Retour discret des toiles de Pellan aux Affaires étrangères

La toile représentant l’Est canadien de l’œuvre Canada Ouest Canada Est.
Photo: La Presse canadienne La toile représentant l’Est canadien de l’œuvre Canada Ouest Canada Est.

Alfred Pellan est de retour au ministère des Affaires étrangères. Les deux toiles du peintre québécois, qui avaient été écartées du hall d’entrée du ministère au profit d’un portrait de la reine Elizabeth II, sont de retour… timidement, sur un mur adjacent.

 

Les deux tableaux avaient été remplacés à la veille de la visite du prince William et de sa femme Kate, à l’été 2011. Plutôt que les peintures colorées du peintre québécois, les diplomates et visiteurs du ministère sont désormais accueillis par une grande reproduction d’un portrait de la reine, juché au-dessus du comptoir de la réception — où se trouvaient les Pellan depuis l’inauguration de l’édifice par la reine en 1973.

 

Décision controversée

 

La décision avait fait tiquer des employés du ministère, des amateurs d’art et l’opposition péquiste à Québec. Les fonctionnaires des Affaires étrangères ont ainsi remarqué le retour, bien que discret, des peintures de Pellan ce lundi. Les grandes toiles — qui avaient été commandées pour l’ouverture de la première mission canadienne à Rio de Janeiro en 1944 — sont maintenant sur un mur adjacent, du côté du hall d’entrée où patientent les visiteurs du ministère.

 

« Les deux peintures ont été retirées en 2011 pour la création du mur de la souveraine, qui était un hommage présenté en 2011 digne de notre chef d’État, la reine Elizabeth II, en reconnaissance de son jubilé de diamant, en 2012 », a rappelé un porte-parole du ministère. « À la suite du retour des deux peintures de Pellan du Musée des beaux-arts de Québec, où elles étaient exposées, les oeuvres ont été accrochées dans le lobby des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement, où tous les Canadiens qui visitent l’édifice peuvent en profiter », a expliqué Ian Trites par courriel.

 

Direct MNBAQ

 

La mise au rencard des toiles Canada Est et Canada Ouest (l’un représentant des pêcheurs et des voiliers, l’autre des mâts totémiques et des montagnes) a en revanche fait des heureux au Musée national des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ). L’ouverture d’un nouveau pavillon mettant en vedette quatre expositions permanentes, présentant quatre figures de l’art moderne québécois, a consacré une de ses salles aux dessins, estampes et peintures d’Alfred Pellan. Les deux oeuvres écartées par le ministère ont ainsi été prêtées au musée quelques mois. Au grand bonheur de l’institution, qui se targuait de cette « primeur ». Car puisque les deux toiles habitaient le hall d’entrée du ministère des Affaires étrangères depuis quarante ans, c’était la première fois qu’elles étaient exposées au Québec, a-t-on indiqué au MNBAQ lundi.

 

Dans un document d’information présentant l’exposition, le musée se réjouissait en outre de pouvoir présenter « deux fresques magistrales » « qui risquent d’attirer l’attention des visiteurs ». « Il faudra donc profiter de cette occasion unique pour les apprécier, en vrai ! », sommait le MNBAQ dans son communiqué du mois de février dernier. Les oeuvres ont été retournées au ministère en juin.

 

M. Trites a souligné que le ministère avait « toujours eu l’intention de [s’]assurer que les deux peintures de Pellan soient de retour sur les murs du ministère ».

 

90 000 $ chacune

 

À l’époque du changement de décor, il y a trois ans, des fonctionnaires avaient jonglé avec l’idée de vendre les deux toiles du célèbre artiste québécois, évaluées à 90 000 $ chacune par le ministère. Mais cette possibilité a rapidement été abandonnée lorsque la nouvelle de leur remplacement dans l’entrée de l’édifice d’Ottawa a fait les manchettes, selon ce qu’avait alors révélé La Presse canadienne. On avait alors songé à les afficher ailleurs dans le ministère, notamment dans le lobby.

 

La Reine n’avait par ailleurs pas seulement fait son entrée dans l’enceinte diplomatique d’Ottawa. Le ministre John Baird avait aussi ordonné à toutes ses missions diplomatiques à l’étranger d’afficher un portrait de la reine Elizabeth II, en septembre de la même année. Le tableau devait s’ajouter aux portraits du gouverneur général, du premier ministre et du ministre qui sont exposés dans toutes les ambassades canadiennes.

8 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 29 juillet 2014 08 h 23

    Le Canada

    Le Canada est une monarchie constitutionnelle, ne l'oublions jamais: Dieu sauve la Reine.

    • Kevin K. Blizzard - Inscrit 29 juillet 2014 17 h 58

      Vous rigolez.

  • Pierre Labelle - Inscrit 29 juillet 2014 09 h 26

    Colon ou colonisé....

    Faut-être colonisé à l'os pour poser de tels gestes, remplacé deux toiles originales d'un de nos grands peintres, pour une simple reproduction de la Queen. Peut-être s'agit-il simplement d'un manque de goût....

  • André Michaud - Inscrit 29 juillet 2014 09 h 32

    Vive Pellan

    Heureux de voir que l'art de notre grand peintre canadien a gagné sur l'amour sans fin de M.Harper pour la reine..

    Même si je n'ai rien contre la reine , la peinture de Pellan sur le Canada est plus pertinente..

  • Marc Rainville - Abonné 29 juillet 2014 10 h 45

    Fautes

    ''La mise au rencard des toiles Canada Est et Canada Ouest (l’un représentant des pêcheurs et des voiliers, l’autre des mâts totémiques et des montagnes) a en revanche fait des heureux au Musée national des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ).''

    rancart

  • Marc Rainville - Abonné 29 juillet 2014 10 h 49

    Fautes...

    (...) toiles Canada Est et Canada Ouest (l’un représentant des pêcheurs et des voiliers, l’autre des mâts totémiques et des montagnes)

    l'une
    ''(...) « Il faudra donc profiter de cette occasion unique pour les apprécier, en vrai ! », sommait le MNBAQ dans son communiqué du mois de février dernier. ''

    Le verbe sommer ? Ben voyons donc...

    Orgie de virgules inutiles... Répétition du même verbe dans des phrases qui se suivent...