Mulcair domine toujours Trudeau

Comme en décembre, Thomas Mulcair domine largement le palmarès des personnalités politiques, avec 57 % de « bonne opinion » et 12 % de « mauvaise opinion ».
Photo: Clément Allard Comme en décembre, Thomas Mulcair domine largement le palmarès des personnalités politiques, avec 57 % de « bonne opinion » et 12 % de « mauvaise opinion ».

Thomas Mulcair est plus populaire que Justin Trudeau, leurs partis respectifs sont à égalité dans les intentions de vote, et il n’y a pas l’ombre d’un soupçon « d’effet Mario Beaulieu » pour le Bloc québécois.

 

Les conclusions du volet fédéral du sondage Léger réalisé avant la pause estivale montrent que la situation n’a pas beaucoup changé dans les derniers mois à Ottawa. Comme en décembre, Thomas Mulcair domine largement le palmarès des personnalités politiques, avec 57 % de « bonne opinion » et 12 % de « mauvaise opinion ». Il devance toujours Justin Trudeau, qui compte 42 % d’opinion favorable contre 36 % de défavorable.

 

Suivent les libéraux Marc Garneau et Stéphane Dion, l’indépendante et nouvelle fédéraliste Maria Mourani, la verte Elizabeth May, le premier ministre Harper (20 % de bonne opinion, mais 68 % de mauvaise), le néodémocrate Alexandre Boulerice, et les ministres conservateurs Christian Paradis et Maxime Bernier (16 % de bonne opinion, 44 % de mauvaise).

 

Tout en bas de la liste des 15 noms sondés par Léger se trouve le nouveau chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu. Celui-ci est bien perçu par 8 % des répondants, alors que le double (16 %) a plutôt une mauvaise opinion de l’ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste. Plus d’un répondant sur deux (54 %) ne le connaît pas encore.

 

Les intentions de vote montrent par ailleurs une lutte serrée entre les libéraux et les néodémocrates, tous deux à 34 %. Le Bloc récolte 17 % (le même niveau qu’il y a un an), et les conservateurs 12 %.

 

Le sondage a été mené en ligne auprès de 1001 personnes entre le 16 et le 18 juin.

5 commentaires
  • Scholastique Vincent - Inscrite 21 juin 2014 03 h 38

    Laissez le temps au coureur

    Mario Beaulieu est encore méconnu de la population. Avec le temps, il saura faire sa place parmi les politiciens les plus appréciés de la population, j'en suis convaincue. Parce que lui, c'est pas un faiseur de phrases vides. Il a des convictions et il est sérieux, d'autant plus qu'on sait qu'il ne reculera pas. Vivement un retour en force du Bloc.

  • Mario Paquette - Inscrit 21 juin 2014 10 h 06

    Le défi du NPD au Québec

    Avec la venue de Justin Trudeau la lutte va etre dur pour
    reconquérir le Québec avec autant de députés NPD
    comme au dernière élection. Le bloc (Mario Beaulieu)
    plus il parle plus il s isole. Les conservateurs ne sont
    pas plus aimés au Québec.

    En 2015, le NPD est mieux de faire revivre la pensée magique
    de Jack qui fut tant aimée des Québécois et ses derniers
    mots d adieu adressés au peuple Canadien.

    Le NPD est a l image de Jack Layton.

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 21 juin 2014 10 h 09

    Une mesure de notoriété...

    Il ne faut pas prendre des vessies pour des lanternes. Les réponses obtenues pour de telles questions dans un sondage mesurent bien plus la notoriété des personnalités présentées aux répondants que leur appréciation de celles-ci. C'est pourquoi, il faut s'en méfier.

  • Carole Dionne - Inscrite 21 juin 2014 13 h 10

    beaucoup plus crédible

    Que Trudeau. Il a vraiment de meilleurs idées.

  • Gilles St-Pierre - Abonné 21 juin 2014 15 h 54

    Harper: "68 % de mauvaise"

    Il bat encore tous les records même dans ce domaine et le pire c'est que nous sommes pognés avec ça jusqu'en 2015.

    Il faut le faire, être majorataire et gouverner comme un dictateur avec si peu de votes; ce système est boîteux et voire malade. Quand y aura-t-il enfin un gouvernement qui aura assez de courage pour changer ce mode de scrutin pour établir une saine ou tout au moins une meilleure démocratie pour nous protéger de tels phénomènes comme celui de Harper.

    Si on veut que l'on croit en la politique et qu'on exerce notre droit de vote alors qu'on établisse des règles de scrutation qui ont plus d'allure et qui motivent à suivre la politique plutôt qu'à abdiquer comme plusieurs le font maintenant.

    De plus, pour les libéraux du fédéral, il est bien su et connu que même si on y mettait un cochon à la chefferie que plusieurs voteraient pour sans aucune distinction ou discernement; alors que le fils de l'autre se le tienne pour dit avant de se gargariser avec ces résultats.