L’ONU en attend plus du Canada

Edmond Mulet, sous-secrétaire de l’ONU chargé des missions de paix
Photo: Michaël Monnier - Le Devoir Edmond Mulet, sous-secrétaire de l’ONU chargé des missions de paix

Avec le retrait officiel des troupes canadiennes en Afghanistan, l’Organisation des Nations unies (ONU) souhaite que le gouvernement Harper se réengage et mette à profit son expertise pour participer davantage aux missions de paix.

 

« On voudrait vraiment voir le Canada augmenter et accroître ses contributions », a clairement indiqué Edmond Mulet, le sous-secrétaire de l’ONU chargé des missions de paix, lors d’une entrevue accordée au Devoir dimanche alors qu’il est de passage à Montréal pour donner une conférence cette semaine à la Chaire Raoul-Dandurand à l’UQAM.

 

« Il ne s’agit pas d’avoir plus de troupes ou de bottes sur le terrain. La contribution canadienne peut être au niveau du transport aérien, de l’établissement de l’État de droit, de la sécurité et de la formation de policiers », précise M. Mulet, un diplomate de carrière originaire du Guatemala. « On a aussi beaucoup besoin d’experts francophones puisque la majorité de nos missions sont en Afrique », ajoute-t-il.

 

Après plus d’une décennie passée en Afghanistan, le grand chef des opérations de paix de l’ONU soutient que les militaires canadiens de même que les experts civils pourraient surtout aider les Nations unies à faire face aux attaques terroristes ou encore à celles d’engins explosifs fabriqués par des groupes rebelles. « Notre présence sur le terrain pour ces groupes n’est pas convenable. Nous sommes parfois leur cible alors le Canada, qui est passé par cette expérience en Afghanistan, pourrait nous aider », mentionne-t-il en ajoutant que l’aide d’Ottawa serait aussi fort appréciée pour améliorer les unités de communications, d’ingénierie et même de renseignement.

 

Ces dernières années, les missions de l’ONU se sont complexifiées alors que les conflits sont devenus « transnationaux ». En fait, de plus en plus d’acteurs sont engagés dans les conflits, ce qui demande à l’ONU d’énormes ressources financières, mais aussi des ressources humaines et matérielles.

 

Un bon exemple est le cas du Mali, où l’ONU doit prendre en considération la menace des groupes djihadistes dans le nord du pays en plus de devoir conjuguer avec le trafic de drogue du golfe de Guinée, le trafic d’armes en Libye et le trafic d’êtres humains dans les pays avoisinants. En Centrafrique, la situation est quelque peu différente, mais elle est tout aussi critique. Étant donné que la population centrafricaine est très dispersée sur un territoire aussi grand que la France et la Belgique réunies, l’ONU peine à assurer la sécurité dans tout le pays.

 

« Notre premier besoin et notre grande priorité sont vraiment d’augmenter le transport aérien et d’avoir plus d’hélicoptères militaires et civils à notre disposition non seulement en Centrafrique, mais dans la majorité des pays où nous avons des missions », mentionne M. Mulet en spécifiant que 17 missions de paix sont en cours dans le monde.

 

À cet égard, le Canada pourrait faire davantage pour prêter main-forte aux Casques bleus. Or, Ottawa a seulement dépêché un avion militaire au Mali en janvier 2013 lorsqu’une opération a été menée pour déloger les forces islamistes du nord du pays. Le premier ministre Harper avait alors refusé que les troupes canadiennes s’engagent sur le terrain.

 

Le cas par cas canadien

 

Depuis son arrivée au pouvoir, le premier ministre a d’ailleurs grandement modifié la politique étrangère canadienne en tournant le dos aux Casques bleus. Le gouvernement conservateur analyse désormais au cas par cas son engagement dans les missions de paix en prenant généralement en considération l’aspect sécuritaire, mais aussi et surtout ses intérêts économiques.

 

À plus d’une reprise, de nombreux experts au pays ont décrié ce changement d’orientation du gouvernement Harper d’autant plus que le Canada a joué un rôle d’importance dans les opérations de maintien de la paix au cours du dernier siècle. Ottawa a envoyé en mission plus de 120 000 Casques bleus depuis leur création, par l’ancien premier ministre canadien Lester B. Pearson, en 1956.

 

En prenant bien soin de ne pas se mêler de la politique intérieure canadienne, M. Mulet a tout de même constaté que le Canada a été moins présent sur le terrain ces dernières années, tout comme d’autres pays de l’OTAN engagés en Afghanistan. « Mais beaucoup de ces pays sont en train de revenir à l’ONU », dit-il avec une voix remplie d’espoir. « Et quand il y a eu la crise en Haïti, le Canada a quand même été le premier pays à répondre présent », s’empresse-t-il de souligner.

 

Même s’il souhaite que les pays comme le Canada contribuent davantage à assurer la paix dans les zones de conflit, M. Mulet est conscient qu’il n’est pas toujours facile pour les gouvernements de convaincre la population de la nécessité de s’engager à l’étranger. « Pourquoi aiderait-on la Centrafrique ? », demande le sous-secrétaire général de l’ONU, qui comprend que les gens se disent « mais qu’est-ce qu’on va aller faire là-bas ? ». Devant toutes ces crises internationales, M. Mulet rappelle « qu’il y a une responsabilité collective » face à des populations en détresse qui ont besoin d’aide. Et puisque les troupes canadiennes sont reconnues et respectées dans le monde, M. Mullet lance cet appel : « On en a vraiment besoin. On apprécierait beaucoup cette contribution canadienne. »

À voir en vidéo