Ottawa a accueilli moins de la moitié des réfugiés syriens promis

Le ministre de l’Immigration, Chris Alexander, martèle sans relâche que plus de 1700 réfugiés syriens se trouvent au pays. Un nombre qui compte toutefois tous les Syriens accueillis depuis 2011.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le ministre de l’Immigration, Chris Alexander, martèle sans relâche que plus de 1700 réfugiés syriens se trouvent au pays. Un nombre qui compte toutefois tous les Syriens accueillis depuis 2011.

Le gouvernement fédéral avait promis d’accueillir 1300 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année 2014. À six semaines de cet échéancier, 457 d’entre eux étaient arrivés au Canada.

Les partis d’opposition demandent aux conservateurs depuis des mois de préciser combien de Syriens ont réellement trouvé refuge au Canada depuis qu’Ottawa a promis, en juillet 2013, d’en accueillir plus d’un millier. Le ministre de l’Immigration, Chris Alexander, martelait sans relâche que plus de 1700 réfugiés syriens se trouvent au pays. Un nombre qui compte toutefois tous les Syriens accueillis depuis 2011.

Le ministère de M. Alexander a précisé les données mercredi, en réponse à une question écrite déposée en Chambre par le néodémocrate Paul Dewar. C’est donc 457 réfugiés syriens qui ont mis les pieds au Canada en date du 13 novembre dernier. De ce nombre, 294 ont été parrainés par le gouvernement, 163 par des organismes privés. Les conservateurs avaient promis l’an dernier d’en parrainer 200, alors que 1100 autres seraient pris en charge par des groupes privés.

La contribution canadienne

« Le gouvernement du Canada s’est déjà engagé à augmenter l’effort du Canada dans la réinstallation de réfugiés pour les Syriens déplacés, tout en restant conscient que la crise en Syrie et dans les régions environnantes ne sera pas seulement résolue par la réinstallation par des pays occidentaux », a fait valoir le ministre Alexander, dans sa réponse écrite.

Le néodémocrate Paul Dewar s’est dit consterné et choqué par les chiffres du ministre. « Cela démontre deux choses, a-t-il déclaré jeudi. Un : que le gouvernement ne disait pas la vérité quand on lui posait une question toute simple sur les réfugiés syriens. Et deux : cela veut dire que le Canada est à la traîne quand vient le temps d’apporter sa contribution et d’aider face à la crise en Syrie. »

L’Ottawa Citizen révélait, il y a deux semaines, que le ministre Alexander avait été prévenu qu’il ne pourrait pas atteindre la cible promise à l’ONU, qui a réclamé que 30 000 Syriens soient relogés en 2014. Dès mars dernier, son ministère l’avait avisé que les groupes d’intervenants auprès des réfugiés n’auraient pas le temps de parrainer suffisamment de demandeurs d’asile syriens.

À voir en vidéo