L’ex-bloquiste Jean-François Fortin lancerait son parti

Jean-François Fortin
Photo: Archives Le Devoir Jean-François Fortin

L’ancien député bloquiste Jean-François Fortin s’apprêterait à lancer sa propre formation politique en début de semaine prochaine, selon ce qu’a appris Le Devoir.

L’élu de Gaspésie a prévu un point de presse au parlement mardi matin. Contacté par Le Devoir vendredi, il a soigneusement évité de confirmer la nouvelle. « Je vais clarifier le tout mardi, dans une annonce importante quant à mon avenir politique », s’est contenté de rétorquer M. Fortin.

Pour l’occasion, il sera semble-t-il accompagné de membres de la société civile qui appuient son initiative, selon les informations colligées par Le Devoir.

Ex-conservateurs

Au fil des dernières semaines, le député aurait passé « bien des [coups de] téléphones ». Parmi les gens qu’il aurait dans sa mire, d’anciens candidats conservateurs qu’il espérait déçus du parti de Stephen Harper, de même que d’anciens membres du Parti libéral qu’il aurait tenté de rallier.

M. Fortin a en outre eu des échanges avec le député néodémocrate Jean-François Larose, a-t-on confié au Devoir. Ce dernier avait appuyé le mois dernier une motion déposée par M. Fortin proposant de réduire le veto des chefs de parti et de leur entourage quant à la participation des élus aux travaux parlementaires. M. Fortin souhaitait renforcer le pouvoir individuel des députés en leur permettant de poser chaque semaine une question de leur choix.

M. Larose, député d’arrière-ban du NPD, en avait alors profité pour critiquer son chef, Thomas Mulcair, disant s’être senti « à plusieurs reprises […] bâillonné et frustré » de voir l’« establishment » de son parti limiter les interventions de collègues au Parlement. Les électeurs souhaitent plutôt, disait-il, que leur député parle en leur nom et défende leurs intérêts. Selon une source, M. Larose aurait en fait peur de perdre l’investiture du NPD dans Repentigny — deux aspirants candidats se sont annoncés — et pourrait profiter de l’occasion pour se trouver une nouvelle famille politique.

Pour les régions?

M. Fortin tente de rallier une coalition d’élus des régions. Au moment de claquer la porte du Bloc cet été après l’élection du chef Mario Beaulieu, Le Soleil avait révélé qu’il parlait déjà de créer son propre parti fédéral — « Régions Québec » pour défendre les intérêts des électeurs ruraux.

C’est donc ce « parti des régions » qu’il s’apprêterait à lancer officiellement. La formation pourrait aussi porter le nom de « Démocratie et Force », selon une autre source du Devoir. Une information que n’a ni infirmé ni confirmé le principal intéressé, qui s’est montré avare de commentaires. M. Fortin a simplement indiqué que « ce n’est pas une approche nécessairement connue ».

3 commentaires
  • Guy Desjardins - Inscrit 19 octobre 2014 09 h 09

    L'appel de Dieu ce fait entendre.

    Un autre volontaire qui vit sur des nuages de discorde. La séparation est devenue le symbole de la chicanne. À celui ou celle, qui va être le premier(èr)à réaliser la séparation...de tout et de rien. La séparation est réservée seulement aux adeptes des personnes qui pensent devenir riches par un Sauveur venu sur une tornade et disparaîtra par la suite dans une pluie de gaffes.

  • - Inscrit 20 octobre 2014 14 h 12

    Quant à ...

    ... tomber dans ridicule, pourquoi pas continuer.

    Je ne suis pas content dans mon parti, j'en crée un. Quelle bêtise !

    Quelle conception de la politique ont ces nobodies qui se prennent eux-mêmes pour l'incarnation de mouvements sociaux ?

  • Yolande Chagnon - Inscrite 20 octobre 2014 21 h 44

    Pas besoin du ridicule pour tuer

    Un parfait inconnu de la Gaspésie + un fru du NPD, çà ne peut pas faire un parti fort.

    Nous sommes à moins d'un an des élections.

    Le temps est aux rassemblements, pas aux divisions.