Ottawa exige des wagons encore plus robustes

Témoin des déraillements récents de trains transportant du pétrole — et dont les wagons-citernes ont eux aussi cédé lors de l’impact —, le gouvernement fédéral rehausse une fois de plus les normes de construction de ce type de wagons. Les nouveaux modèles auront remplacé la flotte actuelle dans 10 ans. Ce qui est encore trop loin, répond l’opposition.

Les futurs wagons TC-117 compteront désormais un bouclier non seulement à l’avant mais aussi à l’arrière, ils auront une coque thermale pour les protéger en cas de température élevée et seront construits d’acier plus épais. Les nouveaux modèles remplaceront les vieux DOT-111 (comme ceux qui ont explosé au coeur de Lac-Mégantic et tué 47 personnes) à compter de 2017. Mais l’entièreté de la flotte de wagons présentement en circulation sera remplacée en 2025.

La ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt, avait annoncé l’hiver dernier la mise au rencart des vieux DOT-111 et annoncé un premier ensemble de nouveaux standards de construction des wagons transportant des liquides inflammables comme le pétrole et l’éthanol. Or, des wagons-citernes rénovés en vertu de ces nouvelles normes ont néanmoins cédé lors de récents déraillements, explosant à leur tour et causant des incendies.

Délai trop long

De l’avis du néodémocrate Hoang Mai, le Canada ne peut pas attendre encore dix ans. D’autant plus que le Bureau de sécurité des transports s’inquiète des DOT-111 depuis le début des années 1990.

« On a attendu 20 ans pour avoir un nouveau standard qui ne fonctionne pas. Il ne faut pas attendre 20 autres années, a déploré le député montréalais. Lac-Mégantic a été une tragédie. Il faut apprendre de cette tragédie, il faut s’assurer qu’on ne répète pas les mêmes erreurs. »

Sommée d’améliorer la sécurité ferroviaire depuis l’accident de Lac-Mégantic, la ministre Raitt répondait chaque fois que le Canada ne pouvait pas agir sans s’entendre avec les États-Unis puisque les marchandises traversent la frontière.

Le bureau de la ministre n’a pas voulu préciser si Washington a endossé les nouvelles normes canadiennes ni si les Américains ordonneront eux aussi une nouvelle flotte de TC-117 d’ici 2025. Le secrétaire parlementaire de Mme Raitt, Jeff Watson, a argué que les deux pays ont tenu des consultations. « Je ne peux que présumer que ce wagon a les caractéristiques qui ont été discutées », a dit M. Watson.

Assez d’inspecteurs ?

Les changements ont été annoncés en catimini, sur le site Internet du ministère, alors que le comité parlementaire des transports déposait jeudi un rapport sur l’état du transport de matières dangereuses au pays. Les députés ont notamment recommandé qu’il y ait « un nombre suffisant d’inspecteurs du transport de matières dangereuses et de la sécurité ferroviaire ».

Ni les conservateurs ni le NPD n’ont su préciser combien d’inspecteurs seraient « suffisants ».

Le NPD a en outre réclamé que le gouvernement investisse les ressources nécessaires pour permettre l’embauche d’inspecteurs. Depuis 2013, le ministère — qui en compte aujourd’hui 117 — n’en a recruté qu’un seul. Le budget de la direction de la sécurité ferroviaire a été réduit de 20 % en cinq ans.

Le député Mai a en outre réclamé une fois de plus une enquête publique sur la tragédie de Lac-Mégantic.