Assurance-emploi : des réponses qui tardent

Plus du quart des chômeurs qui déposent une demande de prestations d’assurance-emploi ne reçoivent pas de réponse — positive ou négative — dans le délai prévu de 28 jours, indique le principal outil d’évaluation du régime.

 

Dévoilé partiellement par Le Devoir mercredi, le Rapport de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi (RCEAE) 2012-2013 indique que le ministère a pu traiter 74,5 % des dossiers dans un délai de quatre semaines. C’est mieux que l’année précédente (+ 3,4 points), mais c’est en bas de la cible fixée à 80 %.

 

Cette cible de 28 jours n’est pas un délai légal, mais une norme qu’Ottawa s’engage à respecter. « La rapidité de paiement est un indicateur de rendement clé », indique le rapport de contrôle. Responsable du dossier de l’assurance-emploi à la FTQ, Marc Bellemare estime pour sa part que la cible de 80 % est « stupide et incohérente : ça devrait être 100 %, quand on sait que les gens qui attendent n’ont pas de revenu ».

 

Flot de demandes

 

Un fort volume de demandes — dû au contexte économique difficile — expliquerait la difficulté à atteindre l’objectif. En 2012-2013, Service Canada a reçu 2,76 millions de demandes d’assurance-emploi. C’est une diminution de 3,3 % par rapport à l’année précédente, mais le nombre demeure plus élevé qu’à l’habitude. Les demandes de prestations incomplètes ou « complexes » et le rythme d’arrivée des demandes influent aussi sur la rapidité de traitement.

 

Pire aujourd’hui ?

 

Les données analysées dans le RCEAE couvrent la période allant d’avril 2012 à mars 2013. Or, tout indique que la situation ne s’est pas améliorée depuis. En mars, Le Devoir révélait qu’il y avait au Québec 6100 dossiers de demandes initiales ou de renouvellement d’assurance-emploi qui traînaient sur les bureaux de Service Canada depuis plus de 28 jours (cela, en date du 22 février). Par rapport à la même date l’année précédente, c’était une augmentation de près de 75 %.

 

À l’échelle canadienne, 138 000 dossiers de toutes sortes (demandes initiales, demandes de recalcul, etc.) étaient en retard à la même date, soit une hausse de 27 % en un an.

 

Autre cible de rapidité ratée par Service Canada, selon le RCEAE : celle du délai de réponse aux demandes de renseignements téléphoniques. Le rapport indique que 4,4 millions de demandes ont été traitées en 2012-2013. « Les agents ont répondu à 32 % de ces appels dans un délai de 180 secondes, en deçà de l’objectif qui est de répondre à 80 % des appels dans un délai de 180 secondes », note-t-on. Par contre, la grande majorité des demandes (85 %) se règlent en un appel.

 

« La diminution de la capacité à traiter les appels et les résultats relatifs au niveau de service sont grandement attribuables aux volumes d’appels en lien avec les niveaux des ressources et à l’augmentation du temps de traitement moyen », indique le rapport. Service Canada est touché comme les autres ministères fédéraux par le plan d’abolition de 19 000 postes de fonctionnaires annoncé dans le budget 2012.

1 commentaire
  • Pierre Lachance - Inscrit 8 mai 2014 09 h 31

    «je ne serais pas surpris que cela soit voulu»

    «je ne serais pas surpris que cela soit voulu»
    Cas vécu par moi-même;
    Par contre vous faites votre demande d’assurance, trois jours plus tard vous avez une convocation pour une convocation a une rencontre vous expliquant comment chercher de l'emploi et elle est obligatoire. Petite note; quand tu n'as plus d'emploi en principe tu n'a plus d'argent et si tu restes en région ce n'est pas pareil qu'en ville pas de transport en commun pas trop cher donc les coûts de déplacement coutent beaucoup plus chers les gouvernements s'en foutent, ce qui fait que soit tu empruntes ou tu mets sur la carte de crédit parce que tu n'as aucun revenu. Et dire que les gouvernements disent qu'on est trop endetté pourquoi ne pas attendre de donner un revenu avant.
    Et comment ce fait-il qu'envoyer une convocation est plus rapide que vérifier oui ou non si tu y as droit en plus qu'avec les cessations d'emploi d’aujourd’hui les 3/4 de la job est faite. Et 4 a 6 semaines « 1 mois et demi» plus tard la décision est rendue souvent l'aide «le chèque arrive 1 semaine après la décision.