Duceppe de retour à la tête du Bloc québécois

À quatre mois des élections fédérales, le Bloc québécois changera de tête d’affiche. L’ex-leader Gilles Duceppe reprendra les rênes, à la demande de Mario Beaulieu selon ce qu’a appris Le Devoir.

Le Bloc québécois a confirmé la nouvelle mardi, mais ne fera aucun commentaire avant une conférence de presse prévue demain matin — cela dans le but de «respecter le deuil national et la mémoire de Jacques Parizeau». Mercredi, «Mario Beaulieu fera connaître le rôle que Gilles Duceppe sera appelé à jouer dans le cadre de la prochaine campagne électorale», précise-t-on.

Une source digne de confiance avait déjà confié lundi soir que le nouveau chef bloquiste «cèdera sa place» à M. Duceppe. Ce dernier reviendra comme chef de la formation souverainiste. Il participera aussi aux débats des chefs. M. Beaulieu demeurera président du parti.

Une autre personne a confirmé que les deux hommes se sont rencontrés lundi, «à la demande de M. Beaulieu». Le retour de Gilles Duceppe à l’avant-plan a été discuté, a confirmé cet individu. C’était une des options, parmi deux discutées.

Lorsque Le Devoir l’a appelé, lundi soir, M. Duceppe a indiqué, par personne interposée, qu’il «ne donne [rait] pas d’entrevues aujourd’hui».

L’appel du Devoir chez M. Beaulieu était aussi resté sans réponse.

M. Beaulieu a annoncé, lundi après-midi, que Gilles Duceppe avait accepté de contribuer à la prochaine campagne électorale. «À ma grande joie, Gilles a accepté ma proposition. Nous discutons ensemble du rôle qu’il jouera», a indiqué M. Beaulieu, sans offrir plus de détails sur sa page Facebook. «Notre objectif consiste à rassembler le maximum de femmes et d’hommes derrière le Bloc québécois, pour l’indépendance et pour le Québec.»

L’ex-première ministre du Québec Pauline Marois et son successeur à la tête du Parti québécois Pierre Karl Péladeau ont offert leur soutien à M. Beaulieu et au Bloc, récemment. «Les leaders sont tous unis derrière le Bloc», a commenté un bloquiste lundi. La simple annonce d’un coup de main, quel qu’il soit, à la campagne bloquiste lundi après-midi avait réjoui cette personne. «C’est un de plus pour nous autres!», s’était-elle exclamée.

L’union entre les deux hommes est un revirement de situation. Il y a près d’un an jour pour jour, M. Beaulieu a été élu chef du Bloc à Montréal. Dans son discours de victoire, il avait prévenu que la formation souverainiste changerait de cap, pour tourner la page au «temps de l’attente et du défaitisme».

Une déclaration que M. Duceppe avait fort mal prise, l’ex-chef l’ayant dénoncé aussitôt fut-elle prononcée par son successeur. Plusieurs anciens députés bloquistes avaient eux aussi mal digéré le commentaire de M. Beaulieu, lequel s’est corrigé depuis.

M. Duceppe a dirigé le Bloc québécois pendant 15 ans. Il a cependant perdu son siège de Laurier-Sainte-Marie – qu’il représentait depuis 1990 – lors de l’élection de 2011. Il avait démissionné comme leader du parti souverainiste le soir même, emporté comme plusieurs de ses députés par la vague orange de Jack Layton et du Nouveau Parti démocratique.

 
47 commentaires
  • Claude Bariteau - Abonné 9 juin 2015 08 h 46

    Bonne nouvelle

    L'indépendance étant l'enjeu des prochaines élections au Québec, la présence de bloquistes à la Chambre des communes s'avère plus que pertinence, non pas pour promouvoir les intérêts du Québec, mais pour préparer à la fois l'accession au statut de pays indépendant et superviser la transition.

    Avec un tel alignement, les indépendantistes du Québec sauront très vite pour quel parti voter, d'autant plus qu'ils retrouveront en Gilles Duceppe un chef aguerri bien au fait des dossiers en cause.

    • Lise Bélanger - Abonnée 10 juin 2015 12 h 31

      @ M. Rivest

      Merci pour votre réponse, mais je ne comprends toujours pas en quoi le fait de ne pas voter puisse aider la cause.

      Montrer votre mécontentement (même si bien fondé) par une abstention de vote est néfaste et donne nécessairement un vote aux autres partis.

      Cependant entre deux maux, je prends le moindre. Se désafecter ou ne pas voter parce que le leader n'est pas suffisamment crédible pour amener une victoire concluante, c'est donner un vote à la partie adverse. Donc, je vote, même si je ne crois pas que la situation soit à son meilleur. Ce qui ne veut pas dire que nous ne devons pas travailler à l'améliorer.

      Je comprend que cela puisse être frustrant, je l'ai vécu souvent et le vivrai encore certainement, mais il faut faire passer la cause de créer un pays avant nos frustrations personnelles.

      Le seul argument qui puisse nous inciter à ne pas voter est celui de la désaffectation d'un parti à sa cause, tel le beau risque proposé par René Lévesque dans les années '80. Ceci était innaceptable car il renonçait au but primordial du PQ.

      J'ai tellement hâte que les indépendantistes, pour un oui ou un non, cessent de se désafecter du PQ ou du Bloc et que l'on puissent tous travailler ensemble malgré nos divergences, car je crois que justement les divergences sont représentatives d'un parti en santé. Mair il faut vivre avec ça aussi.

  • Sylvain Rivest - Inscrit 9 juin 2015 09 h 01

    bonne idée!

    Ça m’éviterait de devoir annuler mon vote.

    • Denyse Richard - Abonnée 9 juin 2015 14 h 42

      Et moi de même.

    • Patrick Boulanger - Abonné 9 juin 2015 15 h 19

      M. Rivest et Mme Richard, vous préférez annuler votre vote que de voter pour un parti indépendantiste mené par M. Beaulieu?

    • Gérald Caouette - Abonné 9 juin 2015 16 h 09

      Et moi j'annule le mien !

    • Sylvain Rivest - Inscrit 9 juin 2015 18 h 57

      M. Boulanger,

      Je suis désolé de vous dire mais M. Beaulieu a, très certainement de grandes qualités, mais il n'est pas vraiment rassembleur. J'avoue que son style ne m'embalait pas, j'en étais même gêné.

      Ne voyant pas d'alternative aux anti-francophones et très centralisateurs Mulcair, Trudeau et Harper. Je me demande même si il y a un bloquiste dans ma circonscription qui est plutôt "pro Harper" et "pro caquiste". J'en était rendu à annuler mon vote. Mais si M. Duceppe réallume la flamme je suis partant pour que tout ça prépare le terrain pour le nouveau tandem PQ/PKP à l'automne et "exit" le canada.

    • Lise Bélanger - Abonnée 10 juin 2015 07 h 11

      Je comprend très mal que l'on puisse se désengager d'une cause aussi profonde que l'avenir d'un peuple, création d'un pays, parce qu'on apprécie moins un chef que l'on trouve par exemple, pas suffisamment charismatique.

      Lorsque l'on est si mou et avec si peu d'échine que le moindre vent peut nous faire changer d'idée, ce n'est pas vrai que l'on comprend et désire vraiment l'indépendance du Québec.

      Vouloir l'indépendance du Québec avec des si et des peut-être ou il faut que tout soit à mon goût, ce n'est pas ça être indépendantiste, avoir la foi dans ce grand projet qu'est de faire du Québec un pays normal.

      Merci M. Duceppe, vous avez bien compris, votre retour est un grand geste que je n'oublierai pas et merci à M. Beaulieu, qui tout comme M. Parizeau avait fait de la place à M. Bouchard, laisse la place à M. Duceppe pour une cause qu'il considère plus grande que quelques caprices personnels.

    • Sylvain Rivest - Inscrit 10 juin 2015 09 h 19

      @Lise Bélanger

      Pour des gens qui, comme moi, ne sont plus à convaincre on peut cependant admettre qu'il en reste beaucoup à convaincre et que même si nous sommes bien convaincu du chemin à prend nous pouvons avoir la lucidité d'entrevoir une défaite assurée parce que le messager ne passe pas. J'ai été de ceux qui ont appuyé madame Marois surtout lors de la tempête, bien avant qu’on la surnomme la "dame de béton". Car plusieurs disaient qu'elle ne passait pas. Et c'est effectivement ce qui ait arrivé. Il n'y a pas juste eu la stratégie qui n'a pas passée lors des dernières élections. Malgré toutes les qualités de cette grande dame elle ne passait pas chez une majorité de gens.

      Pourtant!

      La masse a de drôle de point de repère j'en conviens mais on doit faire avec. Et ce n'est pas les convaincus qu'il faut convaincre, c'est les autres.

  • Patrick Boulanger - Abonné 9 juin 2015 09 h 32

    Bizarre?

    Il me semble que c'est aux membres du BQ que devrait revenir la tâche de choisir le chef de cette formation politique (et non à l'actuel chef de se trouver en coulisse un remplaçant).

    • Gilles Théberge - Abonné 9 juin 2015 11 h 06

      Ça s'appelle la «Realpolitik» monsieur Boulanger.

    • Patrick Boulanger - Abonné 9 juin 2015 15 h 12

      @ M. Théberge

      D'accord! Et aimez-vous cela la " vraie politique " M. Théberge?

  • Jacques Boulanger - Inscrit 9 juin 2015 10 h 22

    À quoi ça sert le Bloc québécois ?

    On sait ce que la vague orange a donné pour le Québec : rien/rien, un infini zéro. Y'a rien à Ottawa pour parler au nom du Québec, rien pour la défense des intérêts québécois et surtout pas ces cloches qui agissent comme minisses serviles du pouvoir conservateur. Et certainement pas non plus notre franglish national, le fiston du père le plus anti-Québécois du canadian establishment. Et faut pas compter non plus, de grâce, sur l'ancien cadre d'Alliance-Québec.

    Alors à quoi ça sert le Bloc québécois ? À parler en notre nom, battinsse !

    • Christian Montmarquette - Abonné 9 juin 2015 12 h 03

      « À quoi ça sert le Bloc québécois ? À parler en notre nom, battinsse!»-Jacques Boulanger

      À parler, sans pouvoir rien faire, vous voulez dire... Et le Bloc n'a certainement pas parlé en mon nom et au noms de plusieurs autres, quand il avait appuyé la loi mammouth C-51 des conservateurs en tous cas!

      Christian Montmarquette

      Référence :

      «La semaine dernière, le Bloc Québécois de Mario Beaulieu annonçait qu'il voterait en faveur du controversé projet de loi C-51, visant à augmenter les pouvoirs des services de renseignement canadien et à restreindre les libertés civiles..» - Ricochet

      https://ricochet.media/fr/338/une-curieuse-alliance

      .

    • Patrick Boulanger - Abonné 9 juin 2015 15 h 26

      @ M. Montmarquette

      " Et le Bloc n'a certainement pas parlé en mon nom et au noms de plusieurs autres, quand il avait appuyé la loi mammouth C-51 des conservateurs en tous cas! " (M. Montmarquette)?

      M. Montmarquette, à ma connaissance le BQ a voté contre le projet de loi antiterroriste C-51 : http://www.ledevoir.com/politique/canada/436120/pr

    • Christian Montmarquette - Abonné 9 juin 2015 17 h 04


      « M. Montmarquette, à ma connaissance le BQ a voté contre le projet de loi antiterroriste C-51 » - Patrick Boulanger

      Le Bloc avait cru pouvoir faire des gains électoraux, en misant comme le PQ sur le nationalisme identitaire anti-arabe et n'a viré de bord de manière totalement électioraliste seulement à la suite du tollé que cette position avait soulevé. Ce qui nous donne une petite idée de la manière de faire de belle grande famille péquiste.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 9 juin 2015 17 h 04


      « M. Montmarquette, à ma connaissance le BQ a voté contre le projet de loi antiterroriste C-51 » - Patrick Boulanger

      Le Bloc avait cru pouvoir faire des gains électoraux, en misant comme le PQ sur le nationalisme identitaire anti-arabe et n'a viré de bord de manière totalement électioraliste seulement à la suite du tollé que cette position avait soulevé. Ce qui nous donne une petite idée de la manière de faire de belle grande famille péquiste.

      Christian Montmarquette

  • Christian Montmarquette - Abonné 9 juin 2015 10 h 25

    Aider Harper n'est pas défendre les intérêts du Québec


    Les bloquistes auront beau changer de tête d'affiche, ça ne changera pas le fond du problème, qu'est la pertinence d'un parti fédéral qui ne présente des candidats que dans une seule province. Tout ce que le Bloc risque de faire, est de contribuer à laisser Harper en poste, qui est une véritable plaie, non seulement pour le Québec, mais pour la démocratie autant au Canada qu'au Québec.

    De plus, ce n'est pas avec un Gilles Duceppe à la tête du Bloc, responsable de la pire charge qu'Amir n'ait jamais reçue en carrière, que la «grande famille péquiste» contribuera à refaire l'unité des souverainistes qu'elle prétend tellement vouloir refaire.

    Quand Duceppe traite de un militant de longue date la trempe d'Amir Khadir, qui a donné son temps gratuitement durant des années pour soutenir son parti, et qui, une fois élu, gagne 200,000$ de moins par année que s'il pratiquait sa spécialité en médecine, d'opportuniste et de populiste.. On se demande qui est vraiment celui qui ne mérite pas le respect.

    Et tant qu'à parler d'opportunisme, comment pourrions-nous appeler un parti qui vogue sur une cause provinciale depuis 20 ans au niveau fédéral, sans jamais pouvoir ni gagner sa lutte, ni appliquer son programme?

    Christian Montmarquette

    Référence :

    «Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, est un être populiste et opportuniste qui ne mérite même pas le respect.» - Gilles Duceppe, Le Devoir

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/356083/gi

    • Sylvain Rivest - Inscrit 9 juin 2015 11 h 44

      Vous avez raison m. Montmarquette c'est exactement ce que je me dis en pensant à QS, s'ils sont vraiment séparatistes ce que je doute, qu'au fond ils aident le PLQ à rester en selle.

    • Jacques Boulanger - Inscrit 9 juin 2015 11 h 46

      En plus, vous faites fausse route, Harper n'a nul besoin du Québec pour être majoritaire. Revoyez les résultats de la dernière élection.

    • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 9 juin 2015 12 h 34

      Je peux comprendre (sans l'appuyer) que QS soit déçu de la venue de Gilles Duceppe à la tête du Bloc, eux qui ont appuyé le NPD fédéral de Mulcair aux dernières élections...

      Le projet social de gauche avant l'indépendance du Québec disent-ils...

    • Nicolas Bouchard - Abonné 9 juin 2015 13 h 41

      Stephen Harper pourrait faire beaucoup plus d'argent au privé qu'il n'en fait en ce moment en tant que Premier Ministre du Canada et je le considère malgré tout comme un être et un politicien populiste et opportuniste sans commune mesure.

      La déclaration de Gilles Duceppe était tout à fait inacceptable. Néanmoins, ce qu'Amir Khadir a fait [inviter les Québécois à voter pour le NPD] était aussi très bas et n'apporte que plus d'eau au moulin des doutes de sa volonté de faire l'indépendance.

      Il a invité les gens à voter pour un parti fédéraliste, centralisateur, un parti qui de nos jours veut s'immiscer dans les affaires du Québec encore plus avec son idée de ministère des affaires urbaines. Un parti qui supporte le projet d'Énergie Est qui traversera le Québec et qui appuya le projet de Bas-Churchill directement en compétition avec Hydro-Québec.

      Mulcair, qui était le bras droit de Layton, est un ancien avocat qui a fait carrière à Alliance Québec, un ennemi juré de la Loi 101, qui a fait sa carrière politique au PLQ contre le PQ et l'idée d'indépendance.

      Duceppe a dit une immense connerie sous le coup de colère mais ce qu’a fait Amir Khadir, avec sa décision stratégique mûrement réfléchie, est incommensurablement pire et cela venant d’un supposé indépendantiste.

      Nicolas B.

    • Christian Montmarquette - Abonné 9 juin 2015 14 h 18


      «Ce qu'Amir Khadir a fait [inviter les Québécois à voter pour le NPD] était aussi très bas » - Nicolas Bouchard

      Cette assertion est fausse et tronquée.

      1) La consigne de vote officielle de Québec Solidaire n'était pas un appui au NPD, mais bien : «N'importe qui sauf les conservateurs».

      2) Voici la déclaration exacte d'Amir :

      « Je souhaite pour le Québec un Bloc Québécois fort et un premier ministre du nom de Jack Layton. Le NPD est la source de l'avenir, nous sommes face à un homme intelligent et qui participera à la souveraineté ».

      3 ) La question d'Énergie Est est contestée par Alexandre Boulerice et dans les rangs même du NPD. On ne connait donc pas encore la fin de l'histoire.

      4 ) Si vous considérez que l'électorat du NPD au Québec est bas et non respectable.. Vous devez alors aussi considérer que les «50%» des péquistes et de bloquistes qui ont abandonné le Bloc pour le NPD en 2011 sont aussi bas et non respectables.

      Malheureusement, nombre de bloquistes et de péquistes ont cette fâcheuse tendance à croire que le votes des souverainistes leur appartient et les électeurs leur ont fait savoir qu'ils auraient intérêt à être moins arrogants aux dernières élections fédérales.

      - CQFD

      Christian Montmarquette

      (1) Référence :

      Le Point -Lac Saint-Jean - Actualités / Politique, 27 avril 2011

    • Christian Montmarquette - Abonné 9 juin 2015 16 h 12


      « QS, s'ils sont vraiment séparatistes ce que je doute, qu'au fond ils aident le PLQ à rester en selle.» - Sylvain Rivest

      M. Rivest,

      1 ) Le PQ n'a jamais eu besoin de personne pour perdre ses élections. En 2003, Québec Solidaire n'existait pas, il a perdu quand même.

      2 ) Avec une baisse historique de plus de «319 583» votes (le pire score du PQ depuis 1970!), ce n'est pas Québec Solidaire qui a remis les libéraux au pouvoir, c'est le PQ.

      3 ) Pauline Marois elle-même, n'est pas d'accord avec vous sur la cause de la défaite du Parti québécois :

      «Je crois que nous nous sommes fait battre sur la peur qu’ont les Québécois et les Québécoises concernant un référendum» - Pauline Marois, Tout le monde en parle, 19 avril 2015

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 9 juin 2015 16 h 27


      «Le projet social de gauche avant l'indépendance du Québec disent-ils...»-Jeanne M. Rodrigue

      Vous avez tout faux Madame Rodrigue.

      Ça, c'est ce que les péquistes disent, pas Québec Solidaire.

      En fait, Québec Solidaire dit exactement ce que Jacques Parizeau disait et que le PQ ne dit plus, soit, que la question nationale ne peut ni ne doit être dissociée de la sociale. Un constat que le Parti québécois refuse toujours de faire en ayant élu comme chef, le représentant par excellence des forces patronales anti-syndicales.

      Christian Montmarquette

      Référence :

      « Le social-démocrate» - Michel David

      « On se retrouve avec un parti politique qui, pendant 16 ans, a fonctionné sur deux pattes — la souveraineté du Québec et la social-démocratie — et qui abandonne ses deux pattes. Avec Pierre Marc Johnson, le PQ est devenu cul-de-jatte, ça court moins vite. » Constatant que l’éphémère NPD-Québec, ouvertement social-démocrate, avait presque rejoint le PQ dans les sondages, il avait ajouté : « Et au royaume des culs-de-jatte, l’unijambiste est roi. » - Jacques Parizeau


      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/441853/le

    • Jacques Boulanger - Inscrit 9 juin 2015 17 h 28

      Encore du copier-coller.

    • Sylvain Rivest - Inscrit 9 juin 2015 19 h 05

      M. Montmarquette d'après ce que vous savez de QS, s'ils gagnent leurs élections et deviennent majoritaire (on jase) vont-il faire un référendum dans le premier mandat ou dans un second ou... aucun intérêt?

    • Patrick Boulanger - Abonné 9 juin 2015 22 h 04

      @ M. Rivest

      M. Rivest, voici un extrait du programme de QS : " Afin de permettre au peuple québécois d'exercer cette souveraineté populaire,
      notamment sur le contenu du débat et la conclusion de la question nationale, Québec solidaire s'engage à enclencher, dès son arrivée au pouvoir, une démarche d'Assemblée constituante. "

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 juin 2015 01 h 54

      «Vont-il faire un référendum dans le premier mandat ou dans un second ou... aucun intérêt?»

      M. Rivest,

      Québec Solidaire est le seul parti de l'Assemblée nationale à garantir un processus référendaire et l'installation d'une Assemblée constituante soutenue par 50 millions d'argent public et 18 mois de travail dans les six mois d'une prise du pouvoir et depuis longtemps, puisque l'indépendance est dans la «Déclaration de principes» de la fondation de Québec Solidaire.

      Après 9 ans d’existence et la toute les informations disponible sur le web.. - Comment des gens le moindrement politisés peuvent-ils ne pas encore savoir ça? ..à cause des campagnes incessantes de désinformation péquiste sans doute..Et avouons qu'il est assez pénible d'essayer de débattre et d'avancer avec des adversaires qui faussent constamment les informations et qui nivellent sans cesse la discussion par le bas.

      Le jour ou les péquistes auront autre chose à dire que.. Ëtes-vous souverainistes ou pas? On pourra alors commencer à parler de choses sérieuses et à discuter de la nature du projet de pays; quel genre de société les indépendantistes veulent-il créer; quelle constitution pour le Québec? Quels sont les arguments qui feraient changer d'idées les indécis? Et quelle serait la meilleure stratégie à adopter pour y arriver?

      Parce depuis près de 10 ans que j'essais de discuter avec eux.. Tout ce que les péquistes parviennent à faire, c'est de la petite politique partisane chauvine de chicanes de clochers.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 juin 2015 02 h 09


      « Encore du copier-coller» - Jacques Boulanger

      1) Ce n'est pas du copier-coller. Et je vous mets au défi de trouver un de mes commentaires identique à un autre, même s'il est normal que certaines statistiques reviennent dans le même genre de discussion. Je ne vais quand même pas me mettre à changer les résultats des élections pour vous faire plaisir.

      2) Quand on repose sans cesse les mêmes questions, n'est-il pas logique de donner les mêmes réponses? Je me répéterais moins, si certains péquistes comprenaient plus vite.

      3) Que diriez-vous d'un interlocuteur qui changerait sans cesse ses réponses aux mêmes questions qu'on lui pose ?

      Je vais vous faire une suggestion..

      Changez de questions.. Ça changera les réponses.

      Christian Montmarquette

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 juin 2015 08 h 13


      «Duceppe a dit une immense connerie sous le coup de colère..»-Nicolas Bouchard

      Monsieur Bouchard,

      Si ces paroles n'étaient que «sur le coup de la colère» comme vous le dites.. - Pourquoi Gilles Duceppe ne s'est-il jamais excusé et n'a-t-il jamais retiré ses paroles? Avec toutes les tribunes dont il dispose, ce ne sont ni les lieux, ni les occasions qui lui ont manqué.

      Christian Montmarquette

      .

    • Maxime Fougère - Abonné 10 juin 2015 08 h 14

      Vous avez tout à fait raison. Le retour de monsieur Duceppe va tout simplement diviser le vote au Québec et aider les conservateurs à obtenir une deuxième majorité. Je ne vois pas en quoi cela va servir les intérêts du Québec.

    • Sylvain Rivest - Inscrit 10 juin 2015 09 h 00

      @Christian Montmarquette

      Donc, si le PQ prend le pouvoir on peut compter sur les membres de QS pour promouvoir le projet péquiste d'indépendance du Québec. Vous nous mettrez pas les bâtons dans les roues avec des conditions et si ...?

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 juin 2015 10 h 03


      «Donc, si le PQ prend le pouvoir on peut compter sur les membres de QS pour promouvoir le projet péquiste d'indépendance du Québec» - Sylvain Rivest

      M. Rivest,

      Un référendum n'est pas un projet de société.

      - Et quel est donc ce « projet péquiste d'indépendance du Québec» autre que de discutailler encore du référendum et du jour ou le «Grand Manitou» va enfin se lever de bonne humeur pour nous donner son échéancier? - Cm

    • Patrick Boulanger - Abonné 10 juin 2015 10 h 33

      @ M. Rivest

      M. Rivest, je ne sais pas ce que vous entendez par " projet péquiste d'indépendance ", mais personnellement, je ne crois pas que QS va appuyer aveuglément n'importe quels " projets d'indépendance " proposés par le PQ.

    • Sylvain Rivest - Inscrit 10 juin 2015 11 h 56

      @Christian Montmarquette

      C'est ce que je me doutais...
      Nul besoins d'en rajouter. L'indépendance n'est pas votre tasse de thé.
      QS a ajouté ça pour bien passer auprès de ceux qui se cherchent.
      Et c'est pour ça que nous critiquons la division que provoque QS au sein des forces souverainistes. Les deux soeurs David sont vraiment interchangeablent.

      Je trouve ça très malheureux et perfide.

    • Nicolas Bouchard - Abonné 10 juin 2015 13 h 30

      Nombre d'attaques de la part de M. Montmarquette contre des partis fédéralistes - aucune

      Nombre d'attaques de la part de M. Montmarquette contre le PQ et le Bloc - on ne les compte plus

      Et ensuite, il viendra nous dire qu'il est souverainiste mais en même temps, il nous dit que l'indépendance n'est pas un projet de société.

      Le chat est sorti du sac. C'est la confirmation de M. Montmarquette qu'il n'est pas souverainiste et qu'il serait très heureux dans un Canada de Mulcair plutôt qu'un Québec de Péladeau. Tant qu'il pourra pourfendre quelques "viles droitistes", le reste lui importe peu.

      Vous pourrez crier que ce n'est pas à moi de décider qui est indépendantiste ou non. En effet, ce sont vos écrits qui l'ont fait.

      Nicolas B.

    • Patrick Boulanger - Abonné 10 juin 2015 22 h 27

      @ M. Rivest

      " QS a ajouté ça pour bien passer auprès de ceux qui se cherchent. "

      M. Rivest, sur quoi vous vous appuyez pour affirmer cela?

    • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 11 juin 2015 10 h 44

      @ Montmarquette

      Vous avez tout faux M. Montmarquette.

      Vous savez comme moi qu'Alexandre Boulerice, doit sa victoire dans Rosemont-Petite-Patrie à Amir Khadir de Québec Solidaire.

      Sans l’appui spécifique de Kadir, Boulerice ne serait jamais devenu le bras droit de Mulcair pour le Québec (dixit Khadir sur les ondes de Radio Centre-Ville le 14 août 2013: «l’indépendance si nécessaire mais pas nécessairement l’indépendance»!)