Une ancienne candidate et employée de Harper est nommée juge

Myriam Taschereau
Photo: Parti conservateur du Canada Myriam Taschereau

Le gouvernement conservateur a nommé juge de la citoyenneté une ex-candidate à l’élection et ancienne porte-parole de Stephen Harper. Myriam Taschereau est devenue juge à temps partiel le 13 juin dernier pour la région de Montréal.

 

Mme Taschereau a été pendant un temps l’étoile montante du mouvement conservateur au Québec. Lors de l’élection de 2008, elle était présentée comme une candidate vedette dans la circonscription de Québec. Elle tentait alors de déloger la bloquiste Christiane Gagnon pour le compte du Parti conservateur. Elle a finalement mordu la poussière, arrivant deuxième avec 8000 voix de moins que sa rivale. Une déclaration malheureuse sur les artistes « gâtés des deux bords » avait en partie eu raison d’elle.

 

Succession de Mario Dumont

 

Après l’élection, Mme Taschereau est allée travailler à Ottawa dans le bureau du premier ministre Stephen Harper à titre de porte-parole pour le Québec. Elle a démissionné au printemps 2009, quand les médias ont révélé qu’elle songeait à briguer la chefferie de feu l’Action démocratique du Québec (ADQ) dans la foulée de la démission de Mario Dumont. Dans les coulisses conservatrices de l’époque, on n’aimait pas trop l’image que renvoyait le fait que la porte-parole de M. Harper songe à devenir la future adversaire du premier ministre québécois Jean Charest, avec qui M. Harper tentait d’entretenir des liens. Le sénateur conservateur Leo Housakos appuyait la candidature de Mme Taschereau. Finalement, elle ne s’est pas lancée dans la course adéquiste.

 

465 $ par jour

 

Un juge de la citoyenneté à temps plein gagne entre 92 700 $ et 109 000 $ par année. Les juges à temps partiel sont rémunérés entre 465 $ et 550 $ par jour et travaillent en moyenne trois jours par semaine. Les juges de la citoyenneté sont des décideurs quasi judiciaires. Ils étudient les quelque 160 000 demandes de citoyenneté que traite chaque année le gouvernement canadien. Ce sont les employés du ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration qui bâtissent les dossiers, mais ce sont les juges qui les évaluent et rendent une décision finale.

 

Le parcours professionnel de Mme Taschereau ne la prédisposait pas à un travail dans le domaine de l’immigration. En 1998, alors qu’elle n’avait pas encore 30 ans, elle a acquis et opéré jusqu’en 2006 le Manoir Taschereau à Sainte-Marie-de-Beauce, un édifice patrimonial ayant appartenu à sa famille. Elle est une des descendantes du premier ministre du Québec Louis- Alexandre Taschereau.

 

L’an dernier, le gouvernement conservateur a nommé Angelo Persichilli juge de la citoyenneté. M. Persichilli avait été directeur des communications de M. Harper de septembre 2011 à avril 2012. Le communiqué de presse annonçant sa nomination mentionnait le passage de M. Persichilli dans l’équipe de M. Harper. Cette mention ne figure pas dans le communiqué de presse accompagnant la nomination de Myriam Taschereau.

5 commentaires
  • Jean-François Caron - Abonné 27 juin 2014 06 h 12

    Pour faire suite a la lettre de Monsieur Labeaume

    Il est certain que Madame Tachereau est nommee seulement sur la base de sa probite. Du moins je l'espere...

  • Carole Jean - Inscrite 27 juin 2014 08 h 44

    Cynisme et désinvolture politiques


    Stephen Harper est le plus cynique et le plus désinvolte politicien que le Canada ait connu. Rien ne peut surprendre venant de cet homme. Il s’agit d’un politicien qui n’a aucun scrupule.

  • Colette Pagé - Inscrite 27 juin 2014 09 h 10

    Un tribunal partisan !

    Le tribunal de la citoyenneté est sauf erreur un lieu de patronage visé à récompenser les fidéles du parti conservateur. Ceux qui écopent sont bien évidemment les citoyens devant passer devant le tribunal et les avocats spécialisés en immigration.

  • Charles Lebrun - Abonné 27 juin 2014 09 h 40

    Quelles expériences...

    Le fait d'avoir été candidate pour le Parti Conservateur et porte-parole pour le Québec auprès du premier-ministre est suffisant pour décider du sort d'un futur citoyen de Canada? C'est du sérieux! Mais je rêve! Personnellement je ne vois personne en bas de 50 ans à ce poste! (à moins d'une candidature plus qu'exceptionnelle) C'est le sort d'un être humain pour le reste de sa vie, après-tout!

    Ce monsieur Harper a un don pour nommer des incompétants... en commençant par ses trop "fameux" sénateurs... Sans compter son personnel du cabinet... une vrai porte-tournante!

  • Sylvain Auclair - Abonné 27 juin 2014 18 h 04

    Juge à temps partiel...

    Il lui restera du temps pour les couches et pour le souper de son mari...