Mulcair veut éliminer le fractionnement du revenu

Thomas Mulcair compte convaincre les Canadiens, d’ici neuf mois, que le NPD est la seule voix du changement à Ottawa. Le chef néodémocrate a entamé l’année en s’en prenant au bilan et aux promesses économiques de Stephen Harper, mais aussi en haussant le ton contre son autre adversaire, Justin Trudeau. S’il veut se présenter comme l’unique alternative aux conservateurs de Stephen Harper, Thomas Mulcair devra se battre sur leur terrain de prédilection. Et il le sait. Le leader néodémocrate a donc martelé, dans un discours à son caucus jeudi, que le fossé entre la classe moyenne et les plus riches « continue de se creuser », et c’est la faute de Stephen Harper. « Le NPD renversera la vapeur. Et pour commencer, on mettra fin au système injuste de fractionnement des revenus », a annoncé M. Mulcair, qui avait vivement critiqué la promesse conservatrice sans s’engager jusqu’ici à l’annuler. Les libéraux ont juré à l’automne qu’ils retireraient cette mesure de 1,9 milliard par an.

Trudeau n’est pas prêt…

Le leader néodémocrate a en outre rappelé ses promesses électorales des derniers mois — garderies à 15 $ par jour, salaire minimum fédéral à 15 $ aussi.

« Nous allons offrir aux Canadiens un choix clair, un vrai choix entre notre plan visant à réparer les dommages causés par les conservateurs, ou le plan de M. Harper pour un autre quatre ans », a lancé Thomas Mulcair en se présentant comme l’unique « chef à l’expérience nécessaire pour défaire Stephen Harper ».

« Si on n’a pas d’expérience, si on n’a pas de plan concret, si on refuse de dire quelles sont les solutions, c’est qu’on n’est pas prêt à faire le travail. Mais Justin Trudeau pense quand même qu’il peut hériter du pouvoir, même s’il n’a rien à proposer », a accusé le chef du NPD au sujet de son rival libéral au nom célèbre.

Les libéraux rétorquent que leur chef a fait une poignée d’annonces déjà et qu’ils présenteront leur plateforme électorale lorsqu’on approchera de l’élection. La députée Chrystia Freeland s’est dite « déçue de voir M. Mulcair s’abaisser à faire de la petite politique d’attaques personnelles ».

Mais l’équipe néodémocrate l’est

En vue de l’élection, M. Mulcair s’est entouré de nouveaux conseillers. Son chef de cabinet, Raoul Gebert, deviendra son conseiller pour le Québec. Il sera remplacé par Alain Gaul, qui était chef de cabinet de M. Mulcair lorsqu’il était ministre de l’Environnement à Québec. M. Gaul amène avec lui une expérience gouvernementale, de même qu’une crédibilité dans le monde de la finance puisqu’il quitte un cabinet de droits des affaires, fait-on valoir en coulisse.

L’un des stratèges de la vague orange de Jack Layton, Brad Lavigne, reprendra quant à lui du service au parti comme conseiller principal pour la campagne nationale. Le NPD aura en outre une campagne toute québécoise. Une équipe d’une douzaine de personnes est déjà en place à Montréal et les effectifs seront triplés au Québec pour veiller à protéger les circonscriptions emportées en 2011.

5 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 16 janvier 2015 05 h 25

    Un homme sage ou un aventurier

    Une chose est sur le timing devient de plus en plus une contrainte sérieuse, peut on dire qu'Harper construit surtout sur des coups de tetes, n'est ce pas le propre des joueurs de se comporter ainsi, le Canada sera quoi quand Harper aura fini son trip. Harper est il ce que l'on pourrait appeler un homme sage ou une sorte d'aventurier

  • Murray Henley - Inscrit 16 janvier 2015 07 h 42

    Fractionnement injuste

    M. Mulcair a raison. Le fractionnement est une mesure intéressante pour les retraités, en ce qui concerne le revenu de pension, mais pour ceux qui travaillent encore, c'est une autre histoire.

    L'objection la plus sérieuse est que le fractionnement s'applique seulement aux couples avec enfants. Il s'agit donc plus d'une d'une mesure nataliste que d'une mesure d'équité fiscale.

    Soulignons en passant que le Québec a récemment discrètement éliminé le fractionnement du revenu de pension pour les contribuables de moins de 65 ans, donc pour certains retraités.

    • Jean Boucher - Inscrit 16 janvier 2015 10 h 06

      M. Mulcair devrait plutôt s'en prendre aux véritables plus riches qu'aux retraités. NB : le NPD n'est plus socialiste depuis plusieurs années.

  • Jean Boucher - Inscrit 16 janvier 2015 09 h 49

    "Classe moyenne et plus riches"

    Que signifie classe moyenne pour le NPD ? Est-ce que quelqu'un le sait ? Pourquoi M. Mulcair ne parle pas des paradis fiscaux des plus riches plutôt que du fractionnement des revenus favorisant les personnes âgées ? Sont-elle toutes des plus riches ?

    Pourquoi M. Harper n'a-t-il pas accepté la demande de Mulcair - ex libéral à Québec et futur pseudo socialiste - de faire partie de son équipe? Il en demandait trop ? Tous pareils ?

    La réalité c'esr qu'on est gouverné par des chefs de partis politiques ambitieux et retors tous au service de l'oligarchie. Notre rôle dans tout ça : payer les factures et se faire manipuler entre les élections - ce qui n'entre pas dans le cadre du mandat du Directeur général des élections - jusqu'au prochain vote. On nous méprise avec nos impôts - Nous on les paie ici pas ailleurs -.

  • Leclerc Éric - Inscrit 16 janvier 2015 12 h 33

    Ce n'est pas ce que les riches familles désirent

    Le fractionnement du revenu permet aux retraités et jeunes familles à revenus élevés, de payer moins d'impôts et de se payer des luxes que les pauvres et la classe moyenne, ne peuvent se permettre.

    Mulcair n'a pas d'idées originales et de plan de match intelligent pour augmenter sa majorité face à l'équipe conservatrice; et pourtant il a déjà été ministre à Québec...