Le Québec ne se comporte pas en «quêteux»

<em>«Il faut se rendre à l’évidence que l’anglais fait aussi partie de l’identité québécoise depuis un quart de millénaire.»</em>, selon Maxime Bernier.<br />
 
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir «Il faut se rendre à l’évidence que l’anglais fait aussi partie de l’identité québécoise depuis un quart de millénaire.», selon Maxime Bernier.
 
Foi de Maxime Bernier, le Québec devrait cesser de « quémander » de l’argent et des « privilèges particuliers » au fédéral, de même qu’arrêter de « chercher à restreindre l’usage » de l’anglais. Une sortie en solo qui a rapidement été décriée à Québec et à Ottawa.

Dans un discours prononcé au petit matin devant une cinquantaine de membres du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec, M. Bernier a livré sa réponse personnelle à la question de savoir « comment les Québécois peuvent reprendre leur place au sein du Canada ».

Et la solution Bernier n’a pas beaucoup plu. Chez les libéraux fédéraux, Stéphane Dion a déploré « le ton partisan et idéologique » de M. Bernier. « Il identifie le Canada à un projet de droite et le Québec à une dérive de gauche, ce qui est inexact », estime M. Dion.

« S’il avait dénoncé un certain nationalisme qui consiste à toujours trouver la faute de nos carences chez les autres, on aurait été d’accord, ajoute-t-il. Mais la façon dont il le décrit donne l’impression que toute demande provinciale relève d’une mentalité de quêteux, et que tout refus fédéral est justifié. »

Même réaction courroucée chez les néodémocrates. « Je trouve ça insultant de l’entendre dire que le Québec se comporte en quêteux », a réagi le député Pierre Nantel.

C’est que Maxime Bernier a notamment soutenu que les gouvernements québécois devraient cesser de « quémander » auprès du fédéral. Il pense que si le Québec est plus pauvre que d’autres provinces, « c’est à cause de mauvaises politiques économiques qui rendent l’économie du Québec moins productive. C’est parce que le premier réflexe d’une bonne partie de notre classe politique est d’aller constamment quêter plus d’argent à Ottawa au lieu de prendre les décisions qui s’imposent pour régler nos problèmes ».

Le ministre conservateur s’en est aussi pris à la « la rectitude politique nationaliste qui exige qu’on dise que le Québec est une société uniquement francophone, que le français est la seule langue qui définit l’identité québécoise ».

M. Bernier soutient qu’« il faut se rendre à l’évidence : l’anglais fait aussi partie de l’identité québécoise depuis un quart de millénaire ».

Il faut en conséquence « cesser de chercher toujours à restreindre son usage et sa légitimité par des lois coercitives », pense M. Bernier. À son avis, il est possible de faire cela tout en continuant de « protéger et de promouvoir le français », qui demeure au « coeur de notre identité ».

Dans la foulée, Maxime Bernier pense que les Québécois auraient avantage à « accepter les aspects de notre histoire et de notre identité qui nous relient au Canada ». L’héritage français en fait partie, mais aussi la langue anglaise, les institutions et les symboles britanniques, dit-il.

Demandes irréalistes

Le ministre d’État à la Petite Entreprise et au Tourisme estime également que le Québec doit revoir sa conception du fédéralisme. La position traditionnelle — un Québec plus autonome dans un Canada uni — a « toujours été très mal défendue », pense-t-il. « Depuis 50 ans, les gouvernements québécois successifs l’ont affaiblie en faisant constamment des demandes irréalistes. »

Il a critiqué les fédéralistes qui « n’ont pas arrêté d’exiger des privilèges particuliers. Essentiellement, ils n’ont pas cessé de dire au reste du pays : il n’y a que nous qui sommes spéciaux et nous devrions avoir plus de pouvoirs et d’influence que vous tous. »

Maxime Bernier laisse ainsi entendre que c’est aux politiciens de l’Assemblée nationale de donner un sens précis au concept de nation québécoise — selon la motion adoptée par Ottawa en 2006. « On n’a pas besoin de nous pour reconnaître une société distincte : le Québec est une société distincte et même une nation. On n’a pas besoin d’avoir ces débats au niveau fédéral. Que les politiciens [provinciaux] prennent les décisions qu’ils doivent prendre dans leurs champs de compétence. »

À Québec, le ministre des Affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, a répliqué que le « Québec a toujours demandé sa juste part : on paie des taxes et des impôts ». Il a rappelé que la péréquation est un « droit constitutionnel reconnu ». M. Fournier doute que les positions de M. Bernier soient celles du gouvernement conservateur.

Au Parti québécois, Nicolas Marceau a évoqué un « discours de colonisé : le Québec ne quémande pas, il veut obtenir ce qui lui revient », a-t-il dit.