Ottawa bilingue: le débat prend de l’ampleur

Des groupes de citoyens aimeraient faire d’Ottawa une ville bilingue, à l’instar de Bruxelles et de Moncton.
Photo: Brian/CC Des groupes de citoyens aimeraient faire d’Ottawa une ville bilingue, à l’instar de Bruxelles et de Moncton.

L’une des revendications de longue date de la communauté francophone de l’Ontario refait surface alors que s’amorce, dans la capitale canadienne, la campagne électorale municipale. Différents groupes de citoyens réclament une fois de plus qu’Ottawa devienne officiellement bilingue, à l’instar de villes comme Bruxelles et Moncton. Un débat qui prend maintenant une ampleur nationale.

Même s’il s’agit de la capitale du Canada et de l’un des principaux foyers de la population franco-ontarienne, la Ville d’Ottawa n’est toujours pas officiellement bilingue. Et l’actuel maire d’Ottawa, Jim Watson, n’a pas l’intention de rouvrir ce débat, à près de deux mois des élections.

En 2001, les conservateurs de Mike Harris allaient de l’avant avec la fusion des 11 municipalités de la région, sans donner de statut bilingue à la nouvelle ville. Malgré leurs promesses, les libéraux ontariens, dont faisait alors partie M. Watson, ne firent pas d’Ottawa une ville bilingue, une fois au pouvoir.

Aujourd’hui, une politique municipale sur les services en français prévoit l’offre de services en français, mais cette mesure demeure imparfaite, et des inégalités subsistent. Elle peut en outre être abrogée par un simple vote du conseil, arguent les partisans du bilinguisme, qui souhaiteraient voir cette reconnaissance inscrite dans la loi constituante de la ville à temps pour le 150e de la Confédération, en 2017.

L’idée n’est pas nouvelle : en 1970, la Commission d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (Laurendeau-Dunton) en faisait l’une des principales recommandations de son rapport. Une proposition ressuscitée au cours des derniers mois par le Mouvement pour une capitale officiellement bilingue, piloté par un collectif de juristes, d’universitaires et de gens d’affaires.

Cette proposition a récolté au cours des dernières semaines l’appui du Parti libéral et du NPD fédéraux, et l’approbation tacite de la procureure générale de l’Ontario, Madeleine Meilleur. La première ministre Kathleen Wynne se montre plus prudente, affirmant que c’est à la Ville d’Ottawa de faire ses propres choix. L’idée reçoit également l’appui de nombreux candidats aux postes de conseillers municipaux.

Pour le porte-parole du PLC en matière de langues officielles, Stéphane Dion, cette reconnaissance du fait français dans la capitale tombe sous le sens. « Au-delà du symbole, cela donnerait une pérennité à la politique de bilinguisme, confiait-il au Droit la semaine dernière. On pense qu’un pays bilingue devrait avoir une capitale bilingue. » Une prise de position identique à celle de Nycole Turmel, whip du NPD et députée de Hull-Aylmer, dans la région de la capitale.

 

Tissu social

L’une des instigatrices du mouvement, la politologue de l'Université d'Ottawa Linda Cardinal, va plus loin. « Le bilinguisme est une caractéristique fondamentale du Canada, il fait partie du tissu social de notre ville. C’est incompréhensible que le maire de la capitale du pays fasse comme s’il ne prenait pas ce rôle au sérieux. » Près de 20 % de la population d’Ottawa est francophone, rappelle-t-elle.

Jim Watson n’a pas donné suite aux demandes d’entrevues du Devoir, lundi. Dans un courriel, un porte-parole a déclaré que la position est « la même depuis qu’il a était élu » [sic], c’est-à-dire qu’il « ne supporte pas » [sic] la désignation d’Ottawa comme ville bilingue, car l’actuelle politique sur les services en français fonctionne. Jim Watson compte « continuer le travaille » [sic] effectué ces dernières années « plutôt que de s’engager dans un long débat sur les langues officielles ». En l’absence d’adversaires sérieux, Jim Watson persiste et signe, n’en déplaise à la population francophone d’Ottawa.

À voir en vidéo