Aide internationale: l’avortement toujours exclu

Ottawa — Le gouvernement Harper garde le cap quant à l’aide à l’avortement dans les pays en développement. Les conservateurs tiendront un sommet, fin mai à Toronto, sur la santé maternelle et infantile. Et leur position reste inchangée : les services de santé pour les femmes que financera le Canada n’incluront pas l’avortement. « On est actifs dans la planification familiale, pour éduquer les mères, éduquer les familles, pour savoir comment distancier les grossesses, entre autres […] La politique ne change pas », a confirmé le ministre du Développement international, Christian Paradis.Ottawa veut poursuivre les efforts entamés dans le cadre de son initiative du Sommet du G8 de Muskoka en 2010, qui visait à réduire les taux de mortalité des mères et des enfants dans les pays pauvres. Les conservateurs avaient été critiqués à l’époque, lorsqu’ils ont confirmé qu’ils excluraient l’avortement de leur aide. Le sommet du mois prochain accueillera entre autres le secrétaire de l’ONU, Ban Ki-moon.