Fortin recrute un néodémocrate

Thomas Mulcair a accusé Jean-François Larose de partir avant tout de peur de perdre son investiture dans Repentigny.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Thomas Mulcair a accusé Jean-François Larose de partir avant tout de peur de perdre son investiture dans Repentigny.

Le nouveau parti fédéral, Forces et Démocratie, sera formé d’un ex-bloquiste et d’un ancien néodémocrate. Jean-François Fortin a lancé son parti mardi, avec à ses côtés Jean-François Larose, qu’il a déniché au NPD.

La nouvelle formation de M. Fortin « n’est pas souverainiste », a confirmé l’ancien député bloquiste. Le parti « est régionaliste, il est nationaliste ». L’objectif de cette formation : réunir des députés des régions du Québec et leur permettre de défendre les préoccupations de leurs citoyens. Il n’y aura « pas de ligne de parti », a noté M. Fortin, qui souhaite ainsi redonner la parole aux élus sans qu’ils doivent d’abord obtenir l’approbation du bureau du chef d’un grand parti national.

M. Fortin — qui a quitté le Bloc après l’élection de Mario Beaulieu à la chefferie — se dit encore indépendantiste. « J’ai toujours les mêmes convictions. Il n’y a rien qui a changé. Toutefois, la prochaine campagne fédérale n’est pas une campagne référendaire », a-t-il défendu. Il veut sortir des « vieux canaux, des vieilles ornières dans lesquelles on ne veut plus jouer ». MM. Fortin et Larose veulent causer des enjeux régionaux, et c’est tout.

Convictions personnelles

M. Larose n’a pas voulu préciser ses allégeances nationales en point de presse. « J’ai des convictions qui sont personnelles », a-t-il rétorqué, visiblement mal à l’aise. Quant à sa réflexion politique, celle-ci a dépassé le débat fédéraliste-souverainiste. « Je ne suis plus là. Je suis à travailler sur un nouveau parti qui va dans une nouvelle direction. »

Le NPD n’avait pas réussi à joindre son député au fil de la fin de semaine. Le député a avisé le bureau de Thomas Mulcair de son départ cinq minutes avant son point de presse.

Le parti a accusé M. Larose de « trahison pure et simple de la mémoire de Jack Layton et du choix démocratique des électeurs de Repentigny ». Il est « triste » de le voir partir, a commenté le chef, M. Mulcair accusant toutefois M. Larose de partir avant tout de peur de perdre son investiture dans Repentigny.

Il s’agit du cinquième député à quitter le NPD depuis deux ans.

Forces et Démocratie présentera un candidat dans chacune des 78 circonscriptions aux élections de l’an prochain, a promis M. Fortin. Le chef du nouveau parti promet une tournée des régions, de même que des plateformes propres à chacune d’elles.

Le parti compterait 300 membres, dit-il. Une soixantaine de signatures accompagnaient le manifeste du parti, rassemblant d’ex-militants bloquistes, l’ancien député Claude Guimond et plusieurs membres de la société civile. M. Fortin avait aussi courtisé, sans succès, l’ex-néodémocrate devenue indépendante Sana Hassainia.

4 commentaires
  • François Ricard - Inscrit 22 octobre 2014 05 h 00

    Nos députés à Ottawa: tous des carriéristes

    "Défendre le Québec à Ottawa".
    Croient-ils vraiment la chose possible?
    75 contre 228 est toujours une combinaison perdante.
    Nous avons un droit de parole. Eux le pouvoir de décision.
    Au moins, M. Fortin a satisfait à son ambition d'être chef d'un parti. Un homme de convictions.

  • Sauve stephane - Inscrit 22 octobre 2014 07 h 33

    « J’ai des convictions qui sont personnelles » !!!!????

    Est-ce que j'ai bien lu ?

    Le bonhomme s'en va en politique pour justement communiquer ses convictions et, dans le meilleur des cas, les voir se refléter au sein de la société.

    Gosh, Beaulieu a bien fait de le laisser aller celui-là! Une autre CAQ sur la scène fédérale...

    Y aurait-il du Bouchard derrière la création de cette autre coquille vide ?

  • François Dugal - Inscrit 22 octobre 2014 08 h 56

    Enrichissons notre vocabulaire

    Vent:
    Mouvement de masses de gaz à la surface d'une planète.

  • Roger Gobeil - Inscrit 22 octobre 2014 10 h 03

    Ça s'peut-tu !

    Ça va être comique au Québec aux prochaines élections fédérales! J'me peux pu!