Fonction publique fédérale - Le népotisme serait fréquent

Ottawa - Les gestionnaires de la fonction publique fédérale continuent d'embaucher des membres de leur famille et des connaissances, ce qui contrevient aux règles et empêche d'autres Canadiens d'avoir accès aux emplois gouvernementaux, écrivait hier le Ottawa Citizen.

Un rapport de la Commission de la fonction publique (CFP) portant sur les pratiques en matière d'embauche révèle que d'importants documents manquaient dans 51 % des sélections, ce qui ne permet pas de savoir si des tests de compétences ont été utilisés pour garantir l'équité du processus. «Dans plusieurs cas, les dossiers ne contenaient rien de significatif et les tentatives pour en savoir plus ont échoué», indique le rapport, obtenu en vertu de la Loi d'accès à l'information.

La CFP a aussi découvert de nombreux cas où les gestionnaires ont tout simplement contourné le processus de sélection pour embaucher un employé en particulier. Dans 110 des 115 cas où un candidat était référé personnellement, il est au contraire indiqué que l'embauche a été effectuée au terme d'un processus de sélection — une pratique «trompeuse», selon la CFP. Le fait que des gestionnaires préparent des listes de candidats éventuels alors qu'aucun affichage n'a eu lieu a été qualifié de «particulièrement troublant».

Le résultat de plusieurs sélections était très souvent prévu d'avance pour qu'une personne en particulier soit embauchée. «L'évaluation des compétences et l'impartialité sont évidemment compromises dans ces situations», indique le document.

Impact sur le moral

Le fait que le népotisme soit répandu a aussi un impact sur le moral des employés de la fonction publique fédérale. Sous le couvert de l'anonymat, plusieurs sont d'ailleurs cités dans le rapport de la CFP. Leurs commentaires sont très peu élogieux envers les pratiques d'embauche dans leur milieu.

Certains notent même que les affichages de poste ne sont pas pris au sérieux, car les descriptions des candidats recherchés sont tellement pointues qu'il est facile de savoir qui sera choisi. «Il suffit d'un coup d'oeil sur la description pour savoir qui sera l'heureux élu, a expliqué un employé. Certains gestionnaires font même des blagues en disant qu'ils peuvent contourner le processus d'embauche [...] ce qui est démoralisant pour les membres du personnel.»

Publié en septembre 2002, le rapport de la CFP porte sur près de 1000 embauches effectuées au Canada dans huit administrations fédérales différentes: Pêches et Océans, le Développement des ressources humaines Canada, la Commission mixte internationale, la Bibliothèque nationale, les Archives nationales, les bureaux du Commissaire à l'information et du Commissaire à la protection de la vie privée, ainsi qu'au ministère des Anciens Combattants.