Mario Beaulieu parie tout sur la souveraineté

Le militant souverainiste Mario Beaulieu a confirmé mercredi qu’il souhaite mener une lutte contre le député André Bellavance dans la course à la succession de Daniel Paillé.
Photo: Pedro Ruiz - Archives Le Devoir Le militant souverainiste Mario Beaulieu a confirmé mercredi qu’il souhaite mener une lutte contre le député André Bellavance dans la course à la succession de Daniel Paillé.

Si Mario Beaulieu parvient à recueillir 1000 signatures de membres du Bloc québécois dans 25 circonscriptions en moins de sept jours — et à trouver 15 000 $ dans le même laps de temps —, il promet une campagne au leadership tout entière axée autour d’un seul thème : l’indépendance.

 

Élu, le président de la Société Saint-Jean-Baptiste imposerait d’ailleurs à ses députés qu’ils versent 50 000 $ de leur salaire (établi à 157 000 $) pour « renforcer les organisations indépendantistes ».

 

Le militant souverainiste a confirmé mercredi qu’il souhaite mener une lutte contre le député André Bellavance dans la course à la succession de Daniel Paillé. La commande sera lourde : il a jusqu’au 7 mai pour remplir les conditions qui en feraient un candidat officiel.

 

«Cinq à six fois plus de députés»

 

Entouré de quelques partisans — dont l’écrivain Yves Beauchemin et l’animatrice Sophie Stanké, candidate défaite du Parti québécois aux élections de 2012 et 2014 —, Mario Beaulieu a répété qu’il se porte candidat parce qu’il considère que M. Bellavance ne met pas la question de l’indépendance assez à l’avant-plan.

 

Lui estime possible d’obtenir « cinq à six fois plus de députés en faisant le plein du vote indépendantiste », qui lui assurerait environ 30 % des votes. Une seule façon de procéder à son avis : en faisant la promotion de l’indépendance.

 

« Il faut démontrer dans chaque dossier en quoi le Québec est un peuple annexé, en quoi c’est le fédéral qui prend les décisions à notre place, a-t-il dit. On ne veut pas l’indépendance pour un Québec plus ou moins environnementaliste, mais on le veut pour pouvoir décider nous-mêmes de nos politiques environnementales »,a-t-il illustré.

9 commentaires
  • Cyr Guillaume - Inscrit 1 mai 2014 02 h 58

    J'approuve totalement!

    Vive Mario Beaulieu, le Bloc Québécois, et éventuellement le Québec libre!

  • Guy Desjardins - Inscrit 1 mai 2014 06 h 52

    Vive Mario!

    Le denier Chef du Bloc!

  • Pierre Samuel - Inscrit 1 mai 2014 08 h 12

    Un xième Don Quichotte...

    Si actuellement, Mario Beaulieu, ce nouveau messie, est prêt à tout parier sur la souveraineté" c'est qu'il n'a effectivement pas grand-chose à perdre...

  • Jean Lapointe - Abonné 1 mai 2014 08 h 45

    Bon courage monsieur Beaulieu

    Il en faut du courage pour se présenter à la chefferie du Bloc Québécois.

    Mais il nous en faut des hommes et des femmes courageux et courageuses pour nous remonter d'abord le moral et pour ensuite poursuivre le combat pour la souveraineté du Québec.

    Et tant pis pour les pisse-vinaigre et les défaitistes. Ce n'est pas avec des gens sans idéal qu' on pourra en arriver à un monde meilleur.

    Il va falloir faire savoir au ROC et au monde entier qu'il existe encore des souverainistes québécois qui entendent poursuivre leur combat pour un Québec libre même si nous ne sommes pas nombreux pour le moment et il va falloir le poursuivre ce combat tant à Ottawa qu'à Québec.

    Il faut à tout prix sortir de la médiocrité ambiante. C'est une question de survie.

  • Colette Pagé - Inscrite 1 mai 2014 10 h 20

    Le BQ court à sa perte !

    Cette campagne à la chefferie malgré l'élection de 2015 est prématurée étant donné que la réflexion sur l'échec du PQ n'est pas complétée. Partant delà, il est raisonnable de penser, ce que je ne souhaite pas, qu'à l'élection fédérale avec la montée de Thomas Mulcair et de Justin Trudeau, que le BQ subisse une seconde dégelée que le BQ pourra difficilement se relever. J'irais même jusqu'à dire que le BQ devrait passer son tour pour revenir plus fort et mieux organisé en 2020. Cinq ans pour refaire ses forces se ne serait pas trop .

    • André Le Belge - Inscrit 1 mai 2014 11 h 06

      Il est possible que des Québécois votent une autre fois pour une "waitress" de Las Vegas ayant une vague connaissance du français malgré son nom bien français...

    • Michel Vallée - Inscrit 1 mai 2014 16 h 17

      @André Le Belge

      <<Il est possible que des Québécois votent une autre fois pour une "waitress" >>

      Quel mépris ! Ce n'est certes pas avec un tel dédain des petites gens, que le Bloc suscitera de nouveau des adhésions.

      Puisque c'est à elle que vous vous référez, Ruth Ellen Brosseau a été la première surprise d'être élue, cependant elle a prise au sérieux son élection, elle s'est mise au français et à titre de députée elle était présente dans le comté.

      Elle s'y est livrée à de l'excellent travail, tandis que l'ancien député bloquiste -dont j'ai même oublié le nom !- se contentait de se reposer sur ses lauriers (et même qu'il appuyait l'intervention militaire canadienne en Afghanistan).

      À ce sujet, il y a des électeurs du comté qui s'étaient formalisés auprès de ce député bloquiste au sujet de la présence de sergents-recruteur à la polyvalente Pierre-de-Lestage à Berthier, et il n'a même pas daigné leur répondre.