Jusqu’à 3,90$ pour traverser Champlain

Pour financer les frais annuel seulement, le péage sur le pont Champlain devrait être établi à 0,80 $.
Photo: Source Infrastructure Canada Pour financer les frais annuel seulement, le péage sur le pont Champlain devrait être établi à 0,80 $.

Si le gouvernement fédéral s’entête à instaurer un péage sur le futur nouveau pont Champlain pour en éponger toute la facture, la circulation se détériorera sur les autres traversées montréalaises, en premier lieu sur le pont Honoré-Mercier. Jusqu’à 18 000 véhicules pourraient être chaque jour déviés ailleurs sur le réseau routier. Mais l’impact reste moindre que prévu jusqu’ici.

À la demande du NPD, le directeur parlementaire du budget, Jean-Denis Fréchette, a évalué à combien devrait s’élever le péage pour rembourser le nouveau pont et quel serait l’impact sur la circulation pour chacun des scénarios retenus. Ainsi, si Ottawa veut seulement rembourser les frais annuels d’entretien et d’exploitation (principalement l’enlèvement de la neige), le tarif pourrait n’être que de 0,80 $ par passage. À ce prix, il y aurait 2400 véhicules de moins sur le pont.

Mais s’il vise à couvrir les coûts totaux du projet, y compris la démolition de l’ancien pont et l’aménagement des bretelles d’accès, alors le péage devrait s’établir entre 2,60 $ et 3,90 $ selon que le pont coûtera 3 ou 5 milliards de dollars, fourchette de prix la plus souvent évoquée par le ministre des Infrastructures, Denis Lebel.

À ces prix, la déviation de circulation oscillerait entre 3,4 % et 10,6 %, soit de 5800 à 18 000 automobilistes nets par jour. Le mot « net » est vital, insiste Jean-Denis Fréchette, car le péage attirera aussi de nouveaux usagers. En effet, un péage détournera du pont Champlain un bien plus grand nombre d’habitués (35 000 avec un péage d’à peine 1 $), mais ils seront en partie remplacés par les usagers des autres ponts qui voudront fuir la congestion accrue de leur traversée habituelle. Ce transfert sera moins prononcé pour le pont Honoré-Mercier : parce qu’il est situé plus loin, un moins grand nombre de ses utilisateurs habituels fera le détour pour s’épargner la circulation accrue.

Tarif optimal à 3,30 $

Cette nuance explique la disparité significative qui existe entre les prévisions du directeur parlementaire du budget et celles contenues dans un rapport de la firme britannique Steer-Davies-Gleave dévoilé plus tôt cette semaine par Radio-Canada et que Transports Canada gardait cachée. On y lisait qu’à 2,50 $ par voiture, le pont Champlain perdrait 24 % de son achalandage, ou 31 000 véhicules par jour. Ces véhicules, prédisait l’étude, feraient bondir la circulation sur les autres traversées, qui dépasseraient alors largement leur point de saturation.

Notons que Transports Canada n’avait fourni qu’une version caviardée de cette étude au bureau de M. Fréchette. Ce n’est que lorsque Radio-Canada l’a rendue publique que le ministère l’a remise en entier, en s’excusant.

Le directeur parlementaire du budget calcule que le nombre de véhicules qui emprunteront un autre chemin augmentera rapidement entre 2,60 $ et 3,90 $. Le point de bascule semble se situer à 3,30 $.

Le gouvernement du Québec et la plupart des élus de la région montréalaise s’opposent à l’instauration d’un péage sur le pont Champlain. À Ottawa, le NPD se fait le relais de cette opposition. « Il n’a pas de péage à l’heure actuelle et il n’y a absolument aucune raison pour ne pas reconstruire un pont sans péage », a indiqué le chef Thomas Mulcair mercredi. Le libéral Justin Trudeau est beaucoup moins clair. Il exige de connaître tous les détails du plan conservateur (coût réel, impact sur la circulation, etc.) avant de prendre position. « Je ne peux pas être en accord avec un péage sur un pont pour lequel on n’a pas de plan », se contente-t-il de dire.

11 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 18 septembre 2014 08 h 10

    Le système canadien

    La facturation automatisée sur les ponts fonctionne de la façon suivante: on photographie votre plaque d'immatriculation, on recherche votre immatriculation dans la banque de donnée de la SAAQ et on vous envoie la facture par le courrier.
    Qu'en est-il alors des automobilistes et camionneurs des autres provinces et des USA qui empruntent la structure? Comme les autorités du pont n'ont pas accès aux autres banques de données, ils traversent gratuitement.
    " Let us raise ans sing: O Canada, our own and native land".

    • Alain Michaud - Inscrit 18 septembre 2014 11 h 22

      Je ne sais pas si vous sortez souvent du Québec, mais ce problème ce règle sans difficulté. À titre d'exemple, j'ai souvent traversé l'autoroute 407ETR à la hauteur de Toronto avec une plaque québécoise et devinez quoi? J'ai bien reçu la facture à mon adresse. Ce que vous mentionnez est un faux problème.

    • François Dugal - Inscrit 18 septembre 2014 14 h 24

      Le pont de l'A-25 ne charge que les plaques québécoise.

    • Alain Michaud - Inscrit 18 septembre 2014 19 h 22

      Juste comme ça, voici ce qui se trouve sur le site de l'A25 sous l'onglet question:

      ''Est-ce que les véhicules immatriculés hors Québec doivent également acquitter leurs péages?

      Oui. Les mêmes conditions s'appliquent pour tous les véhicules et le fonctionnement est le même, peu importe l'origine d'immatriculation du véhicule.

      Bien que dans certains cas l'identification soit plus difficile, différents moyens sont à notre disposition pour procéder à l'identification du propriétaire et procéder à la perception du péage.''

      Donc, comme toutes les autres provinces, le Québec dispose des outils nécessaires. S'il ne les utilise pas comme il faut, ce n'est pas le fédéral qu'il faut blâmer, mais plutôt notre propre incompétence.

  • Gaëtan Faubert - Inscrit 18 septembre 2014 09 h 07

    Vers le transport en commun

    Il ne semble y avoir aucune volonté à trouver des solutions autres que d'imposer un droit de péage en empruntant ce futur pont une fois construit et en usage.
    On est loin des bonnes décisions, il me semble, en engorgeant les autres voies d'accès. Quelle destinée souhaite-t-on pour la ville de Montréal en négligeant les bonnes stuctures d'avenir à moyen terme?
    On ne signale rien, absolument rien, en regard du transport en commun, au contraire, on ne voit aucun problème en se disant qu'aujourd'hui ne concerne pas le futur routier.
    Et oui! ce sera la tâche d'un autre gouvernement de trouver des solutions comme ce qu'on voit de nos jours aussi bien à Québec qu'à Ottawa.

  • André Ouellet - Abonné 18 septembre 2014 09 h 27

    Le pont Champlain

    Pour aborder la problématique du pont Champlain il faut une vision holistique; ce qui implique forcément les autres ponts avec la circulation autours de Montréal. Qui plus est, tous les ponts devraient être payant. Ainsi, la construction du nouveau pont Champlain serait répartie sur tous les ponts avec un prix raisonnable.

    • Gaëtan Faubert - Inscrit 18 septembre 2014 12 h 22

      Prenons l'exemple de l'île de Manhatten dans laquelle il n'y a que lignes de Subway, de bus et de Yellow Cabs. Ridicule d'y circuler avec sa voiture. On y accède dans un temps fou la Bronx River, la Harlem River, par les quartiers Yonkers, Queens et Brooklyn alors qu'on se paye -- Toll Road -- la 30th St. New Jersey ou le Robert F. Kennedey Bridge où ce n'est pas plus engorgé qu'à Montréal.
      Montréal est aussi une île avec son transport en commun toujours boudé par ce presque million de voitures qui y circulent au quotidien. On choisit de vivre dans l'étalement de la ville et on se plaindrait de la trop forte circulation?
      Qu'en sera-t-il du futur pas si lointain?
      Vos commentaires s.v.p.

  • Christine Rychlik - Inscrite 18 septembre 2014 12 h 00

    On se fait mener en bateau

    Les bateaux qui passent tout droit devant le port de Montréal pour aller déverser leur marchandises en Ontario et au USA paient combien pour franchier le pont Champlain.

    Si ce n'était de la voie maritime, le pont de remplacement côuterait 200$ million. (.20 $ de payage) L'autoroute 30 avec ses 31 km d'autoroute et ses deux ponts a couté 1.2 $'milliard en PPP, qui de plus, expérence du CUSM, n'est nécessairement pas le moyen le plus économique pour la réalisation d'un projet.

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu de se dérouler ainsi."

    - Franklin D. Roosevelt -

  • Hélène Paulette - Abonnée 18 septembre 2014 12 h 32

    $3.90 aller seulement? Impensable!

    Ça prend un péage sur tous les ponts, dans un sens seulement et à prix modique ($2. max), comme dans l'État de NY, à être réinvesti dans le transport en commun. Ça encouragera le co-voiturage et réduira les GES... Quant au coüt du nouveau pont Champlain, il est à mettre au passif du Fédéral...