendantiste.»-Pierre Hélie

      Mis à part leurs sempiternelles chicanes internes sur le sujet, le jeu préféré des péquistes, est de jouer à qui est plus indépendantiste que l'autre.

      Les péquistes comme les bloquistes (qui ne sont en fait que des péquistes fédéraux) ont aussi cette fâcheuse manie de prendre leur parti politique pour la cause elle-même. Ceci, alors qu'il y a désormais plus e 20 ans! ..qu'il n'y a même plus d'échéancier référendaire au programme du PQ.. Et bien évidemment, encore moins au Bloc!

      Alors, avant d'accuser les autres de quelque traîtrise que ce soit, M. Hélie.. Vous devriez examiner ce qui se passe dans votre propre cour.

      Parce que pour autant que je sache, Québec Solidaire est encore et depuis longtemps, «le seul» parti de l'Assemblée nationale à garantir un référendum dans un premier mandat.

      Christian Montmarquette

      Référence :

      «Avec PKP, le référendum attendrait» - Le Devoir

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/419660/ch

      .

    • Patrick Boulanger - Abonné 22 juin 2015 18 h 02

      @ M. Théberge

      M. Théberge, vous présentez votre lecture de la citation de M. Guillaume comme si c'était une évidance! Pour ma part, je ne suis pas certain que votre lecture de cette citation est celle que partage M. Guillaume. Quoi qu'il en soit, je vois que vous tentez dans votre commentaire de présenter QS comme un parti fédéraliste. Et vous appuyez votre idée sur une seule chose dans votre commentaire : QS n'appuie pas le BQ. À mon sens, c'est plutôt faible comme preuve que QS est un parti " fédéraliste ".

      M. Théberge, M. Péladeau va-t-il avoir de la suite dans les idées et demander à ses militants de laisser tomber le BQ lors des prochaines élections fédérales (puisqu'il pense que le BQ " ne sert strictement à rien ")? ;o)

      Voir : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424217/le

      Patrick Boulanger

      P.-S.: je vais voter pour le BQ lors des prochaines élections fédérales.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 24 juin 2015 07 h 12

      «Si vous avez cette lettre, pourquoi ne pas nous en avoir donné le lien?»

      J'imagine que deux jours plus tard, vous avez trouvé la «lettre» en bas de page de ce journal-ci, rubrique «Lettres ouvertes».

      Bonne journée.

      PL

  • Jacques Boulanger - Inscrit 22 juin 2015 07 h 00

    Anguille sous roche

    D'où vient cette subite ferveur nationaliste ? Je me méfie du chant des sirènes qui conduit au naufrage des marins abusés par leur chant mélodieux et qui cèdent à leur charme. Parce que je suis convaincu que par le malin échafaudage des origines de ce parti, se cache derrière une idée fédérale issue de l'intelligentsia canadian menée à l'époque par Jean Chrétien et Paul Desmarais.

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 09 h 19


      « Je suis convaincu que par le malin échafaudage des origines de ce parti, se cache derrière une idée fédérale issue de l'intelligentsia canadian» -Jacques Boulanger -

      - Est-ce vous croyez que votre théorie conspirationniste tient toujours le coup, quand on sait que des gens comme Paul Rose et Michel Chartrand, font partie des membres fondateurs de Québec Solidaire?

      - Quoi qu'on fasse, le péquistes ne seront jamais contents.

      Il est de plus en plus clair que ces gens-là sont serctaire, rejettent tous les souverainistes qui ne sont pas péquiste et défendent leur parti avant leur pays.

      Christian Montmarquette

      Référence:

      «Après sa libération en décembre 1982, Paul Rose a poursuivi son militantisme à L’aut’journal, à la CSN comme conseiller syndical et, en politique, au Parti de la Démocratie socialiste, à l’Union des forces progressistes et à Québec solidaire... »

      http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/03/14/paul-ro

      .

    • Patrick Boulanger - Abonné 22 juin 2015 09 h 51

      " Parce que je suis convaincu que par le malin échafaudage des origines de ce parti, se cache derrière une idée fédérale issue de l'intelligentsia canadian menée à l'époque par Jean Chrétien et Paul Desmarais. " (M. Boulanger)?

      M. Boulanger, c'est bien intriguant cette affirmation-là! Pouvez-vous l'expliciter?

    • Gilles Théberge - Abonné 22 juin 2015 13 h 43

      Oui monsieur Boulanger, Jacques. En effet je pense comme vous «que par le malin échafaudage des origines de ce parti, se cache derrière une idée fédérale issue de l'intelligentsia canadian».

      Le fut-ce par Jean chrétien et Paul Desmarais, ça vraiment c'est pas certain. En tout cas je n'en connais pas les indices. Remarquez qu'ils sont conjointement beaux pères des mêmes enfants. Des fois ça rapproche.

      Cela dit votre homonyme demande en quoi? C'est bien simple, l'option souverainiste a été décidée démocratiquement lors de la fondation du parti.

      Mais ce fut au terme d'un long et houleux débat. Et il reste qu'il y a au sein de QS une masse critique de membres qui s'oppose à cette option. Une autre qui s'en fiche. Et une autre encore qui ne le sait pas.

      Et puis, il y a eu les élections de 2011. Et aux élections de 2011, il y a eu Khadir qui a voté pour le NDP. Et qui s'en est vanté publiquement, ajoutant l'insulte à l'injure faite à Gilles Duceppe.

      Et puis maintenant on voit les activistes de QS sortir avec le «il faut à tout prix battre Harper et donc votons NDP...»

      Et ces gens ont le culot pour ne pas dire l'outrecuidance de dire qu'ils sont souverainistes!

      J'ai hâte que le NDP fonde enfin son parti provincial. On verra combien des partisans de QS y migreront automatiquement. En tout cas tous les anglos de QS qui sont bien silencieux. Et qui voteront non à un référendum. Et qui voteront NDP aux prochaines élections de l'automne.

      Et qui sont membres d'un parti professant qu'il est souveainiste. Et voilà pourquoi votre fille est muette?

      Oui je sais monsieur Boulanger, Patrick cette fois. Ne vous donnez pas la peine de le redire, PKP est un méchant. Et c'est le roi du lock-out. Ben oui.

  • Charles Talon - Abonné 22 juin 2015 08 h 00

    QS

    Mme David parle de souveraineté... Par le plus grand des hasards, aurait-elle compris aussi que toutes les forces souverainistes doivent être réunies en un seul parti pour avoir une chance de réussir? L'Esprit-Saint soufflerait-il sur QS? Ou rêve-je en couleurs?

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 09 h 27

      «toutes les forces souverainistes doivent être réunies en un seul parti pour avoir une chance de réussir?» - Charles Talon

      « C'est le PQ qui divise les forces souverainistes en refusant la proposition du mode de scutin proportionnelle de Québec solidaire, qui additionnerait les votes et les députés souverainistes, plutôt que de les soustraire les uns des autres.

      Le PQ n'a plus le monopole de la question nationale, et il serait grandement temps que les péquistes s'en apperçoivent, s'ils ne veulent pas provoquer l'effet contraire de ce qu'ils recherchent.

      Christian Montmarquette

      Référence :

      «La réforme du mode de scrutin évacuée du programme du PQ» - Le Soleil, 20 juin, 2011.

    • Patrick Boulanger - Abonné 22 juin 2015 09 h 43

      Et les indépendantistes doivent se réunir dans quel parti selon vous? Vous savez M. Talon, QS est ouvert à ce que les sympathisants onistes et péquistes viennent grossir ses rangs.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 22 juin 2015 13 h 16

      «QS est ouvert à ce que les sympathisants onistes et péquistes viennent grossir ses rangs.»

      Sauf ceux qui ne sont pas «féministes, écologistes ou sociaux-ch'sé-pas-quoi» comme l'exige Madame David. Pour former «l'unité». c'est pas la meilleure recette.

      À moins qu'on se taise et qu'on baisse la tête pour ne pas être reconnu (au cas où).

      Ah ! Le malheur de penser qu'on est seul à avoir raison, c'est tellement lourd à porter.

      PL

    • Gilles Théberge - Abonné 22 juin 2015 13 h 51

      Messieurs boulanger (Patrick) et Montmarquette pratiquent ouvertement ici ce que l'on appelle la pensée magique.

      Oui bien sûr, on assiste présentement à une migration sans précédent de tous les souverainistes vers QS.

      Pour réaliser l'Indépendance dans cinquante ans.,Après que tous les problèmes sociaux auront été résolus, que la répartition de la richesse entre tous et toutes sera devenu la réalité.

      Et que le procès en canonisation de madame Françoise David arrivé à son terme, ses conclusions seront officialisées par la publication d'une bulle papale...

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 16 h 55

      «Réaliser l'Indépendance dans cinquante ans.,Après que tous les problèmes sociaux auront été résolus» - Gilles Théberge

      J'espère que le public sera assez sérieux et averti pour aller lire directement le programme de Québec Solidaire et ne croira pas ces énormités grossières diffusées par nos adversaires pour tenter de nous nuire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 17 h 31

      «Réaliser l'Indépendance dans cinquante ans.,Après que tous les problèmes sociaux auront été résolus» - Gilles Théberge

      Permettez-moi ce complément de commentaire qui émerge directement du site de l'Assemblée nationale pour répondre à cette affirmation aussi farfelue que grostesque :


      «À ceux qui appellent à l'unité des troupes souverainistes, elle répond que son parti se joindra sans faute au camp du «Oui» s'il devait y avoir un référendum.» - Françoise David

      http://www.assnat.qc.ca/fr/actualites-salle-presse

      .

    • Patrick Boulanger - Abonné 22 juin 2015 18 h 34

      @ M. Lefebvre

      M. Lefebvre, c'est plutôt normal qu'un parti politique ait de grandes orientations pour que les gens sachent où le parti veut les mener. Si le PQ préfère ne pas trop avoir d'identité propre à part le fait d'être indépendantiste et qu'il préfère s'orienter au gré des sondages pour tenter de plaire à un maximum de gens, c'est son affaire. Toutefois, je ne crois pas que cette façon faire est une recette gagnante pour faire l'indépendance du Québec.

      @ M. Théberge

      M. Théberge, votre dernier commentaire est en réaction à quel de mes commentaires au juste?

  • Pierre Marcotte - Inscrit 22 juin 2015 08 h 15

    Assemblées de cuisine

    BQ et QS se mettent sur le chemin de la rencontre des gens, c'est très bien. Les militants d'Option nationale le font depuis plusieurs mois déjà. Rencontrer, discuter, convaincre, voilà le credo qui nous aidera à rallier les quelques points de pourcentage qui manquent pour que le projet de pays deviennent réalité.
    *Toc - Toc - Toc*, "Savez-vous que le pays est à votre porte?"

    • Jacques Boulanger - Inscrit 22 juin 2015 09 h 30

      Imaginez que le Bloc et QS se rencontrent par hasard dans la même cuisine ? J'ose pas imaginer la suite. La tigresse toute griffe dehors, j'en ai le frisson.

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 11 h 13

      « La tigresse toute griffe dehors, j'en ai le frisson.» -Jacques Boulanger

      Si j'étais vous, j'essayerais plutôt de contrôler les sautes d'humeur de votre chef au Bloc...

      «Amir Khadir est un être populiste et opportuniste, qui ne mérite même pas le respect..» - Gilles Duceppe, La Presse, 03 août 2012

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 11 h 58


      «Imaginez que le Bloc et QS se rencontrent par hasard dans la même cuisine ? J'ose pas imaginer la suite. La tigresse toute griffe dehors, j'en ai le frisson» - Jacques Boulanger

      J'espère que les lecteurs du Devoir prendront bien notre que, pendant que des militants de Québec Solidaire et du Bloc se crachent dans les mains, mettent l'épaule à la roue et travaillent à défendre et à promouvoir concrètement l'indépendance sur le terrain.

      Jacques Boulanger, lui, s'applique à semer la pagaille, le doute et la division.

      Et après ça, Monsieur, continuera de dire que Québec Solidaire divise le mouvement souverainiste!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 22 juin 2015 13 h 17

      «Imaginez que le Bloc et QS se rencontrent par hasard dans la même cuisine ?» Amenez-les ici, je vais faire du café.

      PL

  • Jean Lapointe - Abonné 22 juin 2015 09 h 07

    Leur programme passe avant l'indépendance du Québec

    «Par ailleurs, Québec solidaire participe de son côté à sa propre campagne de promotion de l’indépendance du Québec. Françoise David, Manon Massé et Andrés Fontecilla assistent à plusieurs activités.» (La Presse canadienne)

    Il est quand même étonnant que Québec solidaire se lance dans une campagne en faveur de l'indépendance du Québec à ce moment-ci.

    Tant mieux dans un sens s'ils arrivent à convaincre un certain nombre de gens à la vouloir cette indépendance parce que ça va peut-être augmenter le nombre d'appuis au Parti québécois lors de la prochaine élection.

    Mais il est curieux de leur part qu'ils s'engagent dans une telle campagne parce qu' on sait bien que pour eux l'indépendance du Québec n'a d'importance que dans la mesure où ils pourraient appliquer leur programme politique propre.

    On dirait qu'ils sont pour l'indépendance du Québec mais à coniditon que ce ne soit pas le Parti québécois qui la fasse.

    On dirait qu' ils veulent l'indépendance du Québec mais à la condition que ça demeure un voeu pieux parce que s'il faut attendre qu'ils soient au pouvoir pour que ça puisse se faire, on risque d'attendre longtemps.

    Mais ils y tiennent tellement qu'en attendant ils préfèrent nuire au Parti québécois plutôt que de l'appuyer.

    Il semble bien que ce qu'ils veulent d'abord et surtout c'est d'appliquer leur programme politique avant de vouloir l'ndépendance politique du Québec.

    Ils devraient le dire clairement.

    Nous les souverainistes péquistes nous ne pouvons pas compter sur eux parce que, à leurs yeux, nous sommes des méchants néo-libéraux.

    C'est désolant mais c'est comme ça.

    • Christian Montmarquette - Abonné 22 juin 2015 10 h 34

      «Leur programme passe avant l'indépendance du Québec» -Jean Lapointe

      L'Indépendance EST au programme de Québec Solidaire depuis sa fondation. Pire encore! L’indépendance est la la «Déclaration de principes» de Québec Solidaire, et chapeaute même son programme!.

      J'invite les péquistes à ne pas faire la projection de leurs propres problèmes sur le parti des autres et à régler ce qui se passe dans leur propre cour, avant critiquer ce qui se passe dans la cour des autres.

      Car, c'est le PKP et le PQ qui n'ont plus de référendum à leur programme depuis plus de 20 ans et qui attendent les «conditions gagnantes» avant de s'engager. Alors que Québec Solidaire est «le seul» parti de l'Assemblée nationale à «garantir» un référendum ET une Assemblée constituante dans un premier mandat.

      - Cm

      .

    • Patrick Boulanger - Abonné 22 juin 2015 11 h 01

      " Mais ils y tiennent tellement qu'en attendant ils préfèrent nuire au Parti québécois plutôt que de l'appuyer. " (M. Lapointe)?

      Et le PQ M. Lapointe, est-ce qu'il appuie QS? Une chose dont je suis certain, c'est que si QS prend éventuellement une débarque, la majorité des péquistes vont " sabrer le champagne ".