Mélanie Joly doit respecter les règles, soulignent des candidats à l’investiture

Mélanie Joly affirme que sa réflexion n’est toujours pas terminée.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Mélanie Joly affirme que sa réflexion n’est toujours pas terminée.

Des candidats à l’investiture libérale de la circonscription où l’on voit Mélanie Joly atterrir y vont d’une mise en garde à l’endroit de l’ancienne prétendante à la mairie de Montréal.

Sans faire référence directement à Mme Joly dans leur déclaration, cinq aspirants à l’investiture dans Ahuntsic-Cartierville préviennent que tout nouveau candidat devra se plier aux règles. Le communiqué a cependant été publié en réaction à des rumeurs voulant que le Parti libéral du Canada (PLC) soit déterminé à l’imposer comme candidate, ce qui contreviendrait aux règles entourant les investitures ouvertes, a confirmé l’un des signataires à La Presse canadienne.

Les candidats disent tenir « au respect du processus démocratique » et insistent sur le fait que « les milliers de citoyens membres » du PLC dans la circonscription « ont le droit de choisir leur représentant pour les élections fédérales à venir ».

Saut imminent ?

Mélanie Joly, qui avait quitté la politique active en septembre 2014, disant vouloir se consacrer à un projet dans le milieu des affaires et de la philanthropie, a reconnu dernièrement qu’elle était tentée de refaire le saut dans l’arène politique. « Depuis un an et demi, j’ai refusé toutes les offres d’engagement politique, tant au provincial qu’au fédéral », écrivait-elle à La Presse canadienne la semaine dernière.

« Toutefois, j’admets que la pression s’est accentuée récemment et qu’elle n’a jamais été aussi grande, alors, pour la première fois depuis longtemps, j’y réfléchis », concluait Mme Joly. Elle a soutenu jeudi que sa réflexion n’était pas encore terminée.

Avec l’arrivée de Justin Trudeau à sa tête, le PLC s’est doté de nouvelles règles au chapitre du choix des candidats afin de remettre le pouvoir entre les mains des membres. Une source du parti a affirmé jeudi que ces règles seront suivies et que « l’investiture sera ouverte » dans Ahuntsic-Cartierville « comme dans toutes les autres » circonscriptions.

Au cours des derniers mois, le PLC a été accusé par des candidats qui espéraient une nomination d’avoir contrevenu aux règles sur les investitures ouvertes en bloquant leur candidature dans l’objectif de favoriser celle de candidats vedettes.

Le parti réfute ces allégations : « On n’est pas indifférent face aux résultats, mais on laisse les membres en déterminer l’issue », a spécifié la même source libérale.

Les candidats signataires de la lettre sont Viken Attarian, Grace Batchoun, Anthony Di Carlo, Elie Kassissia et Norair Serengulian, qui ont obtenu le feu vert du parti.

La date de l’assemblée d’investiture dans Ahuntsic-Cartierville n’a pas encore été annoncée. Celui ou celle qui remportera l’investiture dans la circonscription montréalaise fera notamment la lutte à Maria Mourani, ancienne bloquiste passée chez les néodémocrates.

À voir en vidéo