Le Canada frappera l’EI en Syrie

Si le Canada veut stopper le groupe armé État islamique, il doit le pourchasser jusque dans ses retranchements en Syrie. L’argument de Stephen Harper était concis : l’armée canadienne bombardera à l’avenir aussi en territoire syrien pour anéantir cette menace terroriste. Mais l’opposition n’a pas été convaincue, néodémocrates et libéraux rétorquant que le Canada s’en trouvera à consolider l’emprise de Bachar al-Assad en Syrie. Qui plus est, Ottawa n’a aucune assise légale pour intervenir dans ce pays, renchérit un expert.

Le déploiement de l’aviation canadienne sera prolongé d’un an, mais ne changera pas. Six avions de chasse et quelque 600 militaires continueront d’aider la coalition internationale à bombarder l’EI. Mais puisque le soi-disant califat de l’État islamique chevauche la frontière et englobe le nord de la Syrie et de l’Irak, l’armée canadienne doit pouvoir frapper des deux côtés.

« Les combattants de l’EI et une bonne part de leur équipement lourd traversent librement la frontière irakienne vers la Syrie, notamment pour mieux se protéger de nos frappes aériennes. À notre avis, l’EI doit cesser d’avoir un refuge en Syrie », a argué M. Harper dans son discours aux Communes mardi.

Les conservateurs avaient ouvert la porte à une intervention en sol syrien, en annonçant le premier déploiement de l’aviation canadienne en octobre. M. Harper avait indiqué que le Canada irait « là où, et seulement où, le Canada a l’appui clair du gouvernement de ce pays ». Une condition désormais écartée.

« Nous ne solliciterons pas l’accord explicite du gouvernement syrien, a précisé M. Harper mardi. Nous allons plutôt travailler de près avec nos alliés américains et les autres [pays du Golfe] qui mènent déjà de telles opérations contre l’EI au-dessus de la Syrie depuis les derniers mois. »

L’opposition n’a pas tardé à mettre en doute les assises légales d’une telle intervention sans l’invitation du gouvernement local. « Comme l’ont indiqué nos alliés, ils prennent les moyens militaires nécessaires et appropriés en Syrie au motif que le gouvernement de la Syrie n’a ni la volonté ni la capacité d’empêcher l’EI de mener des opérations et des attaques, y compris des attaques qui au final compteraient ce pays-ci parmi ses cibles », a fait valoir M. Harper.

Certains observateurs internationaux ont estimé que les Américains pourraient justifier leur intervention en plaidant l’article onusien sur le droit à l’autodéfense. « Techniquement, c’est vrai », consent le politologue Charles-Philippe David. « Mais le pays, à ce que je sache, n’a pas été attaqué directement par l’État islamique », nuance le titulaire de la Chaire Raoul Dandurand de l’UQAM. Il y a eu deux attaques en sol canadien, mais « il y a culpabilité par association, par réseaux sociaux »,précise M. David en entrevue.

En coulisse, les conservateurs ont noté que les États-Unis et leurs quatre alliés du Golfe bombardent l’EI en Syrie depuis six mois sans conséquences légales ou sécuritaires. Le Canada estime pouvoir se joindre à leurs efforts en vertu d’une même entente tacite avec les Syriens.

Selon M. David, il n’y a pas de doute que la mission internationale « viole la souveraineté » de la Syrie. « Il y a une légitimité tacite dans le faitque Bachar al-Assad ne dénonce pas ces bombardements-là », note-t-il toutefois.

Coup de pouce à un dictateur

Le leader néodémocrate Thomas Mulcair a accusé les conservateurs, en repoussant l’EI, d’aider « un dictateur de la pire espèce, un criminel de guerre ».

Un reproche repris par le chef libéral Justin Trudeau, qui s’oppose comme le NPD à ce deuxième chapitre de la mission « qui pourrait très bien consolider le pouvoir d’Assad en Syrie ».

Contrairement à la situation irakienne, où les forces kurdes et irakiennes sont prêtes à reprendre le terrain piqué à l’EI, il n’y a pas de solution de remplacement au régime Al-Assad en Syrie, corrobore M. David. « Les bombardements, c’est du pète-bretelles. […] Parce que les autres groupes [en Syrie] sont trop fragmentés et trop affaiblis justement par Bachar al-Assad. »

Il ne fait pas de doute, cependant, que la coalition doit frapper en Syrie si elle veut anéantir l’EI, selon David Perry de l’Institut canadien de la défense et des affaires étrangères. « C’est là que l’EI a le coeur de sa force. » Cela dit, la tâche ne revient pas exclusivement au Canada, une mission en Syrie ne nécessitant pas des capacités que seule l’aviation canadienne possède, note M. Perry.

L’opposition unanime

Néodémocrates, libéraux, bloquistes et verts voteront contre la proposition des conservateurs, qui sont majoritaires et pourront néanmoins adopter leur motion. Le débat parlementaire reprendra jeudi.

M. Mulcair a annoncé qu’il mettrait immédiatement un terme à la mission s’il forme le gouvernement à l’automne. Car il s’agit d’une « guerre malavisée » menée sans l’aval de l’ONU ou de l’OTAN, a-t-il accusé. Les conservateurs n’ont pas de plan, pas de stratégie, « outre celle qui est évidemment politique et qui met nos troupes en danger », a-t-il dénoncé.

M. Trudeau a en outre reproché à M. Harper d’avoir promis une mission loin des lignes de front alors que les Canadiens ont depuis essuyé des tirs ennemis et que l’un d’eux est mort sous les tirs fratricides.

L’autre pan de la mission reste inchangé : 69 membres des forces spéciales continueront de conseiller les forces kurdes et irakiennes en Irak. L’opposition réclame plus d’aide humanitaire — la motion conservatrice évoque la chose mais n’offre aucun détail. M. Trudeau demande par ailleurs que le Canada accueille davantage de réfugiés.

À voir en vidéo