Révolution orange au pays de l’or noir

Jim Prentice, qui s’attendait à un couronnement, pourrait désormais mener le deuxième parti d’opposition à la législature. 
Photo: La Presse canadienne Jim Prentice, qui s’attendait à un couronnement, pourrait désormais mener le deuxième parti d’opposition à la législature. 

Ce ne devait être, pour Jim Prentice, qu’une simple formalité : depuis près de 45 ans, tous les chefs du Parti progressiste-conservateur (PPC) de l’Alberta — tous, sans exception — sont devenus, à tour de rôle, premiers ministres de la province. À quelques jours du scrutin du 5 mai, c’est pourtant le Nouveau Parti démocratique (NPD) qui s’apprêterait à ravir la faveur des électeurs, à en croire les sondages. Une véritable révolution orange au pays de l’or noir… et du vote bleu.

Bruce Cameron n’en croit toujours pas ses oreilles. Sondeur depuis un quart de siècle, le Calgarien ne s’explique pas quelle mouche a bien pu piquer l’électorat albertain au cours des dernières semaines. « Ce sont les élections les plus étranges que j’aie jamais vues. Et déjà, celles de 2012 étaient pas mal étranges », lance le président de Return on Insight, une firme de sondage.

Les Albertains pourraient en effet changer d’allégeance mardi, et ce, pour la troisième fois seulement depuis l’entrée de la province de l’énergie dans la Confédération, il y a 110 ans.

Le NPD de Rachel Notley, qui stagnait dans les intentions de vote depuis des mois, se retrouve aujourd’hui à la tête d’une nouvelle « vague orange ». Une majorité néodémocrate, aussi incroyable cela puisse-t-il sembler, est même désormais envisageable, selon une série de sondages rendus publics vendredi matin.

D’après les estimations du site ThreeHundredEight, l’avocate Notley, fille de l’ex-chef du NPD Grant Notley, aurait remporté de 43 à 58 des 87 sièges de l’Assemblée législative si le scrutin avait été tenu au cours des derniers jours. Ce sont 41,8 % des Albertains qui appuient la formation de centre-gauche, contre 26 % pour la Wildrose Alliance, une formation à la droite de l’échiquier politique, et 24,7 % pour le PPC.

Jim Prentice, qui s’attendait à un couronnement, pourrait désormais mener le deuxième parti d’opposition à la législature.

Coup de dés désastreux

Élu en septembre à la tête du Parti progressiste-conservateur de l’Alberta lors d’une course à la direction boudée par la population, l’ex-ministre fédéral Jim Prentice aurait pu respecter la loi provinciale sur les élections à date fixe et attendre à l’an prochain pour déclencher celles-ci.

Alors que la province peine à se relever de la baisse du prix du pétrole et que ses opposants, sur le flanc droit du moins, se montraient affaiblis par des luttes intestines et la défection de neuf des leurs au PPC, il a plutôt préféré provoquer la tenue d’un scrutin en mai. Un coup de dés qui pourrait s’avérer catastrophique pour la dynastie conservatrice, comme l’avait été, pour Robert Bourassa, la décision de déclencher des élections en 1976, cette fois pour obtenir un mandat fort face aux projets constitutionnels de Pierre Elliott Trudeau, qui avait mené à l’élection du premier gouvernement péquiste de l’histoire.

Difficile statu quo

Jim Prentice répétait lui aussi depuis des lunes, et encore davantage depuis le dépôt du budget provincial, qu’il avait « besoin d’un mandat fort » pour redresser l’économie albertaine et revoir les finances de l’État. Déterminé à faire oublier le passage désastreux et le train de vie princier de sa prédécesseure, Allison Redford, à la tête de la province, il avait promis des changements considérables. Devant la dégringolade du prix du pétrole, dont l’économie de la province est largement tributaire, « le statu quo n’est plus possible », répétait-il. « L’heure des décisions difficiles est arrivée. »« Tout est sur la table. »

Le budget a été taillé en pièces par les analystes et par l’opposition. « Jim Prentice a présenté ce budget comme un budget sévère. Mais à vrai dire, ça n’avait rien à voir », note Barry Cooper, chercheur universitaire rattaché à l’Institut canadien de la défense et des affaires étrangères, un think tank, citant une hausse minimale de l’impôt des particuliers pour certaines tranches de contribuables et aucune pour les entreprises, des compressions dans les dépenses de l’État de 7 % et une augmentation du déficit de 72 %.

Alors que Jim Prentice pensait être parvenu à consolider l’électorat de droite, c’est plutôt de la gauche que sont venues les attaques. Un déferlement qu’il n’est pas parvenu à endiguer jusqu’à maintenant.

Un NPD pro-pétrole, pro-pipeline

Une vague orange en Alberta ? « Il faut savoir qu’on ne parle pas du parti de Thomas Mulcair, note M. Cooper, professeur à l’Université de Calgary ayant aussi enseigné à McGill et à Bishop. Aucune personne ayant les positions de M. Mulcair n’aurait de chance d’être élu à la tête de l’Alberta. » Selon lui, c’est en tenant un discours sensé et pragmatique, face au ton alarmiste de ses opposants, que Mme Notley a su rallier une bonne partie des électeurs.

Thomas Mulcair devrait peut-être prendre des notes s’il souhaite l’emporter en octobre prochain. La formation de Mme Notley se dit résolument pro-pétrole, en plus d’appuyer deux des trois projets de pipeline actuellement sur les tables à dessin à l’échelle canadienne. « Nous sommes une économie de l’énergie. C’est ce que nous sommes. C’est notre force », répétait-elle la semaine dernière en rencontre éditoriale au Herald de Calgary, le coeur économique de la province, qui demeure un château fort conservateur. L’exode des pétrodollars et des emplois spécialisés doit cesser, selon elle.

« Le coeur du programme, c’est qu’il faut diversifier l’économie. Cela permet au NPD de ne pas prendre de front l’industrie des sables bitumineux. Elle dit qu’il ne faut surtout pas que les emplois soient exportés au Texas, note Frédéric Boily, professeur de sciences politiques au campus Saint-Jean, le campus de langue française de l’Université de l’Alberta. C’est un discours qui fonctionne très bien en Alberta. Cela dit, c’est un programme qui demeure quand même assez à gauche, par exemple avec la hausse du salaire minimum à 15 $. »

Le Wildrose renaît de ses cendres

En deuxième position dans les sondages, du moins pour l’instant, se trouve la Wildrose Alliance, avec à sa tête l’ex-conservateur fédéral Brian Jean. Rien d’étonnant si le nom ne vous dit rien : ce député d’arrière-banc, qui a repris les rênes de la formation de Danielle Smith à la suite de sa défection pour rejoindre la formation de M. Prentice, a été député fédéral conservateur de 2004 à 2014, mais compte comme seul fait d’armes d’avoir été secrétaire parlementaire aux transports de 2006 à 2008. Comme il a été élu à la va-vite à la tête de la Wildrose Alliance à la veille du déclenchement des élections provinciales, son éventuelle victoire semblait si impossible qu’il promettait lui-même de former une opposition officielle efficace en début de campagne. Or, une minorité de sondages le placent désormais premier, ou du moins au coude-à-coude avec les néodémocrates.

Edmonton, Calgary et le reste

L’Alberta a toujours été divisée en trois parties, rappelle Barry Cooper : Edmonton, Calgary… et le Rest of Alberta.

Près de la moitié des sièges de la province se trouvent à l’extérieur des deux grandes villes. Historiquement, il a toujours été nécessaire pour tout parti convoitant le pouvoir de l’emporter dans l’une de ces villes et dans l’« ailleurs ».

Le problème, pour Rachel Notley, est que son appui est fortement concentré autour d’Edmonton, la capitale de la province. Si concentré qu’on a presque l’impression que c’est l’automne tellement les pelouses sont tapissées d’orange ces jours-ci, expose-t-il. Ce qui constitue une arme à double tranchant : d’une part, cela permet au NPD de se concentrer sur les autres secteurs de la province afin de consolider son soutien. Mais cela pourrait également faire en sorte que la majorité lui échappe, les appuis des autres formations étant mieux répartis à l’échelle de la province.

C’est là que se situe l’arme secrète de Jim Prentice. « L’élection va être gagnée ou perdue à Calgary. Les progressistes-conservateurs ne gagneront aucun siège à Edmonton et, parce que la Wildrose est parvenue à rallier autant de sièges dans les secteurs ruraux de même que dans de petites villes telles Red Deer, Medecine Hat et Lethbridge, Jim Prentice ne peut plus vraiment se tourner ailleurs qu’à Calgary », selon lui.

Bruce Cameron, lui, est convaincu que le PPC est toujours en mesure de l’emporter mardi. La formation dispose de moyens financiers substantiels et d’une machine politique sans pareil pour inciter les gens à aller voter, rappelle-t-il. « Je n’exclurais même pas une majorité PPC. Les progressistes-conservateurs pourraient encore vivre une résurrection, en quelque sorte. Il ne faut pas oublier que c’est une formation politique avec énormément, énormément de fonds, une machine politique solide, et que son électorat traditionnel vote massivement », avance-t-il, rappelant que la Wildrose était donnée gagnante en 2012, avant de voir son soutien s’effondrer dans les derniers instants, au profit d’Alison Redford.


« En Alberta, il faut savoir que tout est possible », conclut-il.

L'Alberta

Population (2014) : 4,1 millions d’habitants (le Québec : 8,2 millions)

81 000 francophones

PIB/habitant (2014) : 80 500 $ (le Québec : 44 430 $)

Taux de chômage (2014) : 4,7 % (au Québec : 7,7 %)

Dette/surplus net (au 31 mars 2014) : surplus de 9,7 milliards (au Québec : dette de 182 milliards)

Source : Statistique Canada, Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Québec


À voir en vidéo

4 commentaires
  • Pierre Valois - Abonné 2 mai 2015 00 h 56

    Le Québec, dans tout cela!

    Les citoyens de cette province du Québec (pour le temps qu'il nous reste à nous conduire encore en provincialiste), s'ils devaient voter en Alberta, devraient marcher derrière le NPD.

    Attention: le soutien offert à un parti provincial d'une autre province ne signifierait pas qu'il y a une adhésion quelconque à un régime fédéral. Mais il signifierait que dans une prochaine ronde de négociations constitutionnelle, il vaudrait mieux faire affaire avec des sociaux-démocrates de l'Alberta qu'avec des conservateurs fermés, et intransigeants envers le Québec; ce qui est aussi vrai de toutes les prochaines campagnes électorales des autres provinces auxquelles le Bloc pourrait décider de participer.

    Ce parti, le Bloc, est le seul qui ne soit pas inféodé à un quelconque parti provincial. Comme parti fédéral, il doit se mêler, comme tous autres partis canadiens, des élections provinciales de quelque province que ce soit, et faire valoir son point de vue.

    Le Bloc, qui veut faire affaire au fédéral, devrait se manifester. Se manifester en faveur de l'élection d'un gouvernement du NPD. Un allié objectif. Loin des politiques du parti conservateur de Jim Prentice, allié des corporations pétrolières.

    Un NPD plus près des idéaux sociaux-démocrates des forces vives du Québec.

    Il devrait aussi se manifester à chaque élection provinciale, survenant ailleurs au Canada.

    Pourquoi?

    Pour choisir ses alliés, pour écarter des adversaires, plus intrangisants à l'idée d'un Québec indépendant.

    Voilà ce que le Bloc doit faire, au cours de cette campagne électorale qui s'achève.

    Faire savoir à tout le reste du Canada qu'il préfère voir, à plus ou moins long terme, négocier son indépendance avec des sociaux-démocrates plutôt qu'avec des conservateurs.

  • Raymond Chalifoux - Inscrit 2 mai 2015 06 h 35

    C'est clair... y pourra pas laisser faire ça...

    ... Harper va prétendre que le NPD est en Alberta en en fait une façade de L'État Islamique, pis y va envoyer l'armée le 4 mai!

  • Jacques Boulanger - Inscrit 2 mai 2015 10 h 03

    J'y croirai le soir du scrutin.

  • Guy Lafond - Inscrit 2 mai 2015 10 h 09

    Énergies propres


    L'Alberta devrait s'inspirer du Québec et de l'Ontario, qui ont conclu une entente sur l'énergie hydroélectrique.

    La Colombie britannique n'a-t-elle pas de l'énergie hydroélectrique à revendre elle aussi?

    Que l'Alberta se réveille!

    Que le mérite pour diriger cette province se mesure de plus en plus à la faible empreinte climatique!

    Nous sommes une planète et devons tous faire notre effort individuel pour freiner les changements climatiques et assurer un avenir sécuritaire à tous les pays.

    Les sables bitumineux seront là dans deux siècles s'il arrive que nous en ayons besoin.