Duceppe de retour à la tête du Bloc québécois

À quatre mois des élections fédérales, le Bloc québécois changera de tête d’affiche. L’ex-leader Gilles Duceppe reprendra les rênes, à la demande de Mario Beaulieu selon ce qu’a appris Le Devoir.

Le Bloc québécois a confirmé la nouvelle mardi, mais ne fera aucun commentaire avant une conférence de presse prévue demain matin — cela dans le but de «respecter le deuil national et la mémoire de Jacques Parizeau». Mercredi, «Mario Beaulieu fera connaître le rôle que Gilles Duceppe sera appelé à jouer dans le cadre de la prochaine campagne électorale», précise-t-on.

Une source digne de confiance avait déjà confié lundi soir que le nouveau chef bloquiste «cèdera sa place» à M. Duceppe. Ce dernier reviendra comme chef de la formation souverainiste. Il participera aussi aux débats des chefs. M. Beaulieu demeurera président du parti.

Une autre personne a confirmé que les deux hommes se sont rencontrés lundi, «à la demande de M. Beaulieu». Le retour de Gilles Duceppe à l’avant-plan a été discuté, a confirmé cet individu. C’était une des options, parmi deux discutées.

Lorsque Le Devoir l’a appelé, lundi soir, M. Duceppe a indiqué, par personne interposée, qu’il «ne donne [rait] pas d’entrevues aujourd’hui».

L’appel du Devoir chez M. Beaulieu était aussi resté sans réponse.

M. Beaulieu a annoncé, lundi après-midi, que Gilles Duceppe avait accepté de contribuer à la prochaine campagne électorale. «À ma grande joie, Gilles a accepté ma proposition. Nous discutons ensemble du rôle qu’il jouera», a indiqué M. Beaulieu, sans offrir plus de détails sur sa page Facebook. «Notre objectif consiste à rassembler le maximum de femmes et d’hommes derrière le Bloc québécois, pour l’indépendance et pour le Québec.»

L’ex-première ministre du Québec Pauline Marois et son successeur à la tête du Parti québécois Pierre Karl Péladeau ont offert leur soutien à M. Beaulieu et au Bloc, récemment. «Les leaders sont tous unis derrière le Bloc», a commenté un bloquiste lundi. La simple annonce d’un coup de main, quel qu’il soit, à la campagne bloquiste lundi après-midi avait réjoui cette personne. «C’est un de plus pour nous autres!», s’était-elle exclamée.

L’union entre les deux hommes est un revirement de situation. Il y a près d’un an jour pour jour, M. Beaulieu a été élu chef du Bloc à Montréal. Dans son discours de victoire, il avait prévenu que la formation souverainiste changerait de cap, pour tourner la page au «temps de l’attente et du défaitisme».

Une déclaration que M. Duceppe avait fort mal prise, l’ex-chef l’ayant dénoncé aussitôt fut-elle prononcée par son successeur. Plusieurs anciens députés bloquistes avaient eux aussi mal digéré le commentaire de M. Beaulieu, lequel s’est corrigé depuis.

M. Duceppe a dirigé le Bloc québécois pendant 15 ans. Il a cependant perdu son siège de Laurier-Sainte-Marie – qu’il représentait depuis 1990 – lors de l’élection de 2011. Il avait démissionné comme leader du parti souverainiste le soir même, emporté comme plusieurs de ses députés par la vague orange de Jack Layton et du Nouveau Parti démocratique.

 

À voir en vidéo