Un comité de sages pour épauler le chef Mario Beaulieu

Le chef bloquiste, Mario Beaulieu, s’est entretenu avec Gilles Duceppe, Bernard Landry et Daniel Paillé pour les inviter à former un groupe de réflexion.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le chef bloquiste, Mario Beaulieu, s’est entretenu avec Gilles Duceppe, Bernard Landry et Daniel Paillé pour les inviter à former un groupe de réflexion.

Le député bloquiste Claude Patry ne quittera pas le navire, assure son collègue Louis Plamondon, qui indique aussi que le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, va mettre en place un comité de sages pour « s’assurer de la survie et de la continuité » de ce parti, qui ne compte que trois élus à Ottawa.

 

M. Plamondon est catégorique : il n’a jamais été question que Claude Patry quitte le Bloc québécois. Il a tenu à mettre fin « aux rumeurs » à ce sujet. « Il arrivait de vacances samedi, je lui ai parlé ce matin. Il n’a jamais parlé à un journaliste, ni donné une entrevue, ni parlé à qui que ce soit de cette possibilité de démissionner. Je ne sais pas d’où vient cette rumeur », assure M. Plamondon.

 

Mais les deux principaux intéressés restaient injoignables dimanche. Le Devoir n’a pu obtenir d’entrevue avec MM. Patry et Beaulieu, malgré les appels à la responsable des communications du parti, et au responsable de l’agenda du chef.

 

Les deux hommes pourraient toutefois s’adresser aux médias lundi. Ils doivent se rencontrer pour discuter des orientations du parti. La rencontre a été prévue il y a deux semaines. Elle n’a rien d’exceptionnel, car le nouveau chef a déjà eu l’occasion de rencontrer les ténors du Bloc ces dernières semaines, indique M. Plamondon.

 

Mais M. Patry, qui est arrivé au sein du caucus bloquiste en 2013, après avoir été élu sous la bannière néodémocrate, pourrait ne pas briguer un autre mandat en 2015. « Tel que je le connais, il n’a pas l’intention de quitter. Sa seule intention, c’était de savoir s’il continuerait un autre mandat. Il l’avait dit lorsqu’il avait été élu, que, sans doute, il ne ferait qu’un seul mandat, à cause de son âge, et surtout, sa femme va prendre sa retraite », dit M. Plamondon.

 

Groupe de réflexion

 

M. Beaulieu a aussi eu l’occasion d’appeler plusieurs personnalités souverainistes afin qu’elles interviennent pour lui donner « un coup de main », dit M. Plamondon. Le chef bloquiste s’est entretenu avec Gilles Duceppe, Bernard Landry et Daniel Paillé afin de les inviter à former un groupe de réflexion. « Ces gens-là sont disposés à lui donner un coup de main, puis à le “coacher”comme on dit, pour s’assurer de la survie du Bloc et de la continuité du Bloc. Il veut s’entourer de plusieurs personnalités du monde souverainiste », dit M. Plamondon.

 

La semaine dernière, le député et ex-candidat à la direction Jean-François Fortin a quitté la formation politique en raison de l’« intransigeance » du nouveau chef. Claude Patry ne s’est pas adressé aux médias depuis le départ de son collègue.

 

M. Plamondon reconnaît que le nouveau chef ne fait pas l’unanimité, mais il souhaite relativiser la situation. « La venue de Duceppe, ça avait été tout un brouhaha, il y avait eu des démissions, des gens qui avaient décidé d’abandonner. Quand Stéphane Dion est arrivé au Parti libéral du Canada, ça avait fait des remous, puis Ignatieff aussi », dit-il. Si certains s’en vont, d’autres personnes rejoignent le Bloc, avec l’arrivée de M. Beaulieu, dit le député.

 

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo