L’opposition dénonce l’influence des lobbys

Les magnats de l’or noir côtoient peut-être des membres influents du gouvernement Harper lors d’événements organisés au Musée canadien de l’histoire de Gatineau, mais ces derniers ne se laissent pas pour autant influencer par les généreux donateurs de l’établissement, affirme une ministre conservatrice.

 

Grâce à une commandite sans précédent de 1 million de dollars offerte au musée, l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) bénéficiera jusqu’en 2018 de nombreux avantages. En plus du titre de « partenaire officiel », l’Association et ses membres jouissent notamment d’un accès privilégié à « des audiences influentes et aux décideurs de la capitale nationale », tels que « les députés, sénateurs, ministres du cabinet ou leur personnel, et ce, de tous les paliers de gouvernement », révélait Le Devoir dans son édition de jeudi.

 

Un énième exemple de la proximité qui existe entre le gouvernement Harper et le puissant lobby du pétrole, a estimé l’opposition officielle aux communes.

 

Mais la ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, Shelly Glover, assure que ce n’est pas le cas.

 

Le musée est libre de tout lien de dépendance envers le gouvernement, affirme-t-elle, et ce, bien que ce soit le gouvernement Harper qui ait modifié, l’an dernier, la Loi sur le musée des civilisations pour recentrer sa raison d’être sur l’histoire canadienne.

 

« Le musée prend ses propres décisions et il n’y a pas eu de bénéfices donnés à aucun de leurs donateurs [par le gouvernement] », a affirmé Mme Glover aux Communes.

 

Les lobbyistes du secteur pétrolier « s’achètent un accès au cabinet par l’entremise de subventions aux musées et la ministre dit qu’il n’y a rien là », estime Pierre Nantel, le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de patrimoine. « Ça démontre toute l’importance accordée à la culture par le gouvernement », raille-t-il.

 

La formation se dit inquiète de constater que de plus en plus d’organismes publics doivent s’appuyer sur les subventions d’influents groupes d’intérêts et d’entreprises afin de financer leurs activités. À titre d’exemple, les producteurs pétroliers ont déjà financé près d’une vingtaine d’événements et d’organismes de la capitale fédérale, tels que le Musée des sciences et de la technologie du Canada et le Centre national des arts.

 

À la demande expresse du président de l’ACPP, certaines images montrant d’énormes camions à l’oeuvre en Alberta avaient été retirées d’une exposition du Musée des sciences et de la technologie. L’établissement avait proposé à ses donateurs de présenter leur vision « de manière à apporter des informations et une perspective au public qu’il n’est pas possible de fournir à travers les filtres des médias traditionnels ». Le Musée de l’histoire n’a pas consenti à de tels compromis, assure la direction.