Blaney invoque l'Holocauste pour justifier certains articles de C-51

Le ministre fédéral de la Sécurité publique invoque l'Holocauste pour justifier certains articles du projet de loi antiterroriste du gouvernement conservateur.

«L'Holocauste n'a pas commencé dans les chambres à gaz; ça a commencé par des mots», a lancé le ministre Steven Blaney lors de son témoignage devant un comité parlementaire qui étudie C-51.

Le ministre tentait de justifier un des articles du projet de loi qui rend illégal le fait d'applaudir à un acte terroriste.

Son collègue de la Justice, Peter MacKay, assurait de son côté que cette interdiction était suffisamment circonscrite dans le texte du projet de loi.

«Le test appliqué ici est la promotion ou le plaidoyer en faveur, alors l'encouragement, les efforts faits pour attirer une personne vers l'exécution d'actes terroristes», a tenté de clarifier le ministre MacKay.

«Les termes "promotion" ou "plaidoyer en faveur", certains disent qu'ils sont trop vagues, en fait, il faut se fier à la jurisprudence», a ajouté le ministre.

La référence à l'Holocauste a fait bondir le député néo-démocrate Randal Garrison. Le député a réclamé que le ministre Blaney retire ses paroles. Le ministre, au contraire, s'est enflammé et les a répétées.

«La violence ça commence avec des mots; la haine ça commence avec des mots», a repris le minsitre Blaney, citant le génocide au Rwanda.

«Il est important qu'on se dise les vraies affaires. Si c'est un chat, c'est un chat. Les discours extrémistes, les langages qui vont à l'encontre des valeurs canadiennes, le langage haineux n'ont pas leur place au Canada», a-t-il poursuivi.

«Je maintiens mes propos et je vous redis que l'Holocauste n'a pas commencé dans les chambres à gaz, il a commencé avec des mots.»

Avant cet échange émotif, le ministre Blaney a cherché à prouver que C-51 était essentiel à la sécurité des Canadiens et ne menaçait en rien leurs libertés.

MM. Blaney et MacKay sont les premiers témoins à être entendus par le Comité parlementaire qui a entamé neuf jours d'audiences sur le projet de loi antiterroriste.

Autour de la table du comité, les députés néo-démocrates sont les plus difficiles à convaincre. Les élus libéraux ont déjà annoncé leur appui pour le projet de loi antiterroriste même s'ils aimeraient l'amender quelque peu.

Selon le ministre Blaney, le projet de loi a l'appui des citoyens ordinaires qui savent que leur liberté dépend de leur sécurité. Il a redit que le groupe État islamique (EI) avait déclaré la guerre au Canada et à la plupart des pays de la planète. Et il a assuré qu'il est essentiel de se donner plus d'outils pour se défendre contre cette menace.

C-51 donnerait le pouvoir au Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS) le droit de perturber des complots terroristes. Il rendrait illégal d'applaudir à un acte terroriste. Le projet de loi permettrait le partage d'informations entre les différents organismes du gouvernement fédéral.

Après son adoption, il serait également plus facile de limiter les déplacements de personnes soupçonnées de terrorisme.