Un député libéral dénonce le diktat pro-choix de Justin Trudeau

Le diktat imposé par Justin Trudeau à ses futurs candidats, qui devront s’engager à voter pro-choix, ne fait pas l’unanimité chez ses députés, du moins en privé. L’un d’eux s’est fait prendre à critiquer son chef, lors d’une conversation qui était enregistrée à son insu.

 

Le libéral John McKay — un pro-vie affiché — participait à un événement dimanche lorsqu’un citoyen l’a interpellé quant à la décision de M. Trudeau annoncée à la mi-mai. Le député torontois n’a pas mâché ses mots. « J’ai eu d’innombrables conversations avec tant de gens sur cela. Ça me rend dingue », confie M. McKay, sur cet enregistrement que le réseau CTV affirme avoir reçu d’une source « aux tendances conservatrices ».

 

M. McKay explique à son interlocuteur qu’il a d’abord cru « que c’était une “ sortie bozo  ; qu’il [Trudeau] n’avait pas vraiment réfléchi à ce qu’il disait ». Or, le fait que la décision ait été mûrie « est encore plus troublant », poursuit le député. « Parce que si vous ne savez pas que c’est un enjeu toxique pour une population, alors vous n’avez aucun flair politique », laisse tomber M. McKay.

 

On entend ensuite le dénommé « Trevor » qui a abordé M. McKay se réjouir de son échange avec le libéral. « Je crois que ça va être vraiment bon. J’espère vraiment que ça enregistrait. »

 

À sa sortie des Communes mardi, Justin Trudeau ne s’est pas formalisé des propos désobligeants de son député à son égard. « M. McKay, comme nous le savons tous, a des convictions personnelles très profondes sur cet enjeu et je peux comprendre que ces convictions puissent avoir pris le dessus. » M. McKay se serait excusé, le chef libéral estime que « le dossier est clos ». Et il ne regrette rien. « La réalité, c’est qu’en tant que chef, je me dois d’être clair avec les Canadiens que le Parti libéral est là pour défendre les droits individuels et le droit de la femme d’avoir un choix », a-t-il défendu.

 

Mais si M. McKay a d’abord cru à une sortie irréfléchie de son chef, est-ce dire que les députés n’ont pas été avisés de la ligne qu’il allait imposer ? « M. McKay sait très bien — et le sait depuis longtemps — que je suis pro-choix. Il sait que le Parti libéral est pro-choix », a rétorqué M. Trudeau, sans répondre à la question.

 

M. McKay a refusé la demande d’entrevue du Devoir, mardi. La veille, il avait indiqué à CTV avoir « tenu des commentaires inappropriés lors de ce que je croyais être une conversation privée, alors que je ne savais pas qu’on m’enregistrait secrètement ».

 

Le caucus libéral compte une poignée de députés pro-vie. Lors de diverses entrevues, ils ont tous dit — y compris M. McKay — accepter la directive de M. Trudeau, expliquant que le fait de voter pro-choix ne changeait rien à leurs valeurs.

 

Invité à réagir aux propos de M. McKay mardi, le député pro-vie Lawrence MacAulay n’a pas voulu « commenter quelque chose que je n’ai pas lu ». De son côté, il s’est dit « très à l’aise avec [sa] propre position » sur la question de l’avortement. « Les gens devront décider s’ils appuient [la position du chef libéral] ou non ».

8 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 28 mai 2014 06 h 59

    Dossier à poursuivre ! ?

    « le dossier est clos » (Justin Trudeau, PLC)

    Bien qu’il soit comme hésitant ou embêtant et critiqué dans cette histoire de pro-choix, Justin, venant d’affirmer un leadership rassurant et dynamique, risque d’aller, en matière de respect, de conviction et de fermeté, plus loin que son paternel !

    Gare à toutes ces personnes qui, défiant l’autorité du chef, osent ou oseraient s’y mouiller et … braver !

    Dossier à poursuivre ! ? - 28 mai 2014 -

    • Yvette Lapierre - Inscrite 28 mai 2014 09 h 49

      M. Trudeau junior - ouf! Mais vous avez raison, s'il pousuit sur sa lancée "affirmant un leadership rassurant et dynamique", il aura de bonnes chances de séduire l'électorat, enfin un certain vent de fraîcheur venant d'Ottawa!

  • Yvette Lapierre - Inscrite 28 mai 2014 09 h 10

    Vie privée, de l'Histoire ancienne

    M. McKay vient d'apprendre que la vie privée, les conversations les plus secrètes, ça n'existe plus. Les caméras de surveillance sont partout, les micros aussi, tant qu'une machine à lire dans les pensées ne sera pas inventée, suffit de se taire et de marcher droit... "Souriez, vous êtes filmés!"

  • Roxane Bertrand - Abonnée 28 mai 2014 09 h 10

    Confusion!

    Le député liberal John Mckay a été confondu dans la polémique émotionnelle que crée en nous le phénomène de l'avortement.

    Que l'on soit pour ou contre l'avortement, le pro-choix inclu qu'une personne puisse être contre l'avortement, mais le pro-choix respecte le choix d'une autre personne comme étant sa décision. Il s'agit ici du principe de "libertés individuelle".

    Le député Mckay peut être contre l'avortement, mais être en accord pour que ce choix soit imposé à tous, relève de l'intégrisme. Il est sain que le premier ministre Harper ne veule pas rouvrir le débat. Que monsieur Trudeau impose le libre choix est normal, le parti libéral a toujours été le parti qui défend les libertés individuelles.

    Monsieur Mckay, vous êtes probablement pro-choix sans le savoir. Si vous êtes en accord pour qu'une jeune fille de 14 ans violé par son père et porteuse d'un enfant trisomique se fasse avorter, vous êtes probablement pro-choix.

    • Jean-Léon Laffitte - Inscrit 28 mai 2014 09 h 48

      Roxane Bertrand, lorsque vous laissez entendre qu'il est normal d'avorter un enfant parce qu'il est trisomique, vous dites à ceux qui sont vivants qu'ils ne devraient pas l'être, ce qui relève de l'eugénisme.

    • Roxane Bertrand - Abonnée 28 mai 2014 11 h 05

      Je comprend votre réflexion. Je ne remet pas en question l'existence de ses gens et du bonheur qu'il peuvent apporter à leur parents.

      Je parle d'avantage du droit au choix d'un parent d'accepter ou non de vivre cette réalité.

      L'inverse du pro-vie, qui n'est pas le pro-choix, pourrait décréter qu'une vie non-standard ne mériterait pas de vivre, et ce serait de l'intégrisme aussi puissant que le pro-vie.

      Le pro-choix laisse le contrôle à l'individu des choix importants qui dirigerons sa propre vie.

  • Yvette Lapierre - Inscrite 28 mai 2014 11 h 05

    @ Jean-Léon Laffitte

    Je crois que Mme Bertrand accumulait les faits pour faire image, - jeune de 14 ans, violée et par son père de surcroit et porteuse d'un enfant handicapé... - ce que je réfute pour ma part c'est plutôt de présumer des convictions profondes de M. McKay, il se peut que pour lui comme pour plusieurs pro-vie, RIEN ne justifie de recourir à l'avortement.

  • Sylvain Auclair - Abonné 28 mai 2014 13 h 46

    D'autres dossiers sont clos

    Que dirait John McKay si un souverainiste québécois voulait devenir député du PLC?